Dim 11 Aoû - 22:08
Lorsque les éléments se déchainent…


« La nuit se déchire, et l’éclair trace un rapide losange de feu. Un vent impétueux, sorti du couchant, roule les nuages sur les nuages ; les forêts plient ; le ciel s’ouvre coup sur coup ; et, à travers ces crevasses, on aperçoit de nouveaux cieux et des campagnes ardentes. »
Chateaubriand, Atala

Il parait que la nuit porte conseil. Mouais. Permettez-moi d'en douter quelque peu. Ce que je veux dire par-là, c'est que la nuit, c'est avant tout fait pour dormir. Surtout après une journée comme celle qui venait de s'achever...

Déjà, niveau météo, le Lycée Pandora n'avait pas été gâté. À une longue semaine pluvieuse avait succédé un soleil de plomb, qui avait rendu l'atmosphère poisseuse et étouffante. C'était comme si, d'un coup, l'Été avait succédé à l'Automne.

Vous comprendrez que cela n'avait pas franchement mis les habitants du bahut de bonne humeur. Car non-seulement la moiteur ambiante était quasi-insupportable, mais en plus, on était à la mi-Mai ! Et qui dit "mi-Mai" dit examens de fin d'année qui approchent à grands pas...

Autant vous dire donc que tout le monde était sur le pied de guerre. D’un côté, on avait les profs qui semblaient -ENFIN- s’être rendu compte que, le Bac approchant, il serait peut-être bien de finir le programme… De l’autre, il y avait l’Administration, qui cherchait par tous les moyens à récupérer les dossiers perdus au cours de l’année par les têtes en l’air de service… Et au milieu de ce flot incontrôlable, on avait bien entendu les élèves, qui subissaient un peu tout ça. Maintenant, ne me faites pas non-plus croire que certains ne le méritait pas.

Il est donc tout à fait normal qu’après une journée aussi désagréable qu’harassante, le commun des mortels prétende à un peu de tranquillité. Car rien de mieux qu’une douce nuit pour se remettre de ses émotions, pas vrai ?

C’est donc avec en tête l’espoir d’oublier un peu tous leurs soucis que nos amis du Lycée allèrent se coucher. Et si le début de la nuit tint plutôt bien ses promesses, ce ne fut pas vraiment le cas pour la suite… Eh ouais ! On est au Lycée Pandora, souvenez-vous. L’établissement scolaire le plus dangereux de l’Hexagone ! Celui-là même dont vous n’avez que de maigres chances de ressortir indemnes !

Voilà ainsi comment, sur le coup de minuit et demi, un premier éclair zébra le ciel et vint s’abattre sur la forêt jouxtant le Lycée. La proximité avec l’école étant ce qu’elle est, le tonnerre ne tarda pas à se faire entendre. Et si des personnes n’avaient pas été réveillé par ce premier arc électrique, elles le furent sûrement par tout ceux qui suivirent.

En prime, un vent à décorner les bœufs se leva soudainement, accompagné d’une pluie torrentielle. Gare à ceux qui n’avaient pas pris la peine de fermer leur fenêtre avant d’aller au lit !

Et comme tout orage violent qui se respecte, celui-là eut même la gentillesse de faire sauter les plombs du Lycée. Le générateur de secours, me demandez-vous ? Il était inexistant à Pandora, naturellement. Que voulez-vous, c’est la crise… Puis merde, quoi. Un générateur de secours, c’est fait dans l’espoir de ne jamais servir, non ?

Voilà donc nos joyeux drilles plongés dans le noir le plus complet, avec une véritable tempête qui sévit dehors. Alors, les membres de l’Administration et les professeurs seront-ils à la hauteur pour gérer cette situation de crise ? Les élèves réussiront-ils à conserver leur calme et leur sang-froid ?

Eh bien… c’est ce que nous allons voir… 8D



[ Et voilà pour le contexte de ce RP commun ! J’espère que c’est suffisamment clair, car j’avoue l’avoir rédigé complètement au feeling… Au moindre problème, n’hésitez pas à solliciter vos admins chéris ! Amusez-vous bien, tous ! >w< ]  


avatar
Devoirs rédigés : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Aoû - 23:13
Chez Tee, on s'endort tard la nuit... Enfin, le matin...  Avec son travail de croque-mort, il devait bien s'occuper de ses affaires, soit de ses cercueils, et de ses morts... Bien qu'il ne pouvait pas les emmener au lycée ceux là... Les seuls qu'ils ait tenté de faire passer se sont vite fait rejeter... Mais bref, aujourd'hui est une nuit comme les autres, une nuit avec de la pluie, une nuit avec des nuages, une nuit avec du noir, une nuit... sans fenêtre pour Tee... Car oui, il avait déjà dut par le passé prendre une des sienne pour la mettre à la place d'une dans une autre salle de chimie qu'un groupe de trois élèves malchanceux avait cassé... Et grande chance pour lui, ce soir, il pleuvait beaucoup, et pas un peu beaucoup, mais vraiment beaucoup! Bien, allons voir l'histoire~

Un bel orage ce soir... La seule chose que Tee espérait était que la pluie n'aille pas s'introduire dans son magasin, sinon il risquait de retrouver des cadavres de noyés le lendemain... un cadavre noyé est abîmé et ce ne sont pas les plus amusants à voir, toute les blessures sont enflées et bâclées... En attendant, l'eau commençait à rentrer à l'intérieur de sa "chambre" (c'est à dire la vieille salle de chimie délabrée du lycée)... les cercueils seront en mauvais état, quelle veine... il pensait qu'il devrait remplacer la fenêtre au m-/SCRATCH/ (oui, ceci est un bruit d'éclair, je m'excuse pour la baisse des effets spéciaux, manque de budget...) Un magnifique éclair venait de s'écraser tout près du lycée, éteignant apparemment toute les lumières... les plombs devaient avoir sauté mais pas que; au bout de quelques minutes, ce sont les humains qui ont pétés les plombs~! Des cris dans tout les sens face à la puissante pluie, au vent, aux éclair foudroyants et au tonnerre les suivant, l'agitation du lycée semblait être passée à son comble en une minute chrono...

Bien évidemment, devinez qui va encore faire le nettoyage... Et là, il y en aura des masses, entre les élèves et la pluie, sans oublier le puissant vent. La soirée va être vraiment divertissante pour certains~! Mais déjà... est ce que l'administration doit faire quelque chose dans cette situation? Tee ne fais que le nettoyage, donc il pourrais se contenter de ramassez ensuite et... Il y a vraiment trop de cris, il fallait plutôt bouger et aller voir avant d'avoir une piscine intégrée...

Rien qu'en sortant de la salle, les bruits de cris pouvaient être multipliés par deux... Il n'y avait pas une procédure ou un truc du genre? comme: tout le monde au réfectoire, on mange des sablés et on attends? Parce qu’en ce moment, on se dirait dans un de ces films de zombies... Pensant à demander aux professeurs si il fallait faire quelque chose, Shyrai prenait la direction de la salle des professeurs, logique, pour un lieu de réunion... normalement... les cris semblaient de moins en moins fort, mais l'orage non, et ça ne risquait pas d'aider pour le calme et l'harmonie du lycée qui partait en vrille... Par mesure de sécurité indispensable, T. pris son couvre-chef dans une de ses mains, qu'il ne s'envole pas au passage, sait on jamais, ça pourrait créer une catastrophe... Les couloirs n'étaient pas des plus calmes (évidemment... panique quasi générale...), et atteindre la salle des professeur fut un grand plaisir, mais qui ne risquait pas d'être aussi grand et amusant que ce qui allait suivre~!

Chapeau en main, sourire aux lèvres et yeux aquilins, il entrait dans la salle, observant le sol, sans même savoir combien de personnes s'y trouvaient (beaucoup, peu, voir personne, on ne sait pas...) avant de lancer:

- Alors, qu'est ce qui se passe, on a des blessés, des morts, des morts-vivants, hmmm~?

Un petit gloussement lui échappa... la situation risquait d'être vraiment excitante et divertissante!

[HRP:Je m'excuse si vous trouvez ce début de RP commun un peu faible... ça fait longtemps que je n'ai pas vraiment Rp et un rp commun, ça change =w=. Bref,e suis partis du principe que la plupart des élèves (NPC ou non) étaient affolés... Merci de préciser si quelque chose vous déraaaange~]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 11:51

Ce fut un violent coup de tonnerre qui tira Robert Gold de son sommeil. Quasiment aussitôt, un long soupir lui échappa. Pourquoi fallait-il que cet orage éclate moins d'une trentaine de minutes après qu'il aie enfin trouvé le sommeil ?

C'était que le CPE ne chômait pas vraiment, ces temps derniers... Non-seulement la quantité de paperasse à remplir en cette fin d'année était juste affolante, mais en plus, les élèves semblaient s'être donné le mot pour savoir qui allait créer la plus grosse catastrophe ! Tenez, rien que la veille, il n'avait pas vu passer moins de six cas dans son bureau ! Et si il n'y avait que ça...

En effet, Gold devait, en plus de tous ces problèmes relatifs à sa fonction, faire face à un léger inconvénient d'ordre physique cette fois-ci. Depuis quelques temps déjà, sa jambe s'était mise à sérieusement lui faire mal, le gênant dans ses déplacements. Et même si il parvenait à plutôt bien le cacher en public, la douleur était telle qu'il avait de plus en plus de mal à s'endormir les soirs...

À une seconde détonation succéda une série de cris stridents. Machinalement, Gold chercha à allumer sa lampe de chevet, mais il eut beau appuyer sur le bouton, rien ne se produisait. Semblerait-il qu'une coupure de courant aie privé le Lycée d'électricité, tiens...

Nouveau soupir de la part de notre CPE. Mais face aux nouveaux hurlements semblant faire écho aux éclairs, l'homme prit une rapide décision. Il fouilla donc à l'aveugle dans le tiroir de sa table de chevet, en tirant finalement deux lampes de poche.

Avec l'une, il s'aida pour retrouver sa canne, ainsi qu'une robe de chambre bordeaux. Après avoir enfilé celle-ci, il glissa la deuxième lampe-torche dans une de ses poches, avant de se diriger vers la sortie de sa chambre. Et le premier qui lui ferait une remarque sur ses charentaises pouvait d'ores et déjà faire ses prières.

Une fois dans les couloirs, Gold grimaça. Sa jambe lui faisait vraiment un mal de chien. Cependant, hors-de-question de flancher maintenant, alors que le devoir l'appelait !

D’un côté, son objectif pouvait paraître simple : mettre un peu d’ordre là-haut et veiller à ce que tout le monde regagne tranquillement sa chambre. Mais de l’autre, le CPE commençait à plutôt bien connaître les élèves de cet établissement, et il savait d’ores et déjà que certains risquaient de profiter de l’orage pour accomplir leurs méfaits…

Ce fut donc en claudiquant et guidé par la lumière de sa lampe de poche que Gold se dirigea vers l'origine des cris, à savoir le dortoir des élèves. Et en son fort intérieur, l'homme priait pour que les renforts arrivent vite une fois qu'il serait sur place.



Eh bien eh bien... La nuit promettait d'être très longue...


[ oui, c'est court... Mais si ça intéresse un prof / membre de l'administration (ou autre d'ailleurs) d'arrêter Gold avant qu'il n'aille commettre un meurtre dans les dortoirs, qu'il ne se gène pas ! 8D ]




Admin Gold
avatar
Devoirs rédigés : 134

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célibataire. Je n'ai rien à ajouter.
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Gold
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 12:42

Amber s'ennuyait de plus en plus, à l'approche des examens. Elle n'avait toujours rien réviser mais ne stressait pas. Pour elle, avoir son bac, c'est tout ce qui compte, peut importe la mention même si ses professeurs lui mettaient beaucoup la pression. Il y avait plut toute la semaine puis il avait fait super beau, lui donnant une envie d'aller en vacances au bord de la mer et le plus rapidement possible. Le climat de cette région ne lui plaisait pas du tout.

L'orage grondait dehors, quand le premier éclair frappa à côté de Pandora. Amber, qui a un sommeil assez léger, se réveilla en sursaut. Elle venait de faire un cauchemar horrible, toujours le même. Elle soupira et essaya d'allumer sa lampe de chevet. Rien, pas de courant. Elle se leva et se dirigea vers la fenêtre, tira les lourds rideaux et remercia cet orage de l'avoir réveiller. La jeune femme regarda les éclairs zébrés le ciel, tout en prenant son pouls. Puis elle alla vers son bureau à la lumière des éclairs, tâtonna le bureau et sortit ses médicaments. Elle en prit un de chaque sorte et bu un peu d'eau. Le souvenir du cauchemar la hantait toujours et elle soupira. Amber ne se sentait pas près de se rendormir, surtout avec le bruit de la tempête en fond. Elle enfila un sweat-shirt gris, un jean et ses Rangers, son casque vissé sur les oreilles et sortit de la chambre. Elle espérait que son amie ne s'inquiéterait pas trop pour elle si elle se réveillait.

La jeune femme blonde se dirigea à travers les couloirs, bousculant quelques personnes affolées, à la lumière de la loupiote de son casque, entendant des cris ici et là. Elle mit la musique pour recouvrir le bruit. Amber se demanda s' ils allaient bientôt remettre le courant. Elle n'avait pas peur, mais rester plusieurs jours sans électricité, c'est pas super. Mais les éclairs frappaient toujours près de Pandora et le risque de passer les prochaines nuits dans le noir se faisait grand.

La jeune blonde sortit du dortoir des filles, mettant sa capuche car il pleuvait des cordes, et se dirigea vers le préau. Elle s'assit sur un banc en regardant la tempête comme un spectacle. Elle retira son casque et se rendit compte que ce spectacle était assourdissant. Elle entendit des élèves, toujours aussi apeurés, hurlés à la mort et vit la lueur de plusieurs lampes. Elle aurait dû mettre son costume de Slenderman, juste pour les faire flipper encore plus. Mais elle n'était pas d'humeur, après son cauchemar et la journée qu'elle venait de passer.

Après un petit bout de temps passer sur son banc, Amber décida de retourner à l'intérieur. Ils avaient peut-être décider de regrouper les élèves ou quelque chose dans le genre... Elle se leva et vit une ombre... C'était une personne.Elle espérait que ce n'était pas un surveillant ou un professeur, de crainte d'avoir des heures de colles pour être ici et ne peut être au rassemblement qui avait peut-être lieu. Elle regarda la personne traversée la cour dans sa direction. La jeune femme ce qui qu'elle aurait dû éteindre sa lampe, celle-ci ayant sûrement attirer la personne.

- Ah... Euh, bonsoir!

Amber dit cette phrase avec un peu d'appréhension et resta à côté de son banc, préférant rester au sec que d'aller sous la pluie.
avatar
Devoirs rédigés : 352

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: ............ J'aime les p'tits points 8D/SLENDER/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 19:39
Un violent coup de tonnerre retentit brusquement dans tout le lycée, suivi de tant d'autres toujours aussi violents ... Ashling se réveilla brusquement, tirée de son maigre sommeil. Bon sang ! Déjà que dormir était dur, si en plus l'orage s'y mettait, comment allait elle tenir le choc ? Écartant d'un geste vif son drap, la jeune femme resta allongée quelques instants, les cris ... le tonnerre ... mieux valait sortir réveillée et avoir les idées en place, plutôt que d'y aller et d'être sûre que l'énervement serait là.

La jeune femme finit par se lever et c'est en titubant, voir en boitant car les réveils étaient toujours difficiles de ce côté là, qu'elle appuya sur l'interrupteur de sa chambre. Bien sûr, elle était prête à ressentir la douleur violente liée à la forte luminosité ... mais étrangement, rien. Rien. Rien ? Mais ... Génial. Cela ne voulait dire qu'une chose ... Ashling se dirigea vers sa penderie et après plusieurs minutes de recherches, trouva sa lampe torche. Enfin elle pouvait distinguer sa chambre ! De gestes vifs et maîtrisés, elle s'habilla vite d'un jean et enfila et retira son pyjama pour enfiler un simple t-shirt noir. Mais le plus important, elle attrapa son sac contenant les outils principaux de la mécano qu'elle était. Apparemment, tout le monde trouvait cela étrange qu'une telle jeune femme puisse trouver un quelconque intérêt à réparer de simple machines ... Mais non, pour elle, le but était de trouver la cause de la panne. Chercher, résoudre ... en fait, elle voyait son métier comme une énigme. Mais il n'était pas le temps de penser !

Rapidement, elle sortit de sa chambre et marcha d'un pas rapide le long du couloir ... elle devait forcément passer par le dortoir des élèves pour atteindre les plombs ... puis par la salle des professeurs.

Les élèves faisaient un bruit pas possible et Ashling en évita plusieurs, courant presque. Si les élèves ne se calmaient pas, elle sentait que la nuit allait être longue. S'occuper des enfants ... non, elle est trop vive pour cela. Mais en se redressant qu'elle dit d'une voix claire. C'est alors qu'elle heurta quelqu'un au milieu du couloir. Se redressant vivement et ... tiens ... encore une fois elle avait failli le faire tomber ? Pauvre CPE ... elle espérait seulement ne pas lui avoir faire mal et malgré son empressement ... elle devait vérifier qu'il allait bien.

- Désolée ... Je ne vous ai pas fait mal ?

[C'est court, mais je me rattrape au prochain !]
irish woman
avatar
Devoirs rédigés : 388

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Paumée.
Voir le profil de l'utilisateur
irish woman
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 19:43

Lila avait toujours eu tendance à stresser pendant la période des examens. En grande perfectionniste, elle avait tendance à être très dure avec elle-même. Pourtant, étant en Seconde, elle n'avait quasiment aucun examen à passer. Mais bien sur, cela ne l'empêchait pas de déjà se préparer à ceux de sa prochaine année. De plus, l'ambiance qui régnait dans l'établissement poussait au stress, elle en était certaine. Le fait de voir la plupart des élèves à la bibliothèque alors qu'il n'y avait que quelques élèves qui y travaillait le reste de l'année était un brin déstabilisant. Et puis, Lila s'inquiétait de la nouvelle lubie de ses parents. La marier aussi jeune pour avoir un homme qui s'occuperait de la société lui paraissait si stupide et inutile, qu'elle s'était violemment disputée avec eux la dernière fois qu'elle les avait vu. De un, ses parents lui semblaient en parfaite santé et la cinquantaine lui semblait bien loin de leur fin de vie. De deux, pourquoi est ce que son mari devrait hériter de la société ? Elle était là, elle ! Elle n'était pas juste là pour faire joli. On était au 21ème siècle quand même ! Ils pourraient en plus la léguer à quelque travailleur expérimenté et enthousiaste qui n'attendait que ça. Elle-même n'aurait plus qu'à rester propriétaire et validerait les décisions de ce travailleur. Mais bien entendu, les étrangers qu'étaient ses parents lui parlaient d'héritage et de tradition... De toute façon, elle avait été claire. Elle n'avait que 16 ans, pas l'âge pour se fiancer, surtout avec une personne qu'elle ne choisirait qu'en fonction de ses qualités de leader... Et aussi de son argent, on peut le dire. La jeune brune était à un point ou elle ne voyait même pas de solution. Elle était sure que ses parents pourraient la forcer à un mariage arrangé...
C'est pourquoi elle ne dormait maintenant plus beaucoup. De vieux cauchemars refaisaient surface et elle avait maintenant presque peur d'aller se coucher. Elle avait déjà plusieurs fois réveillé ses camarades de chambres, mais elles semblaient maintenant s'être habituée à ses insomnies.
Revenons maintenant à nos affaires. Les derniers jours passé au lycée semblaient être un supplice. Partout où l'on allait, la chaleur moite nous écrasait, faisant suer comme jamais et la plupart des jeune fille aux cheveux longs s'était résignée à faire l'achat de chouchous. De plus, les robes, les jupes et les shorts avaient élus domicile dans les armoires des occupants. C'était dans cette ambiance que se déroulait les examens et Lila plaignait sincèrement les pauvres élèves coincés dans les salles de classe.
Une nuit, la brune fut réveillée en sursaut par le bruit de la pluie battant à la fenêtre de la chambre. Pour une fois qu'elle ne faisait pas de cauchemar... Résignée et parfaitement réveillée, elle se leva doucement et se diriga vers l'ordinateur de la chambre. Les trois occupantes de cette dernière avait souvent tendance à se battre pour l'appareil. Enfin... C'était surtout les deux autres occupantes qui devaient obliger Lila à quitter le précieux objet. L'insomniaque s'installa face à l'écran et alluma l'ordi. Elle avait coupé le son pour éviter à ses camarades d'être réveillées. En attendant que l'appareil daigne se mettre en marche, elle regarda par la fenêtre. Amoncelé de nuages, le ciel était d'un noir d'encre. La pluie frappait tellement fort contre la vitre, qu'elle s’étonnât que les autre filles ne se soit pas réveillées. Au loin, elle pouvait apercevoir le blanc des éclairs qui zébraient le ciel et l'on n'entendait pas encore leur bruit assourdissant. C'était magnifique. Pour toute personne qui n'en a pas peur bien sur. Abandonnant sa contemplation, elle regarda l'écran. Il était maintenant allumé. Elle commença à flâner sur internet. Tout à coup les bruits assourdissants des éclairs se fit entendre. Ils arrivaient de plus en plus près de l'école d'après le temps qui les séparait. N'y portant pas trop d'attention, elle continua son activité. Pourtant, d'un seul coup, l'ordinateur s’arrêta après un autre grand bruit. Elle sursauta avant de comprendre que le compteur avait dû lâcher. C'est alors qu'elle remarqua les cris qui se faisait entendre dans les couloirs. Curieuse comme pas deux, elle attrapa une lampe torche qui se trouvait sur le bureau et sortit de la chambre. Dehors, c'était l'anarchie.
N'ayant rien à faire, elle décida de se promener un peu en attendant que le courant revienne. Elle décida d'aller dans la cour pour profiter un peu des bienfaits de la pluie. Par cette chaleur, de l'eau fraiche était plus que bienvenue. Arrivée en bas, elle se mit sous la pluie et tournoya. Elle aimait bien faire ça lorsqu'il n'y avait personne aux alentours. Au moment où elle eut l'impression qu'elle allait tomber, elle s’arrêta et regarda aux alentours pour vérifier que personne ne l'avait vu et n'allait l'envoyer en hôpital psychiatrique. Elle en doutait, mais elle préférait ne pas avoir été vue. ces petits moments, elle voulait les garder pour elle-même. C'est alors qu'elle vit une ombre du coté d'où elle venait. Elle ne l'avait surement pas vue, ouf... Par contre, elle se trouvait à coté de la porte pour aller à son dortoir et elle aimerait beaucoup se sécher un peu. Elle décida de faire comme si de rien n'était et de ne pas lui parler. Enfin, ça, c'était avant d'entendre un timide :

- Ah... Euh, bonsoir!

Sa politesse reprit le dessus et il lui était maintenant impensable d'ignorer la jeune fille blonde qui lui faisait face sans une réponse.

- Bonsoir.

Elle avait très envie de répondre "Au revoir" mais bon... Elle se mit à l'abri et attendit que l'autre fille dise quelque chose. Après elle lui dirait un polis : "Je suis désolé mais je dois y aller" et tournerai les talons. Enfin, les talons... Pieds nus et dans son débardeur et short de pyjama mouillés, elle ne devait pas avoir fière allure.
avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 20:23

S'il y avait une chose qui faisait qu'Abby était heureuse de n'être qu'en seconde, c'était le fait d'échapper à la vague frénétique de révision du Baccalauréat qui prenait certains de ses aînés dans le pensionnat. Malheureusement,  certains professeurs semblaient oublier ce léger détail et étaient devenus aussi intransigeants avec sa classe qu'avec celles de Premières et de Terminales concernées par l'examen. Et puisqu'il s'agissait généralement des profs déjà peu appréciés de leurs élèves, ils explosaient dorénavant toutes les échelles conventionnelles d'imbuvabilité [ Hrp : ce mot n'existe pas, je crois, mais il me plaît, donc chut uwu] humainement possible. Bon, d'accord, la seconde 3 n'était peut-être pas non plus réputée pour être une classe facile à vivre, m'enfin …  Premier mauvais élément qui faisait  que la petite Calvez n'était pas au mieux de sa forme.

Second mauvais point : la météo. Si elle ne s'était pas plainte un seul instant de la semaine de pluie qui avait frappée la région, elle supportait nettement moins l'astre brillant continuellement ces derniers jours dénommé Soleil qui faisait régner une chaleur étouffante. Elle avait vraiment l'impression de cuire vivante, sensation peu appréciable … Aussi, lorsque, ce soir là, elle avait -enfin- pu regagner la chambre qu'elle partageait désormais avec Enola suite à un changement hasardeux lui convenant tout à fait, elle se changea pour revêtir son pyjama grenouille avec toute l'énergie d'un automate, pour ensuite disparaître en boule sous sa couverture, avec l'espoir secret que son réveil ne sonnerait pas le lendemain et qu'on oublierait de venir la chercher, afin qu'elle puisse dormir tranquillement une bonne journée entière ...

Mais Abbygaëlle ne faisait pas partie de ces personnes à qui la chance sourit. Et la notoriété du Lycée Pandora ne reposait pas sur son calme légendaire.

Bref, pour faire court, « la vie n'est pas un long fleuve tranquille ».

C'est pourquoi la jeune fille fut tirée des bras de Morphée par un grondement étouffé qui la ramena lentement dans le monde réel. Elle sortit la tête du cocon qu'elle s'était improvisée dans son sommeil, une masse blonde ébouriffée s'agitant un peu de gauche à droite. Elle cru apercevoir un flash roux se déplacer au niveau du sol, mais son cerveau ne l'enregistra pas vraiment. En grognant, elle tâtonna pour trouver son réveil afin de savoir l'heure. Sa main trouva le réveil, mais l'heure il n'affichait point … Abby haussa un sourcil sans comprendre : un faux contact ? Une panne de courant ? Mais pourquoi es-ce que …

Le flash qui illumina la chambre la figea sur place, lui glaçant le sang. Oh non, tout mais pas … /SCRAAATCH/

-GYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! hurla-t-elle à plein poumons lorsque l'orage tonna, son visage affichant une couleur semblable à celle des draps : blanc.

La lycéenne rabattit sa couverture au-dessus d'elle, imitant à la perfection un fantôme sur son lit. Ou un cocon de chenille. Qui tremblait comme une feuille et couinait lamentablement à chaque détonation venant de l'extérieur.



[HRP : Merci Tee pour l'idée du /SCRATCH/ ^^ -Sbaf!- et euh … j'espère réussir à faire plus long par la suite … =w=;;;; ]
avatar
Devoirs rédigés : 727

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Nyaaaa, Edwiiii ~ ♥ ^w^
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 21:41

- 'fait chier...

Oui, rien ne vaut un élan poétique au saut du lit pour exprimer sa pleine joie de vivre.

Chloé venait, comme tout le monde dans ce Lycée, de se faire réveiller par un fracas assourdissant pour cause d'orage monstre. Peut-on rêver mieux lorsqu'on ne cherche rien de plus que SE REPOSER, je vous le demande ?

Et notre brunette aurait très certainement cherché à se rendormir si des hurlements n'avaient pas suivi. VDM.

Après quelques jurons, la binoclarde se redressa, avant de descendre de son lit avec la grâce et l'élégance de l'individu quelconque un lendemain de cuite.

Une fois au sol, l'ado jeta un coup d’œil machinal à celle qui partageait sa chambre. Chose fort inutile, vu que la pièce était complètement plongée dans le noir… Mais merde, tant pis si elle la réveillerait !

Ce fut donc à mi-voix que Chloé s'adressa à sa camarade, la douce, tendre, et si mignonne lorsqu’elle dort Camille :

- Si tu dors pas, cache-toi les yeux, j'allume la lumière...

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Notre brunette actionna l’interrupteur. Oui, je coupe ma phrase là, car cette action n’eut strictement aucun résultat.

- … Bon, changement de plan…, grommela l’étudiante.

Sans vraiment trop se soucier de savoir si sa camarade était encore endormie ou non, Chloé commença à chercher à tâtons son bureau, et plus précisément les tiroirs de celui-ci. Après une bonne minute de recherches, la demoiselle trouva enfin l’objet de sa convoitise : une lampe de poche flambant neuf offerte par l’un de ses frères avant qu’elle ne parte au Lycée.

« - Euh… merci, mais qu’est-ce que tu veux que je fasse avec une lampe de poche au bahut ? Avait-elle questionné lorsque son frangin lui avait tendu l’objet.

- C’est pour explorer les catacombes de ton Lycée ! Lui avait alors répondu le garçon, des étoiles dans les yeux.
 »

Et Chloé avait beau ne jamais avoir cherché à savoir si il y avait des catacombes ou un vieux cimetière indien sous Pandora, elle bénissait pour le coup son frère et ses idées tordues.

Avec une dextérité digne d’un personnage de film d’horreur, Chloé fit jaillir le flot de lumière sous son visage, donnant à celui-ci un léger je-ne-sais-quoi de psychopathie. Jouant un peu avec ce fait, la brunette fit un énorme sourire en regardant sa camarade de chambre. Car qu’on se le dise, il n’y a rien de plus amusant que de martyriser une petite Camille sans défenses.

Malheureusement pour Chloé, sa colocataire dormait toujours profondément. Un peu vexée, la binoclarde soupira longuement. Elle n’avait même pas fini de souffler qu’un nouveau cri retentit, accompagné de plusieurs coups de tonnerre. C’était quand même pas croyable, ça ! On ne pouvait même plus râler en paix ! Mais où va le monde, je vous le demande !

Alors que notre brunette était en passe d’aller pousser une gueulante dans le couloir, un énorme fracas retentit, faisant même légèrement trembler le sol. Surprise par le choc, Chloé fit un bond en pivotant sur elle-même. Ça venait de la fenêtre ! … Mieux ! C’ÉTAIT la fenêtre !

Éclairée par la lumière de sa lampe, l’adolescente se précipita vers les carreaux pour constater l’étendue des dégâts.

- Oh la vache…, fit la jeune fille, redressant ses lunettes sur son nez.

Oui, c’était que le résultat n’était pas joli-joli… Semblerait-il que quelqu’un aie mal fermé les volets avant d’aller au lit, ce qui avait créé involontairement une prise au vent… et quel vent ! Une bourrasque avait dû s’engouffrer entre la fenêtre et les volets et… hm… arracher ces derniers ?

Chloé entendit vaguement Camille remuer. La pauvre avait dû être réveillé par ce bruit infernal, mais ce n’était pas la première préoccupation de notre binoclarde, non. Son souci actuel était plutôt de savoir si la chute des volets de leur chambre avait fait une victime… Même si bon, qui irait se promener dehors par un temps pareil ?

Histoire d’en avoir le cœur net, Chloé ouvrit la fenêtre. C’est ainsi que la tempête fit son irruption dans la chambre, mais qu’importe. Faisant abstraction du vent et des gouttes de pluie qui lui tombaient sur le visage, la brunette se mit sur la pointe des pieds et se pencha, afin de regarder au bas du bâtiment des dortoirs. Et ce qu’elle vit alors lui tira un nouveau soupir.

Il y avait effectivement les volets arrachés (ou plutôt ce qu’il en restait), mais ce n’était pas tout. Apparemment, quelqu’un avait eu la glorieuse idée de passer par-là au mauvais moment. Et au peu que pouvait en voir Chloé, si la personne n’était pas morte, elle devait au moins être sérieusement assommée pour se tenir ainsi contre le mur. À moins qu’elle soit tout simplement choquée d’avoir vu la mort la frôler ainsi, qu’en sais-je…

- Euh…, entama Chloé en refermant la fenêtre. Je n’en suis pas très sûre, Camille, mais je crois qu’on a un blessé.

Et histoire de ne pas trop affoler sa camarade, la lycéenne ajouta :

- Mais rassure-toi, pas de victime sérieuse, à ce que je vois.

Sans vraiment écouter ce que lui répondit son amie, la brunette se dirigea vers son armoire, d’où elle tira la première veste qui lui venait. Bon, bah dommage, mauvaise pioche : un long manteau noir en laine, sans capuche. Tant pis, il allait falloir faire avec ça…

Pour compléter ce tableau très glamour, la demoiselle enfila par-dessus le pantalon de son pyjama ses hautes bottes d’hiver, de manière à ne pas avoir les pieds trempés.

- Bon, ben je sors ! Annonça ensuite Chloé à Camille d’un air légèrement agacé. Rassure-toi, ça ne m’enchante pas vraiment plus que ça… Je te dis donc à tout à l’heure, si j’en reviens vivante…

Et ce fut donc sur ces paroles on-ne-peut plus optimistes que la binoclarde quitta sa chambre.



Une fois dans les couloirs, notre protagoniste préféra raser les murs, toute lumière éteinte pour rester discrète. Car elle se doutait très fortement que ce n’était pas en sortant qu’elle allait se faire remettre une médaille de bon comportement…

Une fois à l’extérieur des dortoirs, Chloé alluma sa lampe de poche comme elle put. Son manteau n’étant pas du tout adapté pour la pluie, elle se sentit assez vite trempée. Mais qu’à cela ne tienne, il y avait urgence. Profitez-en, d’ailleurs, ce n’est pas tous les jours que vous aurez l’occasion de voir un acte héroïque de la part de notre binoclarde…

Guidée par le puissant faisceau lumineux, la demoiselle cheminait mètres par mètres, tenant sa veste fermée comme elle le pouvait. Malgré le fracas des éclairs et du vent, la brunette pouvait encore entendre les cris et hurlements de certains de ses camarades.

« Y’a quand-même de sacrés hystériques dans ce bahut… », pensa sombrement Chloé, alors qu’elle approchait de l’endroit où semblait toujours se tenir la personne touchée -ou pas- par les volets tombés.

Après avoir prit une inspiration on-ne-peut-plus vivifiante, l’ado cria pour couvrir le bruit du vent :

- Ça va ? Z’êtes pas trop morts ?

La binoclarde avait beau plisser des yeux comme elle le pouvait, elle ne voyait strictement rien avec toute cette eau sur ses lunettes. C’était bien sa veine, tiens ! Tu parles d’un sauvetage…


[ voilà… Manque de se faire tuer qui veut bien ! 8D ]




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 22:42

Un éclair zébra le ciel nocturne, accompagné d'un formidable roulement de tambour. La blondinette sursauta, ouvrant grands ses yeux vert en resserant sa couverture sur elle. Elle tourna la tête vers la fenêtre grande ouverte où l'on voyait les éléments se déchaîner. Un vent violent et froid poussait la pluie à l'intérieur de la pièce, inondant le parquet et faisait claquer les rideaux, rendant l'atmosphère fantomatique, voire cauchemardesque.

Surtout quand un cri perçant vous vrille les oreilles pendant... Heu bah un certain temps. Et assez fort. Si le tonnerre n'avait pas réveillé la jeune fille, Abbygaëlle Calvez s'en serait chargée. C'était à se demander si c'était pas réellement un cauchemar. Mais nan, une fois que la demoiselle eut repoussé sa couette et se dépêcha de fermer la vitre et s'étant à moitié gelée à cause de la pluie et du vent, elle put constater que tout ça était bien réel. Elle se débarrassa rapidement des quelques gouttes d'eau qui étaient venus s'accrocher à sa chevelure ou sa nuisette, se retournant de nouveau vers les lits.

Une autre silhouette blonde était terrée sous sa couette, tremblante comme une feuille. Elle vit également un petit éclair roux venir se faufiler comme elle peut sous l'oreiller de son lit, couinant/jappant de peur. Génial. Deux dans une même chambre qui ont peur de l'orage. Comme si la journée n'avait pas été assez éprouvante comme ça, avec les profs qui semblaient s'être donnés le mot pour accabler la classe de la demoiselle aux boucles actuellement décoiffés et partant un peu dans tous les sens, lui donnant un air d'épouvantail, de devoirs et contrôles, la mi-Mai étant là, ce qui signifiait donc, pour les Premières et Terminales du Lycée Pandora, le bac. Même en n'étant qu'en seconde, les professeurs accablaient de conseils en tous genres et autres pour cette future épreuve harassante, et surtout en voulant finir à temps le programme scolaire. Dure tâche pour certains qui avaient laissés un peu trainés, obligeant les élèves à plus de travail. Bref, tout le monde a comprit, c'était une journée fatiguant comme les autres pour la jeune fille du nom d'Enola, en seconde 2.

Elle tâtonna un peu dans le noir, éclairé par intermittence par les éclairs dehors, projetant violemment la pluie avec grands bruits contre le verre, avant de trouver l'interrupteur de la pièce, et de l'enclencher. Rien. Pas la moindre petite lumière s'illuminant dans l'ampoule accrochée là-haut au lustre. Enola réessaya deux trois fois avant d'abandonner, concluant qu'une panne de courant ou que les plombs avaient sautés... Quoi qu'il était, être en pleine obscurité pendant un orage était très... Spécial comme sensation. Déjà qu'il y en avait deux qui flippaient/stressaient/ et tous autres verbes synonymes au fait qu'ils étaient morts de peur, ça n'aidait pas la mi-kitsune...

Elle retourna donc dans le noir semi-total vers son lit, s'assied et farfouilla dans le tiroir de sa table de chevet jusqu'à mettre la main sur sa lampe de poche qu'elle alluma rapidement pour la braquer vers son oreiller qui tremblotait comme une feuille. Elle le souleva pour voir apparaitre une petite bestiole rousse repliée sur elle-même en gémissant de peur.

- Voyons, Kish, ce n'est qu'un orage !! Tu en as déjà vu pleins, et t'es toujours aussi effrayé ?...

Elle prit contre elle le petit canidé qui s'agita, cherchant à se cacher à nouveau tandis que que la musique tonitruante continuait dehors, semblant ne jamais en finir... Enola se demanda un instant si le lycée n'allait pas finir inondé, à ce rythme... Elle se tourna ensuite vers l'espèce de cocon qui s'était formé dans le lit d'à côté et qui couinait de peur à chaque détonation.

- Heu... Aby ? Faut pas avoir peur comme ça, c'qu'un orage... Tu crains rien...
avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 23:24
Alors que l'orage faisait rage au-dehors du lycée et que les élèves effrayés poussaient des cris plutôt sonores, achevant de réveiller ceux qui ne l'étaient pas déjà, Clein Atcliff dormait. Paisiblement, comme un bienheureux, un filet de bave dégoulinant de l'une des commissures de ses lèvres, traçant un sinueux chemin et formant une petite flaque sur son oreiller qu'il enserrait entre ses bras nus en marmonnant des paroles indécentes concernant un certain Swen. Un de ses yeux était seulement à demi clos et sa jambe gauche tressautait par instants, faisant imperceptiblement glisser le plaid rouge qui le recouvrait par terre. Quant à ses cheveux en bataille, ils n'étaient que le fruit d'une tête mollement écrasée. Eh bien, ce serait peu dire que d'affirmer que cet homme-là avait le sommeil lourd !

C'est-à-dire que s'il y avait une déferlante de zombies dans le lycée ou que l'apocalypse déciderait de détruire la Terre, si Clein Atcliff dormait alors Clein Atcliff dormirait ! Ah, il n'était pas né celui qui le tirerait de son sommeil. A moins bien sûr que ça ne soit son fidèle chien Caramel qui ne le réveille en hurlant à la mort : non mais comment résister à son awouwouwou enraillé surmonté d'une note déchirante de terrible désespoir qui indiquait que c'était l'heure de la gamelle ? Mais malheureusement, aucun animal de compagnie - sauf petits animaux à ce qu'il avait compris - n'étaient acceptés dans l'établissement et le berger australien devait sans doute espérer entendre son nom résonner d'une voix pâteuse dans la chambre de son maître, à son appartement, et le voir arriver complètement nu avec sa coupelle à la main. Eh bien comme Caramel n'était pas là, Clein allait dormir, nom de Dieu !

Scouic... scouic... scouic...

Clein ouvrit un oeil. Quelque chose de pire que l'apocalypse était-il arrivé ? Mais non ! Un rat au pelage gris cendre, sa peau mise à nue par endroit et les yeux exorbités s'acharnait à pousser un étrange couinement, le museau résolument pointé sur le visage baveux de Clein, dont les deux yeux étaient à présent ouverts. Ce n'était pas banal de se retrouver nez-à-nez avec un rat à son réveil, mais pourtant Clein se redressa légèrement et prit le rat sur ses genoux dénudés.

- Ah Poubelle ! Tu as faim ? C'est ton cri de la faim ? s'inquiéta le rouquin en penchant la tête, parfaitement réveillé.

Poubelle était le rat femelle apprivoisé de Clein, qui l'avait un jour trouvé dans ses déchets qu'il sortait. Eh oui, quoi de plus normal que d'apprivoiser le rat qui mange vos détritus ? C'est une réaction comme une autre. Celui-ci avait longuement tripoté le pauvre rat dans tous les sens avant de faire la brillante conclusion suivante :

- Il n'a pas de zizi ! Donc c'est une fille.

C'est également sous la remarque très pertinente de sa chère amie Ashling O'Connor (Quoi ? Il faut lui donner un nom... ? Ah bon...) qu'il s'était rendu compte qu'il fallait bien nommer cette petite créature. Il avait proposé d'abord Le rat. Puis Gertrude. Avant de finalement conclure que Poubelle lui allait comme un gant - même s'il est moche, c'est un gant ! Et son second animal de compagnie était né. Un fidèle rat qui tous les jours le mordait et le griffait affectueusement, lui laissant parfois les doigts et les paumes en sang. C'est que c'est vivace un rat ! Il faut qu'elle se dépense, arguait Clein pour justifier sa protégée.

Le musculeux homme caressa doucement l'échine arquée de Poubelle avec un petit air attendri sur le visage. Quoi de plus mignon qu'un rat malodorant aux moustaches tombantes, aux beaux petits yeux noirs et inexpressifs, à la queue semblable à un lombric et à la peau découverte par endroit ? Un bébé ? C'est quoi ce truc ?

Il saisit donc le rat tandis que celui-ci plantait avec amour ses petits crocs dans ses mains, et chercha la boîte de conserve qui contenait une réserve de petits fromages divers qu'il réservait à Poubelle. Il en piocha deux et les lui tendit ; ils ne firent pas long feu.

Clein se rendit alors compte que le lycée était bruyant, à présent qu'il sortait de sa petite bulle typique des gamins rêveurs.

- Merde alors, s'passe quoi dans ce bahut ? Peux même pas dormir tranquillement, bougonna Clein et posant Poubelle sur sa tête. Il disait qu'elle adorait se percher là-haut.

Il saisit donc le premier caleçon qui lui passait sous la main, le renifla, haussa les épaules et l'enfila, avant de sortir de sa chambre dans l'obscurité du couloir et d'observer les lieux comme il le pouvait.

- Tu vois quelque chose Poubelle ? Est-ce que tu es nyctrope ? Nan c'est pas ça le truc... nycta... nyctu... lupe... nyctalupe ! Tu es nyctalupe ?

Poubelle continua d'observer fixement le mur.

- Euh... ma question doit te paraître stupide, c'est vrai. Tu as raison, je suis plutôt un alphabétiste dans mon genre !

Et tandis que Clein massacrait la langue française, la pâle lumière d'une lampe torche attira son attention ; et dans le faisceau lumineux, il parvint à reconnaître sa très grande amie Ashling. Il bondit alors vers elle et lui sauta dessus, enfin, l'étreignit chaleureusement.

- 'Shliiiiiiiing ! ♥ s'époumona-t-il joyeusement, les yeux brillants de joie.

Et se rendant soudainement compte que la pauvre mécanicienne virait au bleuâtre, il desserra son étreinte.

- Excuse-moi ! Je suis plutôt émotiste...

La langue française décida de se pendre afin d'abréger ses souffrances.

Clein grimaça en sentant quelque chose de mou mais à la fois de résistant sous ses pieds nus.

- Bah... c'est quoi ce gros chewing-gum dégueulasse ? s'insurgea Clein en baissant les yeux et s'apercevant que le gros chewing-gum dégueulasse en question remuait.

- Euh... bonjour Robert ! Tu as... euh... une... sacrée ressemblance... avec les chewing-gums... kof...


[HRP = je t'aime aussi, Gold. 8D]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 0:14
Les professeurs ne semblaient pas des plus mouvementés dans le coin... ou alors, il n'y avait juste  personne...? Si aucune âme ne se trouvait dans cette salle, il devait bien y avoir une procédure qui avait emmené le personnel faire son travail à un autre endroit... Mais même après tout ce temps, Tee n'en avait pas été informé alors qu'il est lui-même surveillant... Est ce qu'il fallait vraiment faire quelque chose? Mis à part le bruit assourdissant de la tempête, aucun son ne se faisait entendre par ici... Aucun intérêt de rester plus longtemps dans la salle des professeurs si aucun membre de l'administration ne s'y trouvait, et attendre les autres qui risquaient de venir ne servirait à rien... Il fallait plutôt sortir récupérer les survivants qui avaient pu oser s'aventurer à l'extérieur~

Quittant donc la salle des professeurs sans prendre la peine de fermer la porte, Tee mis son corps en pause un court instant, Y-avait il vraiment des benêts qui avaient eu l'idée de faire un pique nique dans le parc sous la belle lune qu'offrait l'heure actuelle? Ou peu être bien qu'ils s'étaient attardés à leur petit casse croute près de la fontaine sous un soleil brulant sans se rendre compte qu'il était déjà si tard? Bon, si il y avait des sablés, c'était amplement compréhensible, mais quand même... Reprenant le "contrôle de son corps", Shyrai souriait, pensant qu'une petite excursion sous ce beau temps ne pouvait que faire du bien, et que la récolte aux démembrés pourrait être une cueillette assez riche, des plus palpitantes! Mais... les professeurs devaient déjà être à la recherche des rescapés... il ne fallait pas qu'ils en trouvent plus que lui! Ne voulant pas faire attendre plus que ça les réjouissances, Tee s'approcha de la première fenêtre qui lui tombait sous la main, l'ouvrant sans prendre en compte le fait qu'il risquait d'inonder une bonne partie des couloirs ou de créer un puissant courant d'air, il s'y glissa pour se retrouver à l'extérieur du bâtiment , au premier étage duquel il sauta sans trop de problème... Juste beaucoup de boue sur ses chaussures... et la main qui ne tenait pas son haut de forme au passage...

L'extérieur était bien pire que l'intérieur du lycée... La pluie n'était plus que du bruit assourdissant mais une véritable masse écrasante perpétuelle , et on y voyait à quelques mètres seulement, un petit brouillard semblait en plus s'être levé... Comme si la pluie ne suffisait pas à gêner la vision! Tee était donc obligé de bien relever un peu sa frange pour ce coup-ci, et de toute manière, personne ne pourras voir ses yeux fins avec une telle visibilité, à moins de se trouver à quelques centimètres de son visage... Une méchante idée lui traversait l'esprit... Mais il la gardait pour plus tard, ne pas tout faire d'un coup... Avant tout, la cueillette! Enfin, il n'avait pas vraiment reçu l'ordre de rapatrier tout le monde à l'intérieur... et de plus, il ne savait même pas où il devrait empiler les survivants... Bref, la phase de recherche allait commencer!

Une seconde pensée arriva à l'esprit de Tee: Il ne pourras pas manger de sablé à l'extérieur... ça risquerait d'augmenter les probabilités qu'un éclair lui tombe dessus... Enfin, ça risquait surtout de finir en pâté trempé au sol... Pendant que ses pensées se mélangeaient un peu, il arrivait à apercevoir un spot lumineux, puis un autre... Cette soirée ressemblait vraiment à un prélude de film post-apocalyptique! Avant de se faire remarquer de loin, le croque-mort décida de s'enfuir, en courant, de préférence, avant de remettre l'idée qu'il avait eut en marche dans sa tête... La situation y était vraiment trop propice! Mais il risquait de trop vite se faire reconnaitre... que faire... que faire... En premier lieu, il attacha ses cheveux avec beaucoup de mal en queue de cheval après avoir longuement galéré à trouver le banal élastique qui lui servait à entourer quelque uns de ses sablés... La pluie était vraiment dérangeante et les puissants flashs des éclairs ne cessaient de l'éblouir, il faudra faire avec ça, et au moins la frange restait à peu près correcte... En fait non, il se détacha de nouveau les cheveux, ça ne marcheras pas comme ça, rester comme il est lui suffira bien, malgré le fait qu'il ait des chances d'être reconnu... Tee s'accroupit et failli tomber à la renverse à cause d'une rafale, mais se retint avec sa main libre, se rendant compte que la terre était vraiment des plus boueuses... Mais.. et pourquoi pas?

Tee était près, bien prêt pour mettre en marche son idée pour de bon: Il était retourné faire un détour des plus rapides dans sa chambre, chercher son matériel... Mais quel matériel? Un de ses masques de chirurgien blanc qu'il n'a jamais l'habitude d'utiliser, une longue scie qui lui servait à la fabrication de ses cercueils, et enfin des gants noirs... Qu'allait-il faire de tout ça? Eh bien, il avait partiellement recouvert le masque de boue, juste pour lui donner un côté taché et bicolore, un tout blanc serait trop simple... T. avait aussi appliqué un peu de boue sur le haut de ses habits, ayant tenté au mieux de faire une grande tâche au centre qui s'étale. Il avait laissé son chapeau ainsi tout ce qui décorait ses habits dans sa chambre et avait complètement relevé sa mèche pour dévoiler ses yeux si rarement vus... Enfin, les gants servaient juste à cacher ses mains et la scie n'allait pas lui servir d'arme mais... Avec tout ceci, il allait pouvoir commencer une nouvelle chasse! Et justement, alors qu'il marchait encore sous la tempête en tentant de ne pas se perdre, la première victime se fit voir face à lui, enfin, entendre:

- -a va ? ---tes pas -rop --rts ?

C'était la voix d'une jeune fille qui s'était faite entendre... Malgré le fait qu'elle avait crié, certaines syllabes manquèrent à l'appel des tympans de Tee... Mais bref, le son venait de quelques dizaines de mètre plus près, et Notre croque mort déguisé était bien décidé à aller à la rencontre de la demoiselle... Plus ou moins... Il commençait à apercevoir sa silhouette dans le noir, le léger brouillard et la pluie, surtout du fait qu'elle possédait une lampe torche. De ce point là, Tee fit juste un pas, se plantant ensuite et la regardant fixement de loin... Il ne comptait pas faire autre chose, un long sourire malsain se dessinait sous son masque taché... Il releva encore plus sa frange avec pour but de la mettre pour de bon en arrière, laissant pendre son autre bras le long de son habit entièrement noir avec en son bout la scie, juste au moment où un nouveau grand éclair se fit entendre en même temps que l'excès de lumière se fit voir... la scène lui paraissait un peu cliché, mais pas déplaisante, il attendait avec un grand sourire caché que la jeune fille remarque sa silhouette, auquel cas il resterait un instant avant de disparaitre en courant dans la direction opposée; question de bien démarrer la chasse... Le but de la chasse? Sous ce déguisement, l'objectif semble logique: Profiter de la situation pour mettre fortement les chocottes à un maximum de résidents avec un une peur longue des plus frissonaaaaaaaaaaaantes~!

[HRP: Merci Byby et... Miss Chlochlo, je t'autorise à faire fuir Tee si ton personnage l’aperçoit, vu que c'est une action qui n'as encore été citée et que tu n'as normalement pas le droit de la mettre en place~!]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 10:16
[ Je suis à la bourre, mon ordi s'éteint tout seul, la pub Carrefour me détruit les neurones... La vie est belle ! ]


Génial, un orage...


Revis était tranquillement assis dans son lit, ne quittant pas des yeux l'écran de télé en face de lui. Des images tout aussi étranges qu'effrayantes filtraient par l'écran car le pion était sur la chaine... *suspens* Chasse & Pêche. Il était tombé sur cette chaîne par hasard, et une espèce de force psychique l'avait forcé à ne pas zappé. Le son était presque coupé, et Lacie dormait profondément... Le calme plat, quoi. Sauf que !
Un coup de tonnerre retentit soudain, faisant imperceptiblement trembler les murs, et par la même occasion, sauter les plombs. La télévision s'éteignit soudainement, et Revis daigna enfin réagir. Il haussa les épaules, marmonnant un "C'est pas plus mal finalement...", puis il se détacha les yeux pour s'enrouler savamment dans ses draps, la tête sous l'oreiller. C'est vrai qu'il devait se reposer, et puis, tout agaçant qu'il était, cela ne lui ferait ni chaud ni froid de remettre le travail sur le dos de ses adorables collègues. Il essaya donc de s'endormir.
Il comptait s'en sortir de cette manière ? Il était vraiment optimiste !
Un autre éclair illumina le ciel, suivit d'un grondement trois fois plus fort que celui de tout à l'heure, ce qui tira l'albinos de l'espèce de torpeur dans laquelle il s'était glissé. Revis sursauta, envoyant valser les diverses couvertures à l'autre bout de la chambre, surpris. Il avait eu peur, effectivement. Le jeune homme se frotta les yeux avant de se rendre compte de la situation. Les cris effrayés des élèves le replacèrent bien vite dans la réalité et il se leva mollement pour aller troquer ses habits de nuit pour une chemise, un jean et ses bottes, sans oublier un manteau noir sans capuche. Il n'avait à peu près que deux objectifs. Un, trouver une lampe torche ( l'ancienne avait été prêté à un élève dont Revis n'avait même pas pris la peine de se souvenir du nom. Maintenant le pion regrettait un peu. ) et deux, essayer de faire la paix dans ce fichu bahut. Autant le premier objectif de cette nuit pouvait être rapidement réussi, autant le deuxième s'avérait un peu plus compliqué. Avant de sortir de la chambre, il se retourna et lança à la cantonnade :

- Lacie ? T'es toujours là ? ( comprenez : t'es toujours vivante ? )

Pas de réponse. Le pion ne sut jamais si elle était déjà partie à la recherche de quelques élèves à éventrer ou si elle dormait simplement, puisqu'il sortit de la pièce pour accomplir sa destinée /paf/ son devoir.
Dans les couloirs, c'était la panique : des élèves hurlaient depuis leur chambre, d'autre traversaient en trombe les-dits couloirs ( ils espéraient être discrets, voilà tout.. ) et on les entendait parler. Apparemment, même les adultes y mettaient du leur.

- 'Y peuvent pas la fermer un peu.. Bon, allons voir tout ça.

A peine avait-il fait un pas qu'un squiiik ! aigu retentit, tout proche de lui, et qu'une forme grise passa près de son pied, lui arrachant un mélodieux :

- GYAAAAAAAAAAAAH ! ( cri le plus viril de l'histoire.. )

Aussitôt, le pion se mit à sprinter le long du couloir, et se retrouva on ne sait pas trop comment dehors, sous la pluie.

- ... Génial.

Ah ça, il pouvait le dire. Le temps était déchainé, c'est presque si les éclairs allaient pas en clouer un sur le sol dans quelques secondes. Et en plus il pleuvait vraiment beaucoup, et ses cheveux étaient détachés. Troisième objectif : trouver un élastique. Chose peu aisée.

- Fooormidaaable.... Et je suis fort minable, moi, par contre...

Il se mit à marcher à travers la cour, essayant de voir devant lui, mais c'était assez complexe. Le pire, c'était qu'il était étrangement calme, mais que dans sa tête passait des trucs complètement hors-sujet, par exemple la nouvelle pub Carrefour. Mais si, celle où y a un gamin qui demande à son père la racine carrée de 189... Ce à quoi le père répondait très intelligemment, et c'est pourquoi un "GERALDIIIIIIIINE" strident retentit dans son esprit, le faisant violement sursauter. Il secoua la tête et essaya d'entendre des voix qu'il connaissait, en vain. Alors il marchait sans vraiment savoir où il allait, jusqu'à ce que...

/bam/


Jusqu'à ce qu'il heurte quelqu'un. Quelqu'un d'un peu plus grand que lui. Quelqu'un qu'il reconnut presque aussitôt, partagé entre la joie et le désespoir. C'était Tee, qui était en train d'élaborer un truc dramatique pour effrayer quelqu'un. Et Revis aimait casser les moments. Surtout les moments dramatiques et/ou effrayants. Donc Revis allait casser ce moment aussi. Et Revis alla se taper l'incruste en s'écrasant contre Tee et en même temps casser l'effet dramatique qui s'était installé.

- Tee !!

Pas la peine de crier, t'es contre lui, direz-vous, mais avec ce temps, dur de s'entendre. Donc Revis restait comme un imbécile collé au foussoyeur, ses cheveux déjà tout trempés et tout collants. Magnifique.


codage par Palypsyla sur apple-spring


Voilà, j'espère que cela vous convient >w<;; ( et il fallait que je mette cette pub, il le fallait qwa xD )
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 11:31

C'était à ne plus rien y comprendre. Trente secondes plus tôt, Gold était encore vivant seul à cheminer dans les couloirs, se dirigeant vers les dortoirs pleins d'élèves paniqués. Et là, maintenant, il se trouvait par terre, avec un de ses collègues qui l'écrasait sans ménagement.

Besoin d'explications, vous aussi ?


Bien. Si nous remontons légèrement dans le temps, nous pouvons constater que le CPE rencontra une première personne à l'angle d'un corridor. Il s'agissait de quelqu'un que Gold avait déjà eu l'occasion de côtoyer maintes fois, et que l'homme jugeait même plutôt agréable : Ashling O'Connor, la jeune mécanicienne du Lycée.

Et comme ces deux là semblaient définitivement avoir un petit penchant pour se percuter à chaque fois qu'ils se croisaient, ce fut de cette manière qu'ils en vinrent à engager la conversation. M'enfin... Engager la conversation... C'était vite dit.

- Désolée... Je ne vous ai pas fait mal ?

Le CPE leva la tête vers Ashling, tentant de conserver un semblant d'équilibre. Il se doutait bien qu'on pouvait lire dans ses yeux une once d'agacements, mais il se décida plutôt à répondre avec cette politesse qu'on lui connaissait tous :

- Ne vous en faites pas, tout va pour le mieux !

Et il ajouta ensuite, un sourire aimable aux lèvres :

- Mais ne faites pas attention à moi, filez ! Vous avez probablement beaucoup plus important à fai-

- 'Shliiiiiiiing ! ♥

Gold n'eut malheureusement pas le temps d'éviter le boulet tout court de canon humain qui se précipitait vers eux -ou plutôt vers Ashling, en l'occurence. Déséquillibré par son premier choc avec la demoiselle citée ce-dessus, cette fois-ci fut la bonne : notre homme tomba au sol.

Un peu sonné, il percevait vaguement des rumeurs de conversation. Et il n'eut pas beaucoup besoin de se concentrer pour deviner l'identité de la personne qui l'avait ainsi bousculé... et qui était en train de la piétiner, soit dit en passant.

- Euh... bonjour Robert ! Tu as... euh... une... sacrée ressemblance... avec les chewing-gums... kof...

Toujours au sol, Gold en profita pour soupirer longuement sans trop se faire remarquer. Il se releva ensuite le plus dignement possible à l'aide de sa canne, s'épousseta un bon coup, et se décida enfin à répondre d'un ton... légèrement froid et tranchant ?

- Sachez, Mr. Atcliff, que je suis grandement soulagé que votre capacité de discernement soit nettement plus développée en cuisine que dans des situations comme celle-ci.

Le CPE toisa ensuite son collègue de haut en bas, s'arrêtant un instant sur le fait qu'un rat trône sur le haut de sa tête. Faisant abstraction de cela... en fait non : faisant abstraction de TOUT ce qui rendait Clein aussi... cleinesque, Gold se contenta d'arborer le visage le plus neutre qu'il avait en stock.

À croire qu'il avait prit des cours particuliers auprès de Rufus Barma tant il avait l'air blasé. Mieux valait ça, ceci-dit, car voir Gold hors de lui n'était pas franchement plus réjouissant...


[ Ouais, on aime tous Gold ! \(>w<)/ ]




Admin Gold
avatar
Devoirs rédigés : 134

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célibataire. Je n'ai rien à ajouter.
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Gold
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 11:33
Amber regarda la personne plus attentivement. C'était une jeune fille brune aux longs cheveux visiblement trempée jusqu'aux eaux.

-Bonsoir.

Et aussi aimable qu'une porte de prison. Elle aurait quand même pu employer un autre ton. Au moins, elle lui avait répondu. C'était le minimum. Amber la scruta longuement, essayant de se faire une idée de la personnalité de cette fille. Parce que, pour être en débardeur et en short de pyjama et surtout pieds nus, sous la pluie, la nuit il en faut de la personnalité. À moins d'être folle, mais ça c'est autre chose. Bon, la jeune fille brune était visiblement plus jeune et ne paraissait pas stresser ou paniquer. Pas de signe de fatigue. Amber en conclut qu'elle était sûrement en Seconde et que l'inconnue n'allait pas se mettre à crier à chaque grondement de tonnerre.(oui, elle peut savoir beaucoup de choses en regardant une personne uwu') La brune ne devait pas être très bavarde, comme elle et ça l'arrangeait. Amber la regarda droit dans les yeux et elle remarqua qu'elle portait des lentilles... Simple à deviner quand on en porte aussi. L'inconnue était très mignonne et plus petite qu'elle. La jeune fille blonde baissa la luminosité de sa lampe.

- Désolé si je t'ai ébloui.

Ça c'est fait! Amber était rassurée que ce n'était pas un surveillant ou un professeur. Une heure de colle éviter, à moins que la brunette avait aussi sécher le rassemblement. Elle soupira et retira son casque. Franchement, les discussions, c'étaient pas son truc. Surtout avec une inconnue. Elle ne se rappelait pas l'avoir déjà vu... En même temps, elle ne s'intéressait aux autres qu'en écoutant leur discussion... Des fois, Amber avait l'impression d'avoir une cape d'invisibilité. Mais avec son mètre quatre-vingt douze, on pouvait pas la loupé. Elle regarda encore une fois l'inconnue, toujours trempée puis la porte, qu'elle ouvrit par politesse.

- Tu es trempée, il faut que tu rentres sinon tu vas tomber malade.

Mais depuis quand elle se préoccupait des autres ? Une bourrasque de vent emporta les cheveux d'Amber qui ne pouvait plus voir l'autre adolescente. La tempête était de plus en plus violente et les éclairs zébraient sans dis-continue dans le ciel. Pourvue que l'autre fille se dépêche, la jeune blonde voulait rentrer le plus vite au chaud. À l'intérieur, les cris et le bruit de personne qui galopaient dans tout les sens se faisaient entendre... Pour vu que quelqu'un calme ces élèves qui ont peur d'un simple orage. Amber avait connu pire en Californie. Et s'il y avait un rassemblement, ces élèves ne seraient sûrement pas en train de courir dans les couloirs. La grande blonde était rassurée.

Amber se demanda pourquoi l'inconnue avait employé ce ton. C'est vrai, quoi, il faut un peu respecter son aînée... Était-elle en colère? L'avait-elle dérangé? Puis elle se ressaisit. Amber voulait toujours savoir tout... Mais ne disait jamais rien. Elle avait apprit à écouter et développait plus son ouïe qu'un autre sens. Elle n'était pas timide, mais gardait le plus souvent ses pensées pour elle. Elle était impassible la plupart du temps et essayait de ne pas montrer ses sentiments. Trop de choses l'avait tourmenter : la mort de ses parents et sa maladie surtout. Son cauchemar lui revient comme un éclair et elle prit sa tête dans une main, l'autre tenant la porte. Non, elle ne devait pas pleurer... Si la jeune fille brune la voyait, elle lui poserait sûrement des questions... Et ce serait une catastrophe. Ce rêve lui paraissait tellement vrai qu'elle en avait peur. Le sang et tout le reste. Pourquoi revenait-il ? Il ne pouvait pas disparaître, le matin, comme chaque rêve ? Mais non, il restait ancrer dans sa tête et recommençait. Amber souffrait déjà beaucoup, ce n'était pas suffisant ? L'inconnue la regardait. Mais que dire ?...

- Un simple mal de tête, dépêche toi!

La grande blonde avait employait le mauvais ton, sans le vouloir. Elle n'avait pas voulut brusquer la brune, mais le souvenir du cauchemar l'avait un peu poussé à bout. Elle ne demandait que de l'oublier, c'est tout! Maintenant, la jeune brune, dont elle ne connaissait toujours pas le nom, allait la prendre pour une folle, ou quelque chose dans le genre.
avatar
Devoirs rédigés : 352

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: ............ J'aime les p'tits points 8D/SLENDER/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 13:04
Tee était toujours en pose, patientant pour que la petite l'aperçoive... Il n'arrivait pas vraiment à discerner si elle l'avait vu ou non, mais il s'apprêtait bien à partir dans moins de quelques secondes... Si bien évidemment, il n'y avait eu aucun problème... Qu'est ce qui serait le pire dans une situation pareille...Finir foudroyé? Retrouver tout ses sablés en pâté pour chien? Se retrouver nez à nez avec une momie dans un scène délirant de fin du monde? Shyrai aurait pris la seconde sans hésiter.. mais c'était la troisième qui allait se présenter devant lui: sans même prévenir, un Revis enragé en rûte lui sauta dessus, manquant de le faire tomber. Tee ne put tout de même pas s'empêcher écarquiller grand ses yeux jaunes et de perdre son sourire caché face au problème qui allait le gêner plus qu'autre chose dans son précieux travail...

- Tee !!

... Et en plus, il l'avait reconnu... Il fallait vite trouver une solution avant que tout ne tombe de manière figurative à l'eau... Ses yeux redevenait mi-clos, et il repris son petit sourire en dessous de son masque boueux, une petite solution improvisée lui passait par la tête~ Il jeta sa scie devant lui puis se força à tomber sur le côté en emmenant Revis avec lui, faisant en sorte de tomber sur le ventre... L’atterrissage lui fit tout de même cogner la tête au sol; tentant de la relever un peu malgré le coup violent qu'il s'était infligé, le concierge inspectait les "dégâts" de la chute: il était maintenant complètement recouvert de boue des pieds à la tête au devant de son corps, même les cheveux avaient pâtis du bain... Mais son crâne lui faisait plus que mal, et même si la pluie l'effaçait légèrement, il pouvait voir sur son gant droit des petites traces de sang... Son front devait saigner, la tête saigne assez facilement, mais ce n'était que le début... Il devait cependant reprendre au mieux ses esprits, la vision se faisait trouble au point de ne plus voir celle à qui il comptait faire un mauvais coup.

- Revis... Tu ne pouvais pas venir juste après... sérieusement..?

Avec le bruit de l'orage, il y avait bien peu de chances que Revis ait entendu sa phrase, mais ce n'était pas vraiment le but de base, Tee se parlait plus à lui même... Il se tenait le front de ses deux mains après avoir pris appui dans la terre molle et flasque avec ses coudes, tentant toujours de se remettre du coup, à moitié sonné. La pluie impressionnante n'aidait pas, la pression qu'elle allait exercer sur son crâne amplifiait un peu plus la douleur, et le tonnerre grondant résonnait sans cesse dans son esprit... Dur d'avoir les idées claires. Il n'avait strictement aucune idée de ce que pouvait avoir fait Revis juste à côté de lui ou même la gamine qu'il voulait terrifier... Une de ses mains cherchait à l'aveuglette sa scie pendant que l'autre tenait toujours sa blessure... Elle ne rencontrait que de l'herbe grasse et s'enfonçait à chaque fois dans la boue, où était cette satanée scie?! Pour mieux la chercher, il se mit à genoux, ce qui franchement ne l'aida pas à reprendre ses esprits... Mais il ne trouvait rien, rien du tout, pas même un membre de revis ou un bout de bois, juste de la terre, et sa vue ne voulait pas coopérer... Il tenta de se relever lentement, mais il titubait trop pour y rester longtemps: Au bout d'à peine dix secondes, il tomba de déséquilibre la tête en avant, heurtant encore quelque chose de son crâne... C'était un objet métallique, très certainement sa scie...

Il restait planté au sol, la tête encore plus amochée qu'avant contre sa scie... La blessure ne devait pas être légère pour qu'il soit dans un état pareil, il ne ressentait plus rien d'autre que sa forte douleur au front, ni même les bourrasques ou la pluie ne lui faisaient quoi que ce soit en ce moment, si quelqu'un l'avait touché, il ne l'aurait pas senti... Son plan était visiblement complètement tombé à l'eau.

Ouvrant un oeil, il finit par remarquer difficilement que l'objet sur lequel il s'était écrasé était bien sa scie, mais il discernait aussi de nombreux filets rouges dessus... Certainement le sang de sa blessure... Rien qu'avec ce qu'il arrivait à voir, il y en avait une bonne dose, la blessure n'était définitivement pas petite... Après son petit repos tout aussi improvisé que son idée d'échappatoire foirée, il se releva lentement en ayant repris sa scie maintenant assez ensanglantée, tenant de son autre main son front visiblement gravement blessé...

Récapitulons... Il était maintenant recouvert de boue des bottes jusqu'aux cheveux, avait une blessure assez importante au front qu'il tenait pour éviter que ses cheveux n'y rentrent, une scie ensanglantée portée par des gants tout aussi ensanglantés, un champs de vision équivalent à celui d'un chien ayant ingurgité des centaines de paquets de sucre et une migraine qui empirait à chaque grondement de tonnerre.... Il était dans un état vraiment magnifique, mais au moins l'hémorragie semblait moins puissantes qu'avant qu'il ne passe un petit temps collé à sa scie...

Mais il ne pouvait s'empêcher de toujours énormément tituber et de marcher à tâtons, manquant de tomber à chaque pas... Au fait, qu'était devenu Revis? Et sa victime? Il n'avait tout de même pas passé plus de cinq minutes grand maximum dans les vapes... pendant qu'il réfléchissant, il se rendit compte que le sang de sa blessure continuait de couler, étant passé en filets jusqu'à son masque... Il augmentait la pression sur sa blessure, espérant qu'il n'allait tout de même pas s'évanouir complètement avec une blessure aussi stupide bien que puissante.

Toutes ses pensées se mélangeaient, et en s'en rendant à peine compte, il heurta ce qui semblait être un être humain... Il ouvrit un de ses yeux dévoilés, n'arrivant tout de même pas à voir la personne, ne pouvant même pas discerner si c'était une fille ou un homme... Il aurait voulu prononcer quelques mots, mais le goût de sang qui arrivait à sa bouche toujours cachée l'en dissuadait... Qui était-ce?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 15:15
La jeune fille qui faisait face à Lila lui semblait beaucoup plus intelligente. Avec son sweet à capuche et ses chaussures, elle avait au moins réfléchi avant d'aller dehors. La brune commençait sérieusement à regretter son envie spontanée de tournoyer sous la pluie. Elle commençait à trembler et elle était sure que de l'eau avait fait bouger sa lentille. Or, elle n'avait pas trop envie de l'enlever devant cette inconnue. Qui ne pourrait que lui poser des questions à la vue de son œil quasiment blanc.
Elle détourna les yeux de la blonde car son regard scrutateur la mettait un peu mal à l'aise et aussi à cause de la lumière de sa lampe. La blonde sembla le comprendre car elle l'éteignit.

- Désolé si je t'ai ébloui.

Lila en profita pour regarder plus attentivement l'inconnue. Grande, mince, des cheveux d'ors raides, des yeux violets... Elle devait être populaire. Elle ne l'avait jamais vu et la brune en déduisit qu'elle devait être dans un des niveaux supérieurs. La blonde enleva son casque en soupirant, surement pas très heureuse de parler à Lila. "T'inquiète, le sentiment est réciproque" pensa-t-elle. Elle ouvrit ensuite la porte, éclairant d'un seul coup le dehors.

- Tu es trempée, il faut que tu rentres sinon tu vas tomber malade.

Lila était parfaitement d'accord, elle grelottait et devait vaincre des records de pâleur en ce moment. Elle allait se plonger dans la douce chaleur du Lycée quand elle remarqua que la blonde se tenait la tête d'une main. Qu'avait elle ? Elle semblait perdue. Et son attitude lui rappelait la sienne lorsque des souvenirs refaisaient surface. Avait-elle des souvenirs désagréables qui la hantait ? Ou peut être autre chose ?

- Un simple mal de tête, dépêche toi!

La brune ne se formalisa pas du ton employé par son ainée. De plus, sa lentille commençait sérieusement à lui faire mal. Elle rentra et, sans faire attention à l'inconnue, se plaça dans un coin reculé, face au mur. Elle enleva rapidement l'objet de malheur de son œil tout en soupirant de soulagement. Elle la remit précautionneusement. Elle la gênait toujours mais ne lui faisait plus aussi mal. Elle se retourna vers la blonde et lui sourit.

- Je suis désolé de t'avoir dérangée. Je m'appelle Lila Rosaline, enchantée de te rencontrer.

C'était parti pour les présentations. Puis, se souvenant de l'état de la jeune fille un peu plus tôt elle continua.

- Si tu ne te sens pas bien, tu devrais retourner dans ta chambre. D'après ce que je vois, il n'y a aucun rassemblement fait par les adultes.

Elle ne lui avait pas proposé l'infirmerie car, après avoir rencontré Miranda Barma, elle n'était pas sure que ce soit une bonne idée.
avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 16:46

Sous sa chrysalide improvisée, la blondinette entendit vaguement sa camarade de chambrée parler au renardeau apprivoisé qu'elle gardait. Bon, au moins, Abby ne s'était pas trompée en supposant qu'il s'agissait du petit compagnon que sa camarade gardait auprès d'elle, Kish, et il ne s'agissait pas d'une quelconque hallucination ou d'un étrange effet d'optique. Il n'aurait plus manqué qu'elle suspecte une présence fantomatique pour qu'elle pète les plombs. Qu'elle ne pète pas les plombs. Ahm. Parce qu'elle n'était pas en pleine crise de nerfs, là ? Enfin … si elle s'était mise à croire que la chambre était hantée, ça aurait certainement encore empiré la situation. Et son rythme cardiaque au passage, mais passons.

En entendant le « t'es toujours aussi effrayé ? » apparement étonné d'Enola, une furieuse envie de lancer un «  Tout à fait d'accord ! » un  poil agressif sur les bords traversa par miracle son esprit en pleine confusion, mais l'autre lycéenne lui offrit directement l'occasion d'exprimer son avis de grande paniquée sur l'affaire.

- Heu... Aby ? Faut pas avoir peur comme ça, lâcha-t-elle plutôt calmement, c'qu'un orage... Tu crains rien...

- Mais mais justement c'est un orage ! couina Abby, s'agitant pour retirer sa couverture de sur sa tête, pour essayer de repérer sa colocataire dans le but de la fusiller du regard, ç-ça peut te griller sur place et puis -Pouf!- t'es mort ! Fini ! Et et puis ça devrait même pas exister ! C-c'est  une abomination Kyyyyaaaaaaaaa ! Contre-nature, ça ! conclut-elle en gémissant plaintivement lorsqu'un nouveau grondement se fit entendre.

Elle avait toutes les raisons d'avoir peur, non ? Même Enola lui faisait peur, sa lampe donnant à la pièce une allure spectrale. Ne manquait plus qu'elle prenne un visage d'outre-tombe et c'était foutu. Après tout, l'orage électrocutait méchamment les grenouilles, non ? Donc il y avait toutes les raisons de s'inquiéter !

La logique aurait voulu qu'elle évite de regarder par la fenêtre les éclairs zébrant le ciel recouverts de lourds nuages, mais c'était plus fort qu'elle. Comme dans ces films aux effets spéciaux discutables où une innocente personne se retrouve face à un dangereux psychopathe armé, et reste incapable de fuir, fixant l'assassin se rapprocher encore et encore, même lorsqu'il se prépare à abattre son arme pour commettre son crime odieux, et que le sang … Un énième vrombissement de tonnerre retentit. Ou comment couper net le fil de ses pensées … peu joyeuses. Et l'orage qui ne semblait pas vouloir s'arrêter de si tôt … Abbygaëlle ramena ses genoux un peu plus contre elle, bien que le tissu dans lequel elle s'était enroulée ne lui permettait de toute façon pas de s'étaler. A vrai dire, elle devait mettre être légèrement coincée, mais en l'occurence, cette impression qui l'aurait rendue mal à l'aise en temps normal lui offrait une sorte de sentiment de sécurité. Largement dérisoire face à sa peur panique, mais c'était soit ça soit elle se retrouvait à s'agiter dans tous les sens comme un lion en cage.

- Buuuuuuuuuuuuuuuh, pleurnicha-t-elle en rabattant la capuche de son pyjama sur sa tête, tirant sur le bord au point qu'on avait presque l'impression que son visage allait disparaître derrière, j'passerai tous mes mercredis après-midi en colle avec Lottie si il faut, mais 'veux que ça s'arrêêêêêête ……… implora-t-elle finalement.

En parlant de la CPE, peut-être que quelqu'un allait passer voir si personne ne s'était éparpillé dans le lycée ? A cet instant, Abby aurait été réellement heureuse de voir la fétichiste du rose débarquer dans la chambre. Elle ne lui aurait pas non plus sauté dessus, mais presque … si c'était un adulte sympathique, là oui, il y avait un gros risque pour que le ou la malheureux(se) se retrouve avec une grenouille en larmes dans les bras, qui accessoirement ne lâcherait pas prise avant la fin de la tempête … ou avant d'être dûment assommée.

avatar
Devoirs rédigés : 727

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Nyaaaa, Edwiiii ~ ♥ ^w^
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 18:27
Pauvre CPE … pour une deuxième fois, Ashling avait failli lui faire perdre complètement l’équilibre. Fort heureusement, il réussit à se ressaisir et éviter la chute. Une fois redressé, il s'adressa à elle :

- Mais ne faites pas attention à moi, filez ! Vous avez probablement beaucoup plus important à fai-

Oui … Mais oui la coupure de courant ! Le générateur n'avait pas supporter l'orage. Le générateur de secours … euh … comment dire, le Lycée n'en avait pas. Étrange dans un pays où la sécurité est de mise. Mais bon, Ashling n'avait jamais vraiment pris le temps de lire toutes les petites lignes des règlements de sécurités électriques … Nan, vraiment, passer une semaine à éplucher tous les textes de lois ne la tentait pas. Alors que la jeune femme était sur le point de répondre à Mr Gold pour s'excuser une fois de plus, s'en voulant de n'avoir pas fait plus attention … Une fusée, non, une ovni fonça sur elle et au passage, renversa le pauvre CPE qui cette fois frappa le sol …

- 'Shliiiiiiiing ! ♥

Alors résumons la scène, un boulet humain, une énorme dose d'affection brutale, un CPE malchanceux … Il ne fallut que quelques secondes pour comprendre tout, et cela se résumait en un mot, enfin, un prénom plutôt : Clein. Clein, le cuistot du Lycée Pandora. Si Ashling n'arrivait à parler un peu avec des personnes qu'elle aimait bien telles Mr Gold, quelques professeurs et bien sûr Tee, … Clein était celui avec lequel elle était le plus proche. Son meilleur ami en quelque sorte … si elle aimait être avec lui, c'est surtout parce qu'il lui redonne toujours le sourire, et il était bien le seul …

Et décidément, Gold se faisait piétiner par Clein … et son rat. Car Ashling connaissait cette bête mais ne pensait pas que Clein sortirait avec … et sûrement pas sur sa tête ! Mais bon … pas le temps d'y penser. Ashling se faisait littéralement étouffée par son ami qui finit par doucement la lâcher.

Moi aussi je suis contente de te voir Clein !

C'est seulement maintenant que Clein sembla s'intéresser au CPE … d'une façon on ne peut plus étrange.

- Euh... bonjour Robert ! Tu as... euh... une... sacrée ressemblance... avec les chewing-gums... kof...

Quelle comparaison ! Ashling se doutait bien que Gold n'allait pas laisser passer cela … et il n'y avait que Clein pour appeler le CPE par son prénom. Effectivement, il ne tarda pas à répondre une fois levée et d'une voix glaciale.  

- Sachez, Mr. Atcliff, que je suis grandement soulagé que votre capacité de discernement soit nettement plus développée en cuisine que dans des situations comme celle-ci.

Clein était un très bon cuisinier … et Ashling savait qu'il adorait son travail mais plus que tout, la cuisine.

Mais d'abord penser au plus important ! La jeune femme se tourna vers Gold tout en restant près de Clein.

Il ne vous a pas fait trop mal ?
irish woman
avatar
Devoirs rédigés : 388

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Paumée.
Voir le profil de l'utilisateur
irish woman
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 18:49


« reveillee par la tempete»

minuit, le tonnerre gronde...

*réécriture*

DDS

Directrice suprême
avatar
Devoirs rédigés : 1110

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo:
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com
Directrice suprême
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 22:17

Ah non, mais c'était définitif ! Chloé ne voyait pour ainsi dire rien du tout !

Avec un peu l’impression d’avoir crié dans le vide, la brunette répéta sa question, un peu plus fort cette fois-ci. Effectivement, il lui semblait bien apercevoir une silhouette humaine tenant… un objet long dans la main.

La demoiselle plissa des paupières, avant de finalement enlever ses lunettes pour se simplifier un peu la vie. Peut-être qu’elle ne discernait pas clairement les choses autour d’elle, mais au moins, elle n’atait pas aveuglée par les gouttes de pluies collées à ses verres…

Histoire d’en avoir le cœur net, Chloé s’approcha… pour finalement voir une deuxième silhouette debout à côté de la première. Mais c’était quoi ce bordel ? Voilà qu’elle voyait double, maintenant !

Cependant, une exclamation vint contredire sa déduction hâtive :

- Tee !

Bien. Nous avions donc là l’identité du premier individu. Satisfaite, Chloé continua à se rapprocher… avant de voir les deux formes basculer au sol. Qu’est-ce que c’était encore que ça ?!

- Revis…, sembla entamer Tee, bien qu’au sol. Tu ne pouvais pas venir juste après… sérieusement… ?

Houlà… Ça sentait d’ores et déjà le plan foireux, ça…

Après un énième soupir, Chloé s’approcha des silhouettes, et discerna effectivement Revis et Tee, en train de barboter dans la boue. Si la demoiselle se désintéressa assez vite du premier, elle grimaça face à l’état du second : vraisemblablement, celui-ci s’était cogné en tombant sur… une scie ?

Le taux d’absurdité dans l’air aillant largement dépassé le seuil autorisé par l’esprit de la binoclarde, celle-ci ferma les yeux et expira longuement. Elle allait compter jusqu’à vingt, et tout rentrerait dans l’ordre.

Vingt secondes plus tard, Chloé rouvrit les paupières. Bon, l’orage et la pluie étaient toujours là, mais effectivement, plus aucune trace de Tee. Bah, au moins un problème en moins…

Après avoir fait un rapide tour pour vérifier qu’il n’y avait pas de blessés, l’adolescente décida de rentrer dans le bahut. Ce fut donc dans un concert de « splotch ! » des plus élégants que la binoclarde gagna l’entrée des dortoirs. Une fois à l’intérieur, elle chercha à remettre ses lunettes après les avoir essuyer. Oui, mais les essuyer avec quoi ? Tout ce qu’elle portait était détrempé !

- Mais merde, à la fin ! S’exclama donc Chloé, légèrement à bout. Y’a pas moyen de vivre tranquillement dans ce Lycée ?!

En redressant la tête, la lycéenne vit que sa phrase avait été entendue. Effectivement, face à elle se tenait Tee (encore lui !), mais aussi Camille. Ce que cette dernière faisait là, c’était une bonne question…

- Vous devriez éviter de vous promener avec une scie, M’sieur…, lâcha finalement la passionnée de rapaces à l’attention du foussoyeur. Vous allez finir par faire peur à quelqu’un…

Et, faisant complètement abstraction du fait que Camille paraissait juste terrifiée, la brunette alla tapoter celle-ci sur la tête, la trempant au passage.

- Fausse alerte, Cami-chan ! Fit-elle tout en continuant à mouiller sa camarade. Les volets n’ont fait aucune victime.

Avec la dignité d’un empereur romain, Chloé indiqua ensuite en passant son chemin :

- Bon, si ça dérange personne, je vais essayer de trouver une âme charitable avec des serviettes de bain pour me sécher… Camille, on se retrouve tout à l’heure !

Et la demoiselle fila une nouvelle fois, prenant la direction des chambres. Qui sait ce qui allait encore pouvoir lui arriver ensuite…




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 23:16
Allongé sur son lit, Break était abîmé dans de quelconques rêveries. Le sommeil ne l’avait pas encore gagné, mais son esprit avait déjà commencé à dériver, sautant de souvenirs en réflexions, d’affabulations en  en souhaits, quand un brusque coup de tonnerre le tira en sursaut de ses pensées.

D’un seul coup, la pluie légère qui tombait jusque là devint une averse, accompagnée d’un vent à décorner les bœufs. Et bien entendu, étaient offert avec le roulement du tonnerre et le flash des éclairs. Et à entendre les cris qui montaient des dortoirs, cet orage soudain ne devait pas être au goût de tous. La plupart lui parvenaient très étouffés ; ils venaient pour une bonne partie de chez les filles, et représentants masculins des élèves préférant s’abstenir, virilité en jeu. Même si certain faisaient malgré tout chorus avec les demoiselles. Pour sa part, Break n’avait pas grand-chose contre les orages en eux même. Simplement, parfois, il se rappelait que la foudre pouvait parfois provoquer des incendies. Et le temps de la brève illumination d’un éclair, le jeune homme se revit ce soir là, chez les Sinclairs, trompé par les cris des lycéens qui retentissaient au loin. Puis la pièce fut de nouveau dans le noir, et la vision s’estompa. Il battit des paupières et laissa échapper un petit rire nerveux. Il se força à se détendre, et la voix enrouée d’un garçon qui beuglait :
« C’est la fin du mooooooonde ! », lui arracha un demi-sourire. Il alla ouvrir la porte pour s’aventurer dans le couloir.

Celui-ci était toujours plongé dans le noir, et comptait une population assez inhabituelle à cette heure de la nuit. Il y avait beaucoup de hurlement, poussés par frayeur ou pour le simple plaisir de rajouter au tumulte, pas mal de gens qui allaient et venaient pour commenter l’orage avec leurs camarades, une foules d’excités qui courraient partout pour des raisons pour le moins obscures. Break haussa un sourcil amusé. Il avait déjà pu constater que les orages provoquaient parfois un peu d’hystérie, mais là… Et il devinait que ce joyeux bazar ne se limitait sans doute pas à ce seul couloir, et que l’orage soufflait vraisemblablement un vent de folie sur le lycée. Il soupira. De toute évidence, le calme n’allait pas revenir tout de suite. Conclusion, difficile de trouver le sommeil pour le moment. Il retourna dans sa chambre, où son colocataire semblait toujours dormir, prit Emily, et ressortit. Un léger sourire flottait sur ses lèvres.

Rester dans la chambre n’aurait servi à rien, et si l’ambiance du dortoir était divertissante, il avait de meilleurs projets. Pourquoi ne pas profiter de ce charmant désordre pour aller manger un morceau ? Tout le monde devait avoir mieux à faire que de surveiller la cuisine, et Break avait un petit creux. Il aurait été honteux de laisser passer l’occasion. Sans plus prêter attention au désordre ambiant, il traversa et quitta le dortoir pour se diriger vers l’escalier qui le mènerait au réfectoire. Il pouvait bien en profiter ; ce soir, il y avait peut de chance qu’on vienne l’ennuyer.
avatar
Devoirs rédigés : 80

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Seul et sans doute pour longtemps. *jette un coup d'oeil à l'air narquois de la rplayeuse* Hey ? C'est quoi ce sourire ? èoé
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 23:32
Clein observa avec de grands yeux plein d'une affection contenue la plutôt grande Ashling O'Connor et entendit avec joie son "moi aussi je suis contente de te voir Clein !", s'apprêtant à l'étouffer de nouveau avant de se demander à qui était destiné l'attention de son amie qui consistait à s'assurer que quelqu'un n'avait pas fait trop mal à quelqu'un d'autre et de se rappeler qu'il avait piétiné le pauvre Robert. Il se recula légèrement et attendit qu'il prenne un appui ferme sur sa canne et s'époussète méticuleusement avant de laisser passer tous ses appuis sur sa jambe gauche et de faire rouler ses hanches vers celle-ci, ne lâchant pas du regard l'homme chewing-gum.

- Sachez, Mr. Atcliff, que je suis grandement soulagé que votre capacité de discernement soit nettement plus développée en cuisine que dans des situations comme celle-ci, affirma sèchement le CPE.

Clein cilla, se passa une langue humide sur ses lèvres sèches et une main dans ses cheveux ébouriffés, enregistra les propos, mit de longues secondes à réfléchir en composant avec verbe-sujet-complément, rajusta avec dignité son caleçon froissé et voulut répondre, hochant vigoureusement la tête, lorsque Poubelle tomba de son crâne ; n'arrivant plus à s'agripper à ce dernier grâce à ses petites griffes, elle avait plongé le nez en avant et s'était misérablement écrasée sur le sol. C'est alors que les yeux du rouquin s'agrandirent un peu plus et sa bouche s'arrondit en un "o" d'effroi. Il passa plusieurs secondes ainsi, l'air horrifié, avant de s'accroupir prestement de serrer sa petite protégée contre lui en lui murmurant des mots d'excuse et de réconfort.

- Pardon, ma petite Poubelle, je voulais pas... t'es tombée toute seule ! J'veux dire... fallait me dire que tu te tenais pas bien à mes cheveux !

Poubelle dodelina de sa petite tête étourdie, l'air de se demander ce qu'il se passe.

- Nan, me boude pas ! Je te jure que j'ai pas fais exprès ! Hein que j'ai pas fais exprès Robert ? demanda le cuisinier d'une toute petite voix, les yeux brillants de larmes de pur désespoir.

Et comme pour assentir à ses propos, Poubelle mordit férocement sa main ; aux yeux de Clein, c'était un petit mordillement d'affection et il rit ; d'un rire de petit garçon, aux accents étrangement rauques. Puis il embrassa son petit museau qui ne tarda pas à mordre également sa lèvre inférieure à présent mutilée et Clein rit encore. Puis il se mit à chantonner le refrain de When the rain begins to fall en grattouillant le ventre sale de la petite bête, oubliant complètement les silhouettes de Gold et Ashling qui se tenaient dans la pénombre ambiante.

Il reprit conscience, brusquement, qu'il devait répondre au CPE, et se redressa vivement dans une sorte de saut d'écureuil - ou de lapin arthritique - et reposa Poubelle sur le sommet de son crâne, en lui tenant l'une de ses pattes de deux doigts afin de la rattraper si elle tombait de nouveau.

- Je disais donc... ! Euh... vous pouvez répéter ce que vous venez de dire ? Je crois que j'ai oublié...
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Aoû - 23:47
Ah, en fait, Tee se trouvait déjà sous le toit de Pandora... Il ne l'avait pas remarqué mais en enlevant le gant de sa blessure un instant, il ne sentait pas de pluie la toucher... c'était déjà une bonne chose de faite... Maintenant, la question qu'il tentait de se poser avec son esprit embrumé était... qui se trouvait donc devant lui? Quand il l'avait heurté, il n'avait pas eu le temps de se rendre compte de la corpulence de l'obstacle... mais il n'y avait pas non plus eu de cri ou de petit gémissement de douleur... tee était il en face d'une montagne de muscle? Eh bien... non, pas vraiment...

- Vo-Vous n'allez pas B-b... *à la voix, Camille fut vite reconnue par le croque mort...*

- Je-

- Que-Que vous êtes-il arrivé ?...

- Et b-

- Vous saignez abondamment à la tête ?!

- T-

- C'est quoi ce délire !

- At-

- D'où sort cette scie !

- St-

- Et... !!

- Mais é-

Ce coup-ci, quelque chose semblait lui tirer une bonne mèche de cheveux vers l'arrière, ce qui donna comme réflexe à Tee de mettre la main à son front pour protéger sa blessure, sait on jamais... Celui qui tirait ses cheveux les bougeait un peu dans un sens répétitif avant de les lâcher... Qu'est ce qui venait de se passer?

- Mais merde, à la fin ! (là, Tee pensait mot pour mot la même chose)  Y’a pas moyen de vivre tranquillement dans ce Lycée ?! (là non, lui, il adorait~)

C'était la voix de Chlochlo... Dans un grand effort, Tee tourna la tête et remarqua que la jeune chouette était en train de bine recadrer ses lunettes... Est ce qu'elle venait juste de laver les verre avec... ses cheveux??? Une chouette est censée avoir une vision perçante de nuit, pourquoi ne porte-t-elle pas au moins des lentilles...? Bref, trêve de préjugés... La jeune fille reprenais son dialogue, s'adressant maintenant à sa meilleure amie... En fait, au passage, elles avaient tout de même réussi à couper Shyrai six fois d'affilés en moins d'une minute...

- Vous devriez éviter de vous promener avec une scie, M’sieur… Vous allez finir par faire peur à quelqu’un… *Shyrai ne voyant aucun commentaire à faire sur cette phrase mis à part "c'était l'idée", nous ne jugeons pas utile de faire sauter un ligne de plus pour cela à ce pauvre RP peu extensible, merci de votre compréhension* Fausse alerte, Cami-chan ! Les volets n’ont fait aucune victime.

Donc, ce qu'elle inspectait à l'extérieur, c'étaient les volets de leur chambre... ils avaient dus s'arracher avec la tempête très certainement, et il était bien possible qu'un mort pas vivant se soit retrouvé en dessous... Pas le temps de penser, Chloé reprenais, encore...

- Bon, si ça dérange personne, je vais essayer de trouver une âme charitable avec des serviettes de bain pour me sécher… Camille, on se retrouve tout à l’heure ! *chloé partit...*

... ... ... Tee ne bougeait pas, il ne faisait pas un bruit, pas un geste, il restait une main sur le front, l'autre sur la scie, la bouche entrouverte sous son masque et le corps boueux, là, à ne rien faire... ses pensées étaient complètement vides, une seule lui traversa l'esprit: "Est ce qu'elle... a vraiment essuyé ses lunettes avec mes cheveux, vraiment?" ... Semblant dépourvu d'émotions, Tee alla placer ses deux gants boueux et ensanglantés contre le mur d'à côté, assez écartée, il regardait le mur pendant quelques secondes puis... /BAM/ alla s'écraser le front contre celui ci~

- BORDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEL!

Il se tenait le haut du visage entre ses deux mains, son crâne souffrait plus qu'un peu... Il avait en fait oublié pendant un instant qu'il s'était précédemment blessé, et le choc ne manqua pas de le lui rappeler brutalement, tout en colorant au passage le mur d'un beau liquide... mais Tee, c'est Tee, et il semblait que pour une raison ou une autre, il avait requinqué ses batteries...  et encore une fois: pas qu'un peu!

- CHL-

Alors qu'il allait s'apprêter à s'élancer, il s'arrêta net, comme si il venait de se rappeler de quelque chose... Maintenant droit et semblant en pleine forme malgré le sang qui s'était remis à couler de sa blessure, notre concierge tourna les talons pour retourner voir Cali-near qui semblait ne pas avoir vraiment bougé... enfin, tout à l'heure, il ne l'avait pas vraiment vue, donc, il n'en savait pas grand chose. Tee se baissa un peu face à elle, baissant son masque de deux doigts pour faire réapparaitre son sourire et laissant sa main en l'air pour dresser un doigt à chaque chiffre:

- De un, je vais parfaitement bien; De deux, je me suis frotté à un Revis; De trois, oui, je saigne; De quatre, c'est un orage; De cinq, elle vient de ma chambre... Et mon tout va te faire un gros câlin pour montrer qu'il te pardonne de ne pas l'avoir laissé parler avant, hmmmm~?

Devinez quel était le vrai but du câlin... Ce fut dans un grand sourire qu'il alla enlacer la jeune enfant bien contre lui pour la tâcher de sang et de boue de tout son corps, une main ensanglantée dans les cheveux, les cheveux boueux de Tee dans la figure, la figure de Tee qui allait étaler son sang et sa boue sur les cheveux déjà tâchés par une main , la seconde main qui allait entourer Cali-near pour bien lui tâcher la taille, et enfin la taille de Tee pour aller tâcher encore plus celle de cali-neaaar~! Un câlin certainement des plus agréables pour la petite! Mais bref, tout bon moment a une fin, et celui ci aussi... il lâche la jeune fille maintenant tâchée de terre molle et de liquide rouge de part et d'autre dans un sourire, regardant maintenant le couloir avec un nouveau rictus encore plus large... En moins de deux, il s'élança rapidement dans le couloir du dortoir féminin, laissant grand nombre de traces de sang et d'eau plus ou moins boueuse au sol...

- CHLOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO[...]OOOOOOOOOOOOOOOOOOEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE~!!
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Aoû - 12:10
L'inconnue avait enfin décider de rentrer et Amber referma la porte. Elle soupira et tenait maintenant sa tête avec ses deux mains. Il fallait qu'elle pense à autre chose que ce cauchemar... Elle regarda la brune, qui lui tournait le dos pour faire je-sais-quoi. Quand notre jeune blonde s'apprêtait à regarder ce qu'elle faisait par dessus son épaule, l'autre adolescente se retourna et lui sourit.

- Je suis désolée de t'avoir dérangée.

Dérangée ? C'est plutôt Amber qui voulait dire ça. Elle l'avait éblouie et forcé à rentrer à l'intérieur. Mais ça n'avait pas l'air de déranger la jeune fille brune. Et puis, elle lui avait plus ou moins parler méchamment. Amber retira ses mains de sa tête. Franchement, elle avait l'air ridicule.

- Je m'appelle Lila Rosaline, enchantée de te rencontrer.

Les présentations. Bon, elle connaissait maintenant le nom de l'inconnue. Lila, c'est un joli prénom. Amber hésita un moment avant de répondre, regardant dehors où la tempête soufflait toujours. Le spectacle était toujours aussi beau aux yeux d'Amber, quoique un peu effrayant parfois, mais c'était le charme d'un orage. Elle entendit Lila continué.

- Si tu ne te sens pas bien, tu devrais retourner dans ta chambre.

Amber se retourna vers son interlocutrice. Il était hors de question ! Elle se sentait incapable de se rendormir, tant qu'elle n'aura pas un minimum oublier ce cauchemar. Et puis, la tempête faisait un boucan pas possible. Et sans électricité, elle ne pouvait rien faire. Amber s'étonna que Lila s'inquiètait pour elle.

- D'après ce que je vois, il n'y a aucun rassemblement fait par les adultes.

Amber était rassurée. Elle gratifia Lila d'un sourire un peu forcé, tout en se demandant ce qu'elle allait faire. Franchement, ils n'avaient aucune organisation dans cette école. Même pas fichu de garder des élèves calment.

- Je m'appelle Amber Octis et je suis élève en Terminal.

Ça, c'est fait, pensa notre jeune amie blonde. Elle continua sur sa lancée avant que l'autre adolescente ne dise quelque chose.

- Je préfère me promener que retourner dans ma chambre. Normalement, il va vite passer ce mal de tête. Et puis, si on croise un surveillant, on pourra demander si un rassemblement est prévu.

Amber avait décidé de rester avec Lila. Il valait mieux qu'elle se change les idées en parlant avec elle. Mais elle se souvenu que la jeune fille brune était trempée. Lila n'avait pas fière allure.

- Tu devrais aller te changer. Tu veux que je t'accompagne ?

Elle espérait que l'autre adolescente n'allait pas la laisser seule, avec son cauchemar... Ce serait la pire des choses.
avatar
Devoirs rédigés : 352

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: ............ J'aime les p'tits points 8D/SLENDER/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 13:38
La nuit la plus épique et bizarre de notre vie de lycéens
C'était la nuit et toutes les lumières étaient éteintes . Enfin , presque toutes ... A cette heure , une jeune fille aux yeux rouges sang et aux cheveux mi-longs neiges n'était pas encore endormie . Elle était allongée dans son lit , mais elle avait décidée cette nuit-ci , qu'elle n'avait pas envie de dormir , jugeant l'activité pour une fois un peu ennuyeuse . Son oreiller calé dans son dos , la jeune fille était appuyée contre le mur . Sur le livre ouvert sur lequel elle posait les yeux , il y avait une mini-lampe au cou pliable accroché grâce à une pince à la 4ème de couverture . Objet bien pratique avait-elle jugé , car cela lui permettait de lire dans le noir ( et de veiller après le couvre-feu niark niark ) et surtout , de ne pas embêter ses camarades de chambre . Akane ( oui , tel est son nom Cool ) , lisait donc encore très tard , absorbé par son livre . Elle voulait absolument le finir cette nuit et n'abandonnerait pas tant que cela ne serait pas fait . Elle n'était pas la seule dans la chambre qui ne dormait pas totalement car Lila faisait des cauchemars . Akane y était habituée depuis le temps et jetait des coups d'œil par dessus son livre sur la jeune fille . C'était une sorte de réflexe maternel si on peut dire .

Bref , il était tard , mais Akane se fichait un peu de l'heure , elle n'avait pas cours de la matinée le lendemain . Elle se fichait également aussi du nombre croissants de bâillements qu'elle faisait en cinq minutes . Mais elle ne se ficha pas de l'énorme coup de tonerre qui se fit entendre . Elle sursauta , leva la tête , puis regarda ses camarades dans leur lit . Elle essaya d'allumer la lampe , mais pas de réponses . Youpiiiii , plus de courants . La pluie bâta , et fit un bruit d'enfer . On ne voyait plus les étoiles . Akane regardait le violent orage dehors , un peu blasée . Elle n'avait pas peur . Et elle avait vu pire . Si on regardait les infos , il y avait des régions de France complètement ravagée par la grêle et des orages plus violents . Elle espéra quand même que ce n'était pas un orage de cette sorte . Elle se sentait bien sous sa couette au chaud . Elle reprit la lecture de son bouquin , tranquille , mais n'arrivait plus à se concentrer avec le bruit . Puis elle entendit un cri . Elle crispa les poings , poussa un soupir , se dit que c'était surement quelqu'un qui avait peur des orages , mais ça la turlupinait . Elle n'arrivait désormais plus du tout à rester concentré sur son livre . Elle enleva alors la couverture , enfila ses chaussons , prit sa robe de chambre , détacha la lampe torche du bouquin . Elle adressa à Mira et Lila un " Je vais voir ce que c'est , reste tranquille " puis sortit de la pièce en faisant grincer la porte . Elle se retrouva alors dans le couloir froid . Puis elle rentra dans sa chambre pour prendre son mp3  , ne supportant plus trop le bruit du tonnerre et des éclairs . Elle mit du bon son , et commença à flâner dans le couloir cherchant la personne qui avait pousser ce cri épouvantable . Elle s'attacha également les cheveux . Elle se demanda qu'est-ce qu'elle allait faire . Est-ce qu'elle allait gueuler ou est-ce qu'elle demanderait si ça allait plutôt ... Et par quoi elle commençait aussi ... Roh et puis , elle toqua à la porte de la chambre à coté , la 101 ( hé hé Cool  ) et hurla :

" Akane à la rescousse ! Qui qu'a crié ? "

Akane scuta la pièce . La chambre appartenait à trois filles . Une avait remonté sa couette par-dessus sa tête , une était sur le coté , face au mur et Akane ne voyait pas son visage , et l'autre calmait son ... renard ?

" Ouah , la chance , t'as un animal de compagnie !!!!!!!! "

Oui , la jeune fille avait dévié de son objectif assez facilement , fascinée par l'animal . Ah oui , elle avait oubliée d'enlever son mp3 , elle l'enleva immédiatement après :

" S'cusez j'avais le mp3 sur les oreilles , j'entendais pas grand chose ... Alors , qui qu'a crié ? "

.... pour revenir à son sujet principal ^^

[HRP ]: le début coincide pas vraiment avec celui de Lila mais tant pis, hein ...
avatar
Devoirs rédigés : 2713

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: /
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Spéciaux :: Evènements spéciaux :: Lorsque les éléments se déchainent...-