Jeu 15 Aoû - 13:56

Il y a longtemps, très longtemps, Mira était encore un petit poupon au duvet roux très brillant. A cette époque là, Mira vivait encore dans la très grande maison de ses très riches parents, avec sa très gentille nourrice. A cette époque, Mira avait assisté à son premier orage. Ce soir-là, c'était une tempête qui s'était abattue sur toute la moitié sud du pays. Si puissante, cette tempête avait déraciner de gros arbres et les informations en avaient parlé pendant des mois. Mais cela, Mira ne s'en souvenait pas. Tout ce dont elle se rappelait, c'était d'un éclair. Un seul, le dernier qu'elle pu voir avant que l'on tire les rideaux pour la forcer à dormir. Les yeux grands ouverts, elle avait vu cette éclat de lumière, diviser en un millier de fines branches. L'image s'était imprimer dans sa rétine durant quelques minutes. Elle était fascinée, subjuguée, et eu du mal à trouver le sommeil cette nuit là.

Un bruit la réveilla. Des vagues de pluies qui tombaient abondement, suivant le sens d'un vent hurlant. Dans le lointain, les éclairs silencieux et le vacarme du tonnerre. C'était sûrement cet orage qui lui avait rappelé celui auquel elle venait de penser, celui duquel elle venait de rêver. Lentement, Mira laissa sa conscience émerger, ses pupilles d'agrandir pour lui laisser une meilleure vision des choses. Elle entendait la respiration légère de ses camarades, et le clic régulier d'une souris. Lila, sûrement, ne s'était pas résolue à éteindre l'ordinateur cette nuit encore. Mira la savait d'une santé fragile et se demandait pourquoi elle maltraitait tant son corps. Aucune idée.

Sans bruit, elle se redressa légèrement et jeta un coup d'oeil à son vieux réveil. Il était décalé de huit heures et vingt-sept minutes, mais elle avait calculé correctement l'horaire auquel elle le faisait sonner tout les matins. Tout cela pour dire qu'elle ne le regardait pas pour connaitre l'heure. Elle se laissait hypnotiser par le mouvement régulier de la trotteuse, son bruit familier, sa ponctualité rassurante. Car, même si elle adorait la pluie, elle éprouver une crainte respectueuse envers les éclairs. Une peur millénaire, ancestrale, comme celle du noir ou du feu.

Elle dû s'endormir de nouveau car, quand elle sortit de sa torpeur, Lila n'était plus là et la veilleuse d'Akane s'était éteinte. Seul le tic tac du réveil troublait le silence de la chambre. Oups, elle allait oublier l'orage grondant. Elle sortit discrètement du cocon de chaleur que constituait sa couette et entra dans la salle de bain. Elle verrouilla la porte et ouvrit totalement la petite fenêtre. Elle n'allait pas ouvrir la grande qui se trouvait dans la chambre même, elle aurait pu tremper la moquette et l'ordinateur, ce qui n'aurait pas arranger Lila. Ni elle-même d'ailleurs. Alors, elle s'accouda au rebord et observa, laissant son esprit vagabonder. Elle entendait les rumeurs diffuses émises par les élèves paniquer. Le lycée bourdonnait comme une ruche. Les abeilles, ces créatures étranges, communicant grâce aux phéromones, ayant toutes un but, une utilité... Ces étranges insectes volants... Voler... Mais ça s'était une idée !

Sachant qu'elle venait d'avoir the worst idea ever, Mira ferma hâtivement la fenêtre et retourna dans sa chambre. Elle ouvrit grand son placard et y chercha un certain pyjama, plus commode que son ensemble d'été kaki pour son idée. Enfin, après moult retournement d'habits déjà mal rangés, elle le trouva. Un pyjama long, bleu et blanc, avec un pantalon à élastique et une chemise à boutons. Elle l'enfila au dessus de celui qu'elle portait déjà et glissa Klor contre sa poitrine. Encore chaud des heures de sommeil passées dans ses bras, il redonna à sa peau refroidie par l'air et la pluie une température normale.

Mira écarta lentement les battants de la grande fenêtre de la chambre. Précautionneusement, elle se hissa le rebord et referma la fenêtre grâce à une poignée extérieure. Puis, elle leva les bras et tâtonna à la recherche d'une aspérité qui pourrait lui servir de point d'appuis. Elle trouva ce qu'elle cherchait et fit de même avec l'autre main. Elle poussa sur ses bras et se souleva assez haut pour pouvoir poser ses pieds sur le chien-assis de sa fenêtre. Elle remonta lentement les mains pour saisir le rebord de la fenêtre supérieure et prendre appuis dessus, ses pieds prenant l'ancienne place de ses mains. Elle répéta l'opération deux fois avant de manquer de glisser sur un rebord. Elle réussit à agripper un volet et, haletante, se recroquevilla dans l'encadrure de la fenêtre. Elle attendit qu'un violent coup de vent soit passer pour reprendre son ascension vers le toit, son but ultime. Il ne lui restait plus qu'une fenêtre à passer et, utilisant la gouttière comme appuis, elle pourrait arriver en haut saine et sauve.

Contrairement à toute attente, ce fut ainsi. elle se retrouva sur le toit sans dommage majeur. Enfin, elle était trempée jusqu'aux os, le poil de Klor avait défriser à cause de l'eau froide, elle commençait à éternuer et ses bras et ses jambes étaient écorchés et égratignés de partout. Mais Mira n'en avait que faire. Elle écarta les bras comme pour embrasser la pluie et se mit à rire gaiement alors qu'un éclair zébrait à nouveau le ciel. Elle riait de plus en plus fort, sa joie se transformant en démence, son euphorie en pure folie. Elle avait risqué de s'écrasait au sol et avait survécu ! Elle risquait de griller sur place maintenant, y survivrait-elle ?

Un bruit vint interrompre ses éclats de rire. Pas l'orage non, un bruit mat, un bruit de chute. Comme si quelqu'un avait fait tombé quelque chose. Mira se redressa et fit face à ce qu'elle pensait être la source du bruit, pas facile à distinguer avec le tonnerre.

- Qui va là !? cria-t-elle, plus-si-euphorique-que-ça.

[HRP : Désolée pour le retard >w<... Si quelqu'un veut bien se joindre à moi, o/]
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 15:27
Lila n'avait pas pour habitude d'être méchante avec les autres, mais elle ne faisait pas d'efforts pour leurs paraitre agréable non plus. Elle vivait sa vie dans son petit monde en essayant d'éviter les problèmes. Pourtant, depuis qu'elle avait pris la décision de s'éloigner de ceux qui se faisait appeler ses parents, c'était presque comme si les autres venait à elle. Ou peut-être était-ce elle qui devenait plus amicale en l'absence de ses géniteurs ? Ceux là même qui avaient veillé à ce qu'elle se comporte comme l'héritière qu'elle était. Elle ne le savait pas. Elle avait juste établit des conversations avec d'autres élèves. Mais elle aurait déjà pu le faire avant. C'est juste que les autres d'avant ne l'approchaient pas. Beaucoup avait pensé que son ami était mort par sa faute et qu'elle avait une sorte de malédiction... Elle était plutôt d'accord avec la première partie mais la deuxième la laissait sceptique. Et puis, au fur et à mesure, elle était devenue l'insociable de la classe, comme une partie du paysage. Plus personne ne se souciait de lui parler. Elle avait toujours été seule pourquoi cela changerait-il ?
Depuis son entrée à Pandora, elle n'était plus vue de la même façon, puisque personne ne savait ce qui lui était arrivé. D'ailleurs, elle n'était pas la seule à avoir un passé à cacher et, ici, elle se sentait chez elle. Ici, il lui semblait aussi que les problèmes venait à elle. Pourtant, son ancienne vie ne lui avait jamais autant semblé ennuyeuse.
Elle observa d'un regard neutre le sourire quelque peu forcé de son interlocutrice.

- Je m'appelle Amber Octis et je suis élève en Terminale.

La Terminale... Assez normal qu'elles ne se soit jamais rencontrées donc. Même si elles avaient été dans le même club, les deux niveaux avaient des horaires bien trop différents.

- Je préfère me promener que retourner dans ma chambre. Normalement, il va vite passer ce mal de tête. Et puis, si on croise un surveillant, on pourra demander si un rassemblement est prévu.

Lila, elle, préférait sans conteste ne rencontrer aucun surveillant. Ils ne manqueraient pas de lui faire une remarque sur sa tenue. A moins que dans la panique générale, ils n'y fassent pas attention...
La dite Amber l'observa un moment avant de continuer.

- Tu devrais aller te changer. Tu veux que je t'accompagne ?

Pourquoi l'accompagner ? Lila ne comprenait pas... Mais elle n'allait pas non plus la planter là et puis, si ça lui faisait plaisir... Elle répondit donc avec un petit sourire.

- Si tu veux.

Avant de commencer à marcher vers sa chambre. N'entendant pas les pas de sa camarade, elle se retourna. La blonde était toujours à la même place.

- Tu viens ?
avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 15:44
- [........]EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE~!!

La binoclarde devait déjà être loin, vu le temps qu'il avait mis à reprendre ses esprits face à la petite Cali-near, ou bien peu être s'était-elle arrêtée dans une des chambres? Après tout, Tee se trouvait dans le dortoir féminin, et Chlochlo pouvait très bien être allée se réfugier dans sa chambre ou celle d'une camarade... Mais malheureusement, dans le noir, impossible de bien se repérer pour le croque-mort, surtout avec sa vision toujours un peu trouble... Toujours avec un grand rictus, il cherchait ardemment la petite qui lui avait déjà échappé deux fois, toujours dans le même accoutrement sale et ensanglanté mais maintenant armé du large rictus qu'il avait bien l'habitude d'avoir...

- Alleeeeez, sors de ta cachette Chlochlooooo~

Mais rien ne lui arrivait aux oreilles mis à part les cris et bruits tout deux provoqués par l'orage... Passant lentement dans le couloir qui reliait toute les chambre, il tentait de tendre l'oreille à la moindre voix ou à un quelconque bruit suspect à travers le vacarme de la tempête, n'entendant rien d'autre que les nombreux hurlements pour guise de voix... Au bout d'un moment, il remit son masque tâché de nombreux fluides divers, à savoir toujours du sang ou de l'eau boueuse, puis releva un peu sa scie avec pour but de se dégourdir un peu le bras. alors qu'il allait relever encore une fois sa frange, il entendit des voix féminines toute proches et son sourire s'élargit sous sa cachette~ Dans un grand élan, il fonça vers la porte d'où semblait provenir ces voix:

- TROUV/BAM/

Il venait de s'écraser de tout son poids contre l'encadrement de la porte, cognant encore une fois son pauvre front qui n'en pouvait plus... Par réflexe il se tenait évidemment le front de ses deux mains en poussant de nouveau puissamment une nouvelle injure qui ne sera pas écrite ici... Il tentait de reprendre ses esprit assez rapidement, mais une forme mélangée d'énervement et d'amusement qui risquait de le faire éclater à n'importe quel moment s'installait dans son corps, et il rentra aussi vite que possible dans la salle malgré son état, ratant de peu de reprendre un coup... Il s'appuyait avec la poignée de sa scie contre la porte ouverte bien plaquée contre le mur, encore une main à son front qui ne voulait visiblement que leur compagnie ce soir, il haletait tout en formant un étrange sourire toujours caché... Ses yeux étaient extrêmement plissés, il cherchait à voir les personnes de la salle malgré tout ce qui l'en empêchait et pouvait discerner jusqu'à trois silhouettes humaines, à première vue Enola, Akane et Abby.. Mais visiblement, aucune autre forme ne pouvait appartenir à Chloé dans la salle, jusqu'à ce qu'un autre grand éclair traverse le ciel...

Une quatrième silhouette apparu... De l'autre côté de la fenêtre? Shyrai tentait de fixer la forme, tenant de la reconnaitre, mais celle-ci disparu vers le haut au bout de quelques secondes... Il lâcha rapidement sa scie, ne prenant en compte rien de ce qui pouvait se passer autour de lui, il fonça jusqu'à la fenêtre en tachant et mouillant un peu la sale dans sa petite course.

- TU NE M'ECHAPPERAS P/BAM/

Il avait voulu se jeter rapidement sur le rebords de la fenêtre et passer sa tête en avant pour pouvoir commencer à poursuivre la fugitive qu'il pensait être Chloé mais... Il avait oublié que la fenêtre était fermée... Même avec  la pluie dessus il ne l'avait pas calculé, et venait de bien salir son point d'impact, sans oublier d'endommager encore plus son propre crâne qui allait devoir faire plus qu'un petit tour à l'infirmerie... Une fois n'est pas coutume, il reprit sa tête entre les mains, ne poussant que des petits cris aigus incompréhensibles. D'un coup, il enleva les mains de son visage, laissant tomber ses bras et regardant dans le vide d'un regard terrifiant...

- Je... Je vais... la tuer... Uhuh~

Tranquillement, il ouvrait le fenêtre, se fichant bien de tremper la salle et ses occupants dont il n'avait déjà en aucun cas pris en conscience les paroles et gestes, puis il sortit par celle-ci, montant rapidement jusqu'au toit sans s’inquiéter de la grave blessure ou même de la douleur qu'il pouvait ressentir...

Une fois arrivé en haut, il apercevait le corps de la jeune fille, et il se fichait bien que ce soit Chloé ou non, pour lui ça l'était... Il commençait à s'approcher d'elle sur le toit, près à l'attraper pour une grande engueulade, mais avant, il allait crier un bon coup:

-CHL- ...Hm...?/BAM/

Pendant qu'il allait lâcher son cri, il avait glissé sur le toit trempé du lycée, s'écrasant complètement sur le sol et ne pouvant empêcher son crâne d'aller s'y cogner plus que violemment dans son état déjà sonné... Et à présent, son cerveau était désactivé, il restait à joncher sur le sol comme il l'avait fait au second coup...

-Qui va là !?

- Ghuuuuu... Ghnuuuuuuuuuuuuuuuuuu.....

Il commençait à ramper lentement vers celle qu'il poursuivait, dépourvu d'expression et la tête trempée de sang à moitié relevée... Il rampa jusqu'à attraper le bas de la jambe de sa proie, la serrant fortement et tentant de traîner le reste de son corps toujours aussi boueux et ensanglanté plus près...

- Hrruuuuuuuu....

Prêts pour l'apocalypse selon Tee~?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 16:02
Ah, la météo. Entre ce qu’ils disent et ce qui se passe. Une semaine de pluies diluviennes puis une chaleur étouffante. Tout ce que Caroline déteste. Le pire était sans aucun doute l’approche rapide des examens. Le BAC. Et voici venu le temps où le J.T de TF1, France 2, M6 et autres chaînes consacraient dix bonnes minutes de leur temps précieux à rabâcher que c’est stressant, que la triche n’est pas acceptée, qu’on peut se voir interdire d’examen pendant cinq ans, que les téléphones portables, c’est le mal, et bla, bla, bla.

La jeune fille ne s'inquiétait pas outre mesure de cet examen. Pour elle, ce ne serait qu'une formalité. Elle n'avait même pas révisé.

Mais revenons à nos moutons. Caroline s’était endormie dans la chambre 109, comme à son habitude, en écoutant des génériques de mangas. Soudain, celle-ci fut réveillée par une violente bourrasque au dehors assortie d’un « déluge ».

La jeune fille poussa un hurlement digne d’un croisement entre un ours ivre sous amphétamines et une mouette hystérique. Et elle poussa un deuxième cri en constatant que le lit en face du sien était vide. Vide de chez vide.

*Oh la salope, pensa t-elle. Elle m’a abandonnée !*

L’adolescente, visiblement énervée, essaya d’allumer sa loupiote de chevet mais…. Rien à faire.

*Meeeeeerde, une coupure de courant ? FAIS CHIIIIIIIER !!!* rugit-elle mentalement.

Elle sauta sur ses pieds, enfila un sweat-shirt noir par-dessus ses leggings noirs et son grand t-shirt blanc à rayures bleu marine.
Ranafoutre de sa tête de mérou passé à la machine à laver et de ses cheveux en bataille, jeune brune sortit dans le dortoir des filles, armée de son téléphone portable (un Iphone 5 pour ceux que ça intéresse, hé oui, on ne se refuse rien) avec la lumière à fond en guise de lampe torche et de sa lampe de chevet (on ne sait jamais, des fois qu’il y’aurait un homme armé de mauvaises intensions dans le coin….. /SHBAFF/) sans oublier son trousseau de clés. Elle avait une idée précise en tête. Très précise.

Elle se mit à courir dans les couloirs, poussant les gens, les forçant à s’écarter de son passage, jusqu’à….. La salle de musique.

La veille, la belle brune avait oublié Derrick à l’intérieur et une crainte maternelle était née en elle. Elle devait secourir sa guitare, si jamais quelque chose se passait.

Elle ouvrit à la volée la porte qui n’était même pas fermée, s’empara de son bien et ferma à clé la salle.
En sortant, elle poussa un soupir.

*Je suis ridicule, se dit-elle en marchant dans les couloirs. Il n’aurait rien pu lui arriver. Quelle débile. Quelle débile, quelle débile, quelle débile……*

Les pensées de la jeune fille furent interrompues par un gargouillement sonore provenant de son ventre. Elle avait faim. Evidemment, puisqu’elle n’avait rien graillé la veille ! Il faut dire que la bouffe qu’ils servent est dégueulasse.

Elle se dirigea donc en petites foulées vers le réfectoire. Elle avait bien envie d’un Activia et d’une tablette de chocolat. Et de fraises. Et de cerises. Et merde, elle allait faire des réserves ! Vive l’étui de Derrick.

En chemin, elle se mit à chanter avec la voix de Gollum une chanson qu'elle a apprise lorsqu'elle avait sept ans et qui lui revenait brusquement en mémoire :

« - Ah les crococos, les crococos, les crocodileuh ! Sur les bords du Nil, ils sont partis, n’en parlons plus…… KYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRGHEUH ! »

La jeune fille poussa un nouveau hurlement digne de l’ours-mouette. Devant-elle, dans l'escalier, elle avait aperçu une ombre représentant une silhouette humaine. Quelqu'un aurait eu la même idée qu'elle ?

« - Qui….. Vous êtes qui ?? » demanda t-elle, en levant sa lampe de chevet avec un air menaçant.
avatar
Devoirs rédigés : 265

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: SAMBA ! DE JANEIRO ! Ah c'est pas ça que tu veux savoir ? Ben t'en aura pas plus.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Aoû - 17:56


Gold regretta assez vite d’avoir employé une telle expression. Car vraisemblablement, la connexion entre les neurones de Clein ne se faisait pas, ou du moins pas très vite. Mais bon, quelque part, c’était bien le cadet des soucis de notre CPE…

Cependant, histoire d’encourager son collègue dans son cheminement intellectuel, notre homme pencha poliment la tête. Cela parut aider, car Clein se mit à acquiescer vigoureusement. Avait-il compris ? Là n’était pas la question.

Sauf que ce hochement de tête vigoureux eut un effet des plus dramatiques : le rat qui tenait en équilibre instable sur le crâne du cuisinier glissa, et tomba sur le sol dans un couinement effrayé.

Dès lors, Clein sembla perdre tout contact avec la réalité. Quant à Gold, il se désintéressa du cuisinier à partir du moment où celui-ci s’agenouilla pour se confondre en excuses. Il fallait dire aussi que le CPE avait toujours beaucoup de mal à se contrôler lorsqu’il étaient en présence de l’autre homme. Non pas qu’ils aient déjà eu de violents désaccords ! C’était plutôt parce que… comment dire… on ne tapait pas du tout dans la même catégorie ?

Il suffisait de voir quand ils se croisaient… Clein, qui avait l’air d’avoir adopté le nouveau CPE sans broncher, s’était aussitôt mis à le tutoyer et à l’appeler par son prénom. Et Gold avait eu beau le corriger à CHAQUE FOIS, le cuisinier ne perdait pas cette habitude… Las, l’homme avait fini par laisser courir. Mieux valait ça…

- Il ne vous a pas fait trop mal ? demanda Ashling alors que Clein continuait à se lamenter.

Histoire de faire bonne figure, Gold nia en bloc.

- Tout va bien ! Assura-t-il.

Ce n’était malheureusement pas tout à fait chose vraie… Car la chute avait été plutôt rude et le CPE, qui avait déjà un sacré mal de jambe en quittant sa chambre, avait bien peur de ne pas être en pleine possession de ses moyens pour cavaler comme il s’apprêtait à le faire.

- Je disais donc... ! Reprit Clein en se relevant, son rat à nouveau sur sa tête. Euh... vous pouvez répéter ce que vous venez de dire ? Je crois que j'ai oublié...

Gold adressa à son collègue un regard qui devait en dire long sur son état mental actuel, avant de faire un petit geste de la main.

- Ce n’est rien, laissez tomber, fit-il non sans une pointe d’agacement dans la voix. Mais puisque vous ne semblez pas occupé, je vais vous donner quelque chose à faire…

Oui, tant qu’à faire, autant mettre à profit la présence du cuisinier…

- J’aimerais que vous fassiez le tour du Lycée pour vérifier que des élèves n’aient pas eu la mauvaise idée de quitter ces dortoirs, commença donc Gold. Si vous veniez à croiser des surveillants ou professeurs, vous seriez bien gentil de leur demander de faire de même, et de ramener les éventuels fuyards dans ce bâtiment…

Tandis qu’il exposait son plan, le CPE réfléchissait à toute allure. Il lui semblait bien avoir oublié une chose concernant Clein… Afin de retrouver l’inspiration, l’homme à la canne regarda une nouvelle fois le cuisinier. L’idée perdue revint toute seule.

- Ah, et une dernière chose ! S’exclama ainsi Gold en pointant le rouquin. Ce n’est qu’un conseil, mais : mettez-vous quelque chose sur le dos. Il serait terriblement bête que vous preniez froid.

Une fois ses explications finies, le CPE se prit la tête d’une main. Quelle soirée…





Admin Gold
avatar
Devoirs rédigés : 134

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célibataire. Je n'ai rien à ajouter.
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Gold
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Aoû - 21:25
Franchement, Amber avait l'impression d'être folle. Elle ne réfléchissait pas correctement et disait des mots sur un coup de tête. Elle vit Lila la regardé avec un air d'incompréhension. Amber n'avait plus l'habitude de parler aux autres. Elle s'en méfiait et ne supportait pas qu'on l'aborde. Et maintenant, elle proposait d'accompagner Lila. Avant, elle était gentille et elle aimait tout le monde, jusqu'à la mort de ses parents. Ses parents... Le souvenir fit l'effet d'une douche froide. Car si son cauchemar lui faisait autant peur, c'était qu'il était tirer de ce souvenir horrible. Après il ajoutait des éléments écœurants ou terrifiant qui ne faisait qu'accroître sa peur.
Depuis, elle n'avait confiance à personne et s'était renfermée sur elle-même.  Elle avait développé une sorte de phobie de l'inconnu. Elle avait peur de tout ce qu'elle ne connaissait pas. Elle s'était forgée une sorte de carapace et ne s'intéressait guère aux autres personnes. Quand elle était revenue à l'école, on avait peur d'elle. Et si celui qui avait tuer ses parents revenait la tuer ? Et s'il provoquait un carnage ?... Il était en prison, mais Amber avait été sous escorte policière pendant deux ans. Deux ans d'enquêtes, de tribunaux, d'affaires d'héritage... Et à dix ans, il faut être assez mature pour comprendre tout ce qu'il se passe... Surtout quand on est au centre de tout ça. La jeune fille blonde remarqua que l'autre adolescente qui lui souriait.

- Si tu veux.

Amber resta la fixée. Tout juste si elle ne voulait pas lui sauter au cou. Elle entendit un éclair au loin et regarda par la fenêtre. Elle était perdue dans ses pensées et ses souvenirs... Notre grande blonde ne vit pas que Lila avait commencé à marcher, jusqu'à que celle-ci l'interpelle.

- Tu viens ?

Amber sourit à sa camarade et se rapprocha d'elle. Quand elle voulut parler, elle vit une ombre au fond du couloir. Elle se stoppa et pâlit un peu. Qu'est-ce que ?... Ça devait être la fatigue. Elle était dans sa période cauchemars et avait beaucoup de mal à dormir ces temps-ci...Elle se frotta les yeux, bailla et mit sa main devant sa bouche. L'ombre avait disparue... Elle se ressaisit.

- Désolé, je suis un peu perdue dans mes pensées...

Amber regarda rapidement autour d'elle. Il y avait qu'elle et Lila. Soulagée, elle suivit la brunette, ne cessant de regarder derrière. Elle était vraiment pathétique. Si Caroline l'avait vu... Tiens, en parlant de Caroline, s'était-elle réveillée ? Sûrement, avec tout le raffut. Elle espérait qu'elle n'est pas fait de bêtise, comme aller manger un truc au réfectoire. Caro et la nourriture, c'était une histoire d'amour. Enfin, il y avait la musique aussi, mais c'était autre chose. Elle soupira en pensant à son amie. Amber marcha un peu plus rapidement, car elle était encore loin derrière Lila. Elle chercha un sujet de discussion, mais n'en trouva pas. Elle n'était vraiment pas douée pour ça.

- Euh... Tu es en Seconde ?...

Amber voulait vérifier si son don de déduction fonctionnait toujours. Elle arrivait souvent à deviner des choses sur les gens ou même des fois leurs pensées, rien quand les regardant. C'était rare, mais ça marchait souvent. Si elle était en Seconde, c'était normal qu'elle ne l'avait jamais aperçue. Et puis, la plupart du temps, Amber restait enfermée dans sa chambre. Elle ne pouvait pratiqué aucun sport et travaillait la plupart du temps sur ses inventions. Elle regarda Lila à l'attente d'une réponse.
avatar
Devoirs rédigés : 352

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: ............ J'aime les p'tits points 8D/SLENDER/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Aoû - 22:55
    Il faut savoir que Lily, c’est une souche lorsqu’elle dort. Surtout lorsqu’elle a en sa possession la meilleure peluche qu’il soit et qu’il puisse exister : March Hare. Un lapin brun, avec un petit haut de forme noir, enveloppé dans une cape de même couleur où divers flot pourpre y sont cousus.
    Avec March Hare, c’est simple, on fait des rêves superbes ! On file au pays des Merveilles dès que l’on ferme les yeux pour en ressortir au petit matin, juste avant d’aller prendre le petit déjeuné pour filer en cours. Il est aussi vrai qu’elle dormait mieux avec Bandersnatch, mais les animaux sont interdits dans l’enceinte des bâtiments. Triste sort.

    Enfin bon, il faut savoir que Lily, c’est une souche lorsqu’elle dort, surtout avec sa si adorée peluche March Hare et surtout, lorsqu’elle mordille l’oreille droite de sa peluche. Car l’adolescente blonde ne suce pas son pouce ; c’est pour les bébés voyons ! Mais elle aime bien avoir quelque chose dans sa bouche lorsqu’elle dort. Ça la réconforte quand Charlotte, sa grande sœur, n’est pas là.

    Donc, ce soir là, après une longue et lourde semaine surchargé en tout est en rien, bombardé de devoirs à rendre, la pose avait enfin pu sonner ! C’est donc sans manger, sans regarder le nouvel épisode de sa série adulée (Sherlock pour les curieux), qu’elle se laissa tomber sur son lit. D’un automatisme exceptionnel chez la blonde, ses bras se refermèrent sur le petit March Hare, ses dents mordirent dans la longue oreille droite tombante, et Lily, sombra dans un lourd sommeil réparateur.

    Habituellement, rien ne réveillée la gamine de seize ans. Rien. Car, rappelons-le, Lily, c’est une souche ! Même une alarme incendie contre son oreille n’aurait pu la sortir de ses songes blancs. De même pour un orchestre symphonique sur son lit. Que quelqu’un joue au trampoline sur son petit ventre … n’aurait servit à rien aussi. Lily c’est une dormeuse, calme, qui ne ronfle pas, ne s’agite pas et ne parle pas pendant son sommeil ! Un rêve quoi…

    Cependant, ce soir là, quelque chose de mystérieux se passa …
    Sa peluche fétiche, March Hare … eh bien ... elle disparue. Comme ça, d’un petit coup de claquement de doigt. Sans étincelle, sans grincement de porte ou de parquet. La peluche avait fait son petit baluchon et, sur ses petites pattes de lapin en peluche, elle partie… Seule explication possible pour le cerveau irrationnelle de sa propriétaire à son réveil. Réveil non fait, car nous n’y sommes pas encore …
    Donc, dès l’instant que la peluche disparu, nous entrâmes à grand pas, dans un cliché de film d’horreur … du point de vue de celle qui rédige. Qu’elle clichée ? Eh bien … quand quelque chose guète à l’horizon, le malheur n’est pas loin (la personne qui trouve la référence à cette phrase aura le droit à une sucette de Pôpa Clein !).

    Dans le ciel, à basse, à moyenne ou à haute altitude, la masse d’air froid venait de croiser son ennemi de toujours : la masse d’air chaud. N’ayant pas envie de faire demi-tour, la masse d’air froid continua sa route, à la rencontre de la masse d’air chaud. La masse d’air chaude peut heureuse, frappa la masse d’air froid, qui, non heureuse, la frappa en retour … et toutes deux, comme habituellement, finirent par se battre en duel. Un vent se créa sous leur énervement et à chacun de leur coup, un éclair zébra le ciel. Le tonnerre était leurs cris de douleur ou de guerre, ça, Lotti n’avait pas su bien l’expliquer à Lily, lorsqu’elle était plus jeune, pour lui faire comprendre ce qu’était les orages...

    Lily qui, pour la toute première fois, se réveilla de son sommeil censé être réparateur, par un violent coup de tonnerre, agrémentait par le vent qui obligé la pluie (les larmes de la masse d’air chaud et de la masse d’air froid) à être violemment abattue contre la vitre : la petite blonde avait oublié de fermé la fenêtre. Et l’éclair lui, zébra le ciel obscurci de la nuit. Un contraste de lumière éblouit la jeune adolescente qui en resta mortifiée sur son matelas.

    Un pshit doux retenti à ses oreilles. Les multiprises de la chambre s’éteignirent.

    Sa main glissa à côté d’elle et là … malheur.

    - Marchy ? Tu es où ?

    Elle chercha à jouer à l’acrobate, mais … rien. Pas sous le lit, pas contre le mure, pas au sol, pas sous l’oreiller, ni sous la couverture. March Hare devait être immédiatement être porté disparu.

    Un nouvel éclair zébra le ciel, suivit d’un coup de tonnerre. L’orage était donc si proche que ça ?

    Lily se redressa d’un coup, et sortie de sa chambre, poussant des gueulantes effroyables, comme quelques autres élèves. Elle fonça dans quelques garçon, bouscule deux fille, se prit quelques portes en pleine figure, dégringola quelques marches. Au détour d’un couloir, elle finit par se stopper.

    March Hare toujours porté disparu. Evidence même.

    Elle reprit sa respiration du mieux qu’elle pu. La petite blonde vit alors un homme discuter avec le cuistot du bahut ainsi qu’une fille qu’elle avait déjà vu quelque part. Où ? Bonne question. Enfin son attention sur l’homme avec la canne. Alors lui … pas de doute ! C’était le collègue de Lotti mais surtout celui qui l’avait accusé d’avoir laissé des peaux de bananes en chewing-gum dans les couloirs l’année passée (une conspiration, elle en est sûre certaine ! Parce qu’elle aimait les chewing-gums, mais pas ceux à la banane et encore moins les bananes !)

    Bref, le type à canne avait été tout de même super cool. Il avait du style quoi … Son nom déjà c’était quoi déjà … ?

    Un nouveau coup de tonnerre résonna.

    - TONTON GOLDY ! À L’AIDEEEEEEEEEEEEEEEE ! hurla-t-elle en se jetant et en s’accrochant sur le grand et respectable Monsieur Robert Gold, le CPE.


[Petit OOC avec Lily juste pour ce RP commun !]
avatar
Devoirs rédigés : 458

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Aoû - 11:13
La veille au soir, après avoir passé une journée pourrie de chez pourrie (contrôle de maths, bouffe dégueu au self, solitude), la petite Aiko s’endormit d’un coup, terrassée par la fatigue, sans même prendre la peine de fermer sa fenêtre. Chose qu’elle allait amèrement regretter après coup.

Elle fut réveillée au premier coup de tonnerre et en tomba de son lit. Heureusement qu’elle était seule dans sa chambre, sinon, son éventuelle compagne se serait admirablement foutue de sa gueule après cette chute digne d’une bonne grosse bouse de vache (oui, c’est très imagé).

Elle se releva donc avec difficulté et se hissa son bureau pour refermer sa fenêtre, fenêtre à travers laquelle passaient de violentes bourrasques qui faisaient tourbillonner des feuilles dans la petite pièce.
Après cinq longues minutes d’acharnement, la jeune fille parvint à fermer la fenêtre *petite musique de triomphe*.
Puis, reprenant contact avec la réalité, elle entrebâilla la porte du couloir et elle vit…. L’horreur absolue.

Des filles totalement hystériques arpentaient le couloir plongé dans la pénombre en hurlant que c’était la fin du monde, que tout le monde allait mourir, tandis que d’autres poussaient des cris stridents.
Aiko choisit de rentrer dans sa chambre, effrayée par le bruit extérieur. Machinalement, elle appuya sur l’interrupteur et…. Rien ne se produisit. Mince alors !
La jeune fille s’habilla au hasard (parce que le pyjama Winnie l’Ourson, c’est pas top), prenant un jean, un t-shirt, des tongs et un sweat.

Puis, elle se posa LA question qui tue : Mais que dois-je donc faire ?
Elle ne voulait pas se l’avouer mais elle était AB-SO-LU-MENT terrifiée. Et les hurlements hystériques n’arrangeaient pas grand-chose à sa terreur.

Elle choisit de fuir le dortoir, fuir cette atmosphère étouffante de cris d’épouvante.
Elle quitta donc le bâtiment et parcourut des kilomètres et des kilomètres de couloirs avant de se rendre à l’évidence : ses tongs étaient dépareillées et elle était perdue.
Et, comme si la météo entendait ses pensées, un éclair zébra le ciel, suivi de près par un coup de tonnerre, ce qui eut pour effet de faire crier de surprise la pauvre Aiko.
Elle s’assit, ramena les jambes contre sa poitrine et attendit. Que quelqu’un doté d’un sens de l’orientation un peu meilleur que le sien croise sa route.
avatar
Devoirs rédigés : 25

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célibataire 8D
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 10:18

- Ghuuuuu... Ghnuuuuuuuuuuuuuuuuuu.....

Qu'était-ce que ce bruit ? Le grognement d'une bête allant charger sur la pauvre Mira ? Non, les animaux étaient interdits dans le lycée. Bien qu'elle n'avait jamais été vérifier la présence éventuellement de créatures mangeuses d'hommes dans la forêt alentours. A tout les coups, y'avait des vampires ou des zombies et on le savait même pas... Enfin, elle savait (grâce à un manga lu très attentivement) qu'il faut juste exploser le cerveau des zombies pour qu'ils arrêtent de vouloir vous bouffer. Mais leur arracher les bras et les jambes pour qu'ils bougent était une solution optionnelle.

Et non de non de non de non ! Mais qu'est-ce qui venait d'agripper la jambe de notre héroïne ? Elle tourna la tête et remarqua une chose, aux coloris, hum... Très étrange. La chose semblait être vêtue, d'un habit long et noir, mais couvert de boue. Comme une tenue d'enterrement ? Mira se refusa à y croire. De longs fils gris sales pendaient du haut de ce qui semblait être son visage, et ledit semblant de visage était couvert de boue et d'autre chose, plus rouge, plus liquide... AU SECOURS, QUELQU'UN S'EST RENVERSÉ DE LA CONFITURE DE FRAMBOISE SUR LA TÊTE ! C'est ce qu'elle aurait bien crié, mais un être boueux plein de confiture n'aimait peu être pas le bruit ? De plus, la chose-qui-avait-au-moins-une-tête-et-des-habits-et-qui-aimait-la-confiture-de-framboise était aussi trempée, voir plus, que Mira. Ça ne craignait pas l'orage tant mieux !

- Hrruuuuuuuu....

La chose semblait pas très en forme, mais la rage de vaincre se voyait dans, euh... Sa confiture de framboise. Mira, nullement impressionnée par cette bestiole (on voyait bien pire dans les mangas), secoua la jambe pour que ça la lâche. Mais apparemment, ça avait de la force dans les pattes parce que ça ne la lâchait pas. Alors elle poussa fort le truc avec sa jambe, cognant dans un truc qui aurait été les côtes d'un être humain. Sans attendre une réaction de la part de ce machin collant, elle agrippa les choses grises qui semblaient être des cheveux et les tira pour révéler son visage.

Ça avait un grand sourire, de la confiture qui partait du front pour se répandre partout sur son corps, et des yeux plus fins qu'elle n'en avait jamais vu. Il ressemblait légèrement à quelqu'un comme ça, mais elle n'aurait su dire qui... Enfin bref, elle approcha son visage du sien et commença sa tirade.

- Nan mais tu te crois où ? Enfin, je sais même pas si tu me comprends... Toi me comprendre ? Toi avoir cassé mon élan de folie ! Toi être vilain, toi devoir être puni ! Puis confiture de framboise, pas se manger en tapant pot contre tête ! Confiture se manger avec pain et thé ! Toi pas savoir comment prendre bien thé ? Moi anglaise, moi aller t'apprendre. Mais d'abord, toi lâcher jambe moi please.

Et pour être sûre que ça allait la lâcher, elle lui donna un autre coup dans les côtes. Pour être sûre...
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 12:50
- Hrruuuuuuuu....

La pauvre petite que tenait Tee n'avait pas l'air de vraiment réagir à son emprise, jusqu'à ce qu'elle commence à secouer violemment le pieds, que le croquemort ne lâcha pas pour si peu... Mais dans ce court mouvement, il perdit son masque blanc et crasseux sans même s'en rendre compte, pas comme si ça avait un quelconque intérêt dans ce moment si important! Sa victime commençait vraiment à s'agiter, lui donnant violemment un coup dans les côtes sans prévenir, ce qui fit bien souffrir le Tee déjà bien mal au point... Bon, quand quelque chose de non identifié attrape la jambe d'une jeune fille, c'est le réflexe de base après tout, hmmm?

Pour une raison inconnue de lui même, Shyrai pris un large sourire, remontant encore un peu la tête tout en tenant fermement la jambe de sa proie... Mais cette même proie lui prit les cheveux pour dévoiler son visage et l'observer... Quel genre de gamine irait tenter de voir le visage de son attaquant d'une telle manière?? Pour un âge pareil, ça tente de fuir, de frapper de partout, de gueuler à en briser les tympans, ça pleure jusqu'à en dépasser l'orage, mais pas faire un coucou à l'agresseur en approchant son visage du sien!

- Nan mais tu te crois où ? Enfin, je sais même pas si tu me comprends... Toi me comprendre ? Toi avoir cassé mon élan de folie ! Toi être vilain, toi devoir être puni ! Puis confiture de framboise, pas se manger en tapant pot contre tête ! Confiture se manger avec pain et thé ! Toi pas savoir comment prendre bien thé ? Moi anglaise, moi aller t'apprendre. Mais d'abord, toi lâcher jambe moi please.

... Le cerveau déjà bien abîmé de Tee eut un nouveau grand blanc... Vilain, puni? élan de folie? Moi anglaise? Confiture de framboise??? La question se posait de manière répétitive dans sa tête: "Qui, est, cette, foutue, petite... ?" Il connaissait dans ce lycée des irréductibles élèves qui résistaient encore et toujours à lui, mais dans les conditions présentes... Franchement, à part lui et Lacie, il ne savait pas qu'il y avait d'autres bons psychopathes dans le coin...

Un autre coup de pied le retira de son petit moment d’absence pendant lequel il avait tout de même gardé son rictus, et celui-ci lui fît lâcher prise pour de bon, voir même partir un peu plus loin, il n'avait pas vraiment d'intérêt à plus tenir la petite, il pouvait être sûr après ce qu'elle avait dit qu'il ne s'agissait pas de Chloé... Un autre problème commençait à s'afficher dans ce panorama chaotique que donnaient à voir l'orage et les cris des occupants de l'établissement... Il allait avoir une migraine, et une bonne, rien qu'avec sa blessure, mais qui risquait d'être bien pire avec tout ces cris incessants... Son cerveau repris un minimum de fonctionnalité et la partie responsabilité s'activa plus ou moins, il allait devoir faire rentrer les élèves dans leur dortoirs et remettre un minimum d'ordre, surtout pour qu'il y ait moins de hurlements...

Comment en était il venu à penser à ça alors qu'il venait de se prendre deux bons coups de pieds après avoir tenté de s'occuper de sa victime? Pas un grand rapport, effectivement, juste le mal de tête qui se faisait ressentir lui faisait comprendre que les galopins devaient se taire... Bref, avant tout, il allait devoir trouver quelqu'un ou quelque chose pour lui appliquer les premiers soins, puis s'occuper d'une bonne partie des élèves... Et dire que la nuit semblait partie pour être tranquille, à faire des cercueils, dans sa petite salle de chimie, avec une petite pluie... Il aurait mieux fait d'y rester!

-'Tourne dans ton dortoir....... Ou ici...... Mais, pas de bruit...

Péniblement, il arriva à dire ces quelques mots avant de commencer à ramper lentement vers la porte qui menait à l'intérieur du bâtiment... Attendez... POURQUOI??? Pourquoi la psychopathe avait elle pris les murs si il suffisait de prendre une porte?! Pourquoi Tee ne l'avait pas juste rejoint par celle-ci?... Loooong soupir de la part du croque mort qui continuait sa course d'escargot...

Il était maintenant à l'intérieur de l'établissement, bien qu'il y soit arrivé encore plus péniblement qu'en tentant d'atteindre la porte à cause des magnifiques escaliers qui reliaient le toit et les dortoirs féminins... Il avait tenté de les prendre rapidement en rampant, ce qui est à la fois désagréable et épuisant dans ses conditions, surtout avec les côtes encore douloureuses... Il n'avait pour la peine même pas fait attention au fait que la psychopathe du toit l'ai poursuivie ou non, si elle se trouvait derrière lui en ce moment même, il s'en fichait, là, il y avait bien plus important...

Les couloirs du dortoir avaient un semblant avec les tranchées... Des individus courants dans tout les sens, certains assis sans raison à quelques endroits.. le plus difficile pour Tee aurait été de ne pas se faire écraser en court de route pour la quête de l'adulte... C'est en craignant encore de se faire écraser par quoi que ce soit qu'il rampa tel un soldat possédant la majesté d'un phoque et la corpulence d'un éléphant jusqu'à son but: le bout du couloir. Et il y arriva, s'en sortant uniquement avec une trace de pas sur le dos. Vu la manière dont il pouvait bouger dans son état de grande fatigue, il devait être splendide à voir... Bon, plus minable qu'autre chose... Mais pour le moment, ce qui l'intéressait était à quelques mètres à peine de lui: Un adulte... Peut être plusieurs, mais en tout cas, au moins un adulte était à quelques mouvements de phoque corpulent. Sans hésiter, Tee avança dans ses mouvements fins pour attraper à nouveau une jambe à son but, levant la tête un instant...

-Heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeelp........

Il n'avait aucune idée de quel adulte il pouvait s'agir, et il ne savait pas non plus ce qui pouvait l'entourer: Il s'évanouit, laissant des traces de "confiture boueuse" au sol...
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Aoû - 20:43

Lila était toujours tournée vers Amber, attendant sa réponse. La blonde sourit, s'avança vers la brune et ouvrit la bouche. Pourtant, au lieu de répondre, elle se mit à fixer le fond du couloir comme si elle avait vu un fantôme. Lila se tourna vers le couloir vide mais ne vit rien. Étrange... Elle se retourna donc vers sa camarade au moment où elle se frottait les yeux et baillait. C'est vrai qu'elle commençait peut-être à fatiguer. La blonde regarda furtivement le fond du couloir encore une fois avant de parler.

- Désolé, je suis un peu perdue dans mes pensées...

Lila ne la croyait pas vraiment, surtout lorsqu'elle tourna rapidement sa tête de tout le cotés. Elle rejoignit finalement la brune, non sans regarder plusieurs fois derrière. Lila ne fit aucun commentaire et continua à avancer. Elle voulait se changer le plus vite possible et en plus sa cicatrice la démangeait. Et puis, y avait aussi la lentille mal mise... C'était pas une super soirée en somme. Elle entendit les pas de la blonde se faire plus rapide et elle arriva bientôt à son niveau.

- Euh... Tu es en Seconde ?...

Lila sourit, amusée. Ça lui rappelait ses débuts dans le lycée, lorsque ses essais de conversations n'étaient pas trop concluants. Ça s'était un peu arrangé depuis, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle était devenue une pipelette non plus. A part peut-être lorsqu'elle avait parlé avec Caroline en salle de musique. C'était aussi une Terminale d'ailleurs. Peut-être qu'Amber la connaissait ?

- Oui !

La brune se demanda un moment si elle ne devrait juste répondre et la laisser poser les questions. Mais ce serait quand même méchant de la laisser faire la conversation seulement dans un sens.

- Tu es dans un club ?

Si elle était au club de musique, elle devait surement connaitre Caroline. Elle lui poserait la question ensuite. Elles n'étaient maintenant plus très loin de la chambre.
avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Aoû - 15:38
La chose souriait toujours. Hey, mais ça lui rappelait vraiment quelque chose... Dommage que ça soit à contre jour niveau des éclairs, Mira aurait vraiment aimé voir la tronche que ça avait...

- 'Tourne dans ton dortoir... Ou ici... Mais, pas de bruit...

Wait, this voice, it's... Tee !? Oui, c'était M. Shyrai, elle le reconnaissait maintenant ! Zut alors, elle risquait de se prendre une colle pour l'avoir traité comme ça ! Elle ferait donc mieux d'obéir à ses ordres non ? Oui, retourner dans sa chambre et prendre une bonne douche semblait une meilleure idée que celle d'escalader les murs du lycée. Et Klor allait attraper froid avec toute cette eau. Elle aussi d'ailleurs. Cependant, elle devait s'excuser avant.

- Euh, monsieur Shyrai, je vous avez pas reconnu...

Mais déjà il était parti en rampant vers les escaliers et avait disparu. Bon, il ne restait plus à la rouquine qu'à retrouver sa fenêtre. Maintenant qu'elle y repensait, elle ne savait pas trop comment la retrouver. Il n'y avait aucun signe distinctif particulier, et elle ne l'avait même pas laissé ouverte. Mais enfin, elle improviserait, elle savait au moins qu'il n'y avait que quatre étages à redescendre.

Alors, elle agrippa fermement le rebord du toit et se laissa tomber. Dieu qu'elle pesait lourd pour ses pauvres bras. Mais la quantité de paquets de chamallows engloutis au cours de ces derniers mois n'étaient pas sa première préoccupation. Du bout des doigts de pieds, elle chercha le chien-assis de la dernière fenêtre et s'appuya dessus. C'était très glissant et, avec les rafales de vents, elle allait devoir être on ne peut plus prudente. Vite, elle lâcha le toit et, dans un même mouvement, attrapa le chien-assis avec ses mains. Elle se laissa glisser sur le côté et tâtonna une fois de plus pour trouver le rebord de la fenêtre. Puis, quand elle fut solidement campée sur ses deux pieds, elle lâcha son point d'appuie et s'assit sur le bord. Contemplant quelques secondes la rage de la nature que produisait l'orage, elle plaqua ensuite ses mains contre le rebord et, dos au mur, se laissa glissé une fois de plus vers le chien-assis suivant. Elle reproduit l'opération une fois, deux fois, trois fois sans encombres. Elle était arrivée à son étage.

Maintenant, il fallait qu'elle retrouve sa chambre. Du moins, ç'aurait été l'action la plus censée qu'elle aurait dû faire. Mais, bien entendu, elle ne le fit pas en ouvrit la fenêtre devant elle. S'engouffrant dans la pièce, elle sut tout de suite que ce n'était pas sa chambre. Non seulement l'odeur et le mobilier y étaient différents, mais la fenêtre était dépourvue de volets. Un coup de tonnerre et un éclair permirent à Mira de lire le nom présent sur une copie traînant par là. Camille Darkspring... Pour s'être trompée, elle avait fait fort ! Sa chambre se trouvait cinq pièces plus loin... Mais elle n'avait aucune envie d'y retourner.

Alors, elle sortit Klor de sa veste, enleva le pyjama qu'elle avait mis au-dessus et, en débardeur et mini-short kaki, elle se roula en boule par terre. Elle allait essayer de s'endormir, espérant follement que si quelqu'un la trouvait, cette personne la porterait jusqu'à son lit...
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Aoû - 12:22
Si on m'avait dit que le lycée était infesté de zombies...
Revis était... Totalement paumé. Enfin, plutôt dans le sens où il ne comprenait plus du tout ce qui se passait, étant donné qu'il était toujours dans un état semi-comateux, étalé dans la boue, trempé de la tête aux pieds. Si c'était pas une réussite ça... Il ouvrit les yeux, se redressant imperceptiblement, appuyé sur les coudes. C'était encore le chaos total. Enfin, il n'en était pas encore sûr, mais la vision d'un élève qui piquait un sprint devant lui, en hurlant, le persuada :

- C'est la fin du mooooooooooonde !

... Sur ces belles paroles, le pion se releva avec la grâce d'un manchot ( vous ne saviez toujours pas que les membres de l'administration étaient des animaux... ? ) et s'éloigna d'une démarche hésitante vers l'intérieur du bâtiment, même si il n'avait pas vraiment envie de se faire casser les oreilles, surtout qu'il ne ressemblait plus à rien, couvert de boue et d'autres trucs non identifiés ( c'est de l'herbe, juuuuste de l'herbe. ) comme il était. Revis se retourna, remarquant enfin que Tee avait disparu. Quand ça, il n'aurait pu le dire, et puis il s'en fichait un peu... Ce qui l'inquiétait vraiment, c'est ce que peux faire un Tee en liberté dans le lycée. Après un énième frisson ( on le comprend... ), l'albinos reprit sa route, jusqu'à ce qu'il se trouve à l'intérieur, où règnait l'apocalypse le plus total. Si vous voulez une image du b**del que c'était, eh bien prenez la chatbox quand y a du monde, rajoutez des éclairs et une panne d'électricité et c'est bon. Vous voyez maintenant ?

- Pitié que ça se finisse rapidem... Eh ?
( ' ^ ' )
Et voilà un pion bandagé qui se met à dévaler les escaliers, voilà ce qui arrive quand on ne regarde pas devant soi. Après s'être éclaté contre de nombreuses marches, Revis finit tout en bas, étalé contre le sol, une nouvelle fois. Monde cruel, vie cruelle, tout ce que vous voudrez... Moi je dirais qu'il n'a juste pas de chance. Mais il se relève ! Et le voilà qui repart plus.... Zombifié que jamais ? Effectivement, il est tout abimé, tout collant, tout plein de boue et surtout, surtout... Lui aussi, il est recouvert de confiture de framboise ! ( c'est une épidémie, dites donc. )
Mais cela n'avait pas vraiment l'air de se faire remarquer, puisque l'élan de panique qui traversait la plupart des élèves réunis dans les couloirs n'était pas près de s'arrêter, et l'adulte avait donc tout le temps d'agoniser tranquillement.
Tranquillement. Sisi. Non, il n'y a pas du tout un truc qui s'accroche à sa jambe. Pas du tout...

-Heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeelp........

Réaction immédiate de la part de Revis, qui n'avait pas vraiment reconnu l'autre zombie qui cherchait juste une aide de sa part.

- Hiiiiiiiiiiiiii ! *donne d'adorables coups de pieds dans la tête du zombie* Mais lâche ma jaaaaambeuuuh ! ( ; m ; )

La chose finit par lâcher prise, et ne plus bouger, une petite flaque de sirop de fraise se répandant sur le sol, lentement mais sûrement. Toisant du regard l'étrange chose, le pion s'éloigna de quelques pas, sait-on jamais.

- H-hé.... Tu sais que c'est pas sympa d'attraper les gens comme ça ?! Ça se fait pas ! Ou alors tu préviens avant ! Nanmého ! ( > o <;; )

Et puis d'un coup, ça fait tilt dans son esprit.

- Eh mais... Tee ? ( o A o )

Il s'approcha du zombie, qui, effectivement, se révélait être le foussoyeur. Foussoyeur un peu beaucoup inconscient.

- Mais... Mais si je l'ai tué, ça veut dire qu'il est mort ! ( o A o;;; )

Et c'est alors qu'il eut la réaction du siècle, la réaction la plus intelligente du monde :

- Heeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeelp !!! ( > o < )



codage par Palypsyla sur apple-spring
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Aoû - 21:25
Florine avait toujours eu le sommeil lourd. Vraiment. On aurait pu faire sauter le lycée pendant son sommeil, elle n'aurait absolument rien remarqué. Mais ce soir-là elle n'était encore que dans une phase de demi-sommeil lorsqu'une tempête monstre décida de faire un arrêt prolongé au-dessus de Pandora. 
Le premier coup de tonnerre n'avait pas fini de faire retentir son roulement de tambour que la blondinette était déjà levée, parfaitement réveillée. La jeune fille avait toujours adoré les orages. Ils la fascinaient. Combien de fois s'était-elle précipité dehors à l'approche de la masse noire nuageuse annonciatrice de la colère des éléments, à attendre que tout se déchaîne... Elle aimait voir le ciel s’obscurcir de plus en plus vite, entendre tous les animaux se taire à l'approche de la tempête, puis le silence d'outre-tombe laisser place aux vents déchaînés qui balayent tout sur leur passage et apportent les premières gouttes de pluie, tandis que retentissent de monstrueux coups de tonnerre de plus en plus rapprochés et que d'immenses éclairs déchirent pour quelques secondes l'immensité du ciel... 
Vraiment, Florine adorait ce spectacle qu'elle trouvait absolument fantastique. C'est pourquoi elle se précipita immédiatement à la fenêtre, depuis laquelle elle contempla un instant la colère du ciel. Puis elle jeta un regard circulaire dans la chambre, vérifiant que rien ne risquait de s'envoler et que rien qui craignit l'eau ne se trouvait à proximité de la fenêtre, et ouvrit celle-ci en grand. Les volets, qu'elle avait oublié de fermer, étaient fort heureusement solidement accrochés à leur gonds et correctement plaqués au mur par la petite goupille métallique prévue à cet effet, et ne risquaient donc pas de s'envoler. Un grand sourire aux lèvres, notre blondinette regarda la pluie tomber à seaux pendant de longues minutes, le vent fou faisant voleter ses cheveux et la pluie arrosant de temps à autre ses mains posées sur le rebord de la fenêtre au grès de la direction du vent. La jeune fille compta les secondes entre éclairs et tonnerre, ce qui lui permit de déduire vu leur rapprochement que l'orage était pile au-dessus du lycée. 
Satisfaite du spectacle, elle aurait pu rester des heures à le contempler. Mais des cris d'hystéries poussés à droite à gauche dans le bâtiment la tirèrent de sa rêverie. A regret, la blondinette referma la fenêtre, laissant tout de même les volets ouverts dans l'intention de revenir admirer l'orage un peu plus tard. Guidée par les flashs intermittents de lumière fournis par les éclairs, elle atteignit l'interrupteur, qui ne produisit qu'un misérable "clic" sans déclencher la moindre réaction dans l'ampoule du plafond. Bon. Pas de courant. Avec un orage pareil, 'fallait s'y attendre... Pas plus inquiète que ça, Florine haussa les épaules et se dirigea à tâtons vers sa table de chevet, de laquelle elle sortit une lampe à dynamo -bien plus économique et éclairante qu'une bête lampe à pile, et qui ne risquait pas de tomber en panne- qu'elle alluma après avoir mouliné quelques minutes. Les cris continuaient, et semblaient provenir non seulement des dortoirs, mais aussi des couloirs. Il semblerait que nombreux soient ceux qui aient tenté une sortie plus ou moins téméraire...
La jeune fille se décida donc, enfila une veste et une paire de baskets, et sortit dans le couloir, plongé dans le noir et qui semblait désert. Elle entendit plusieurs cris, certains un peu étouffés sans doute poussés à travers une couette, provenant des différentes chambres alentours. Balayant le couloir du faisceau de sa lampe, notre blondinette se demanda si elle devait rallier un point de rendez-vous, comme lors des alertes incendie. Mais après tout ce n'était qu'un orage, et bien que violent, il ne mettait personne réellement en danger tant que tout le monde restait bien abrité dans le lycée... 
- Encore que, compte tenu du nombre de cinglés que contient ce lycée, m'étonnerai pas que quelques-uns soient allés faire un p'tit tour sous la pluie... chuchota la jeune fille, se parlant à elle-même comme il lui arrivait souvent de le faire.
Fermant sa veste jusqu'en haut et armée de sa lampe, Florine avança donc d'un pas décidé vers le bout du couloir, vers les escaliers.
- Allons explorer ce lycée de fou, de nuit et en pleine tempête... s'exclama la jeune fille en arrivant aux escaliers. Et voir si quelqu'un a besoin de l'aide d'une âme charitable armée d'une lampe pour retrouver le chemin de sa chambre...
... "Tout en priant pour ne pas tomber sur un prof ou un quelconque membre de l'administration..." songea la blondinette en pensant particulièrement aux deux chers CPE du lycée, la terrifiante Lottie et le non moins impressionnant Mr Gold...


[hors RP : ça y est, je débarque ! ... Au bout de trois pages... ^^' alors si quelqu'un a la gentillesse de me croiser, même violemment, ça pourrait être sympa... ^^]
avatar
Devoirs rédigés : 353

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: I'm fruit !! Pour les intéressés qui voudraient tenter leur chance... /TRAIN/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Aoû - 1:17


« reveillee par la tempete»

épouvantable personnage...


- Mais merde, à la fin ! Y’a pas moyen de vivre tranquillement dans ce Lycée ?!

Camille aurait certainement pleuré, mettant le tout sur le coup de l'émotion. La personne derrière monsieur Shyrai n'était autre que Cholé. Essuyant le peu qu'elle pouvait avec les cheveux de notre homme à tout faire - oui, oui - elle avança toute trempée vers sa camarade de chambre.

- Vous devriez éviter de vous promener avec une scie, M’sieur… Fausse alerte, Cami-chan ! Les volets n’ont fait aucune victime.

Sur le coup, la brunette ne compris que la seconde partie de la réplique de Chloé. Cela la soulagea un peu, bien qu'elle restait sur ses gardes en présence de l'individu macabre qui se présentait devant elles.

La binoclarde fit une petite tape amicale sur la tête de Camille - la mouillant un peu au passage - avant de partir dans une tout autre direction.

- Bon, si ça dérange personne, je vais essayer de trouver une âme charitable avec des serviettes de bain pour me sécher… Camille, on se retrouve tout à l’heure !

Elle était partie.

Camille n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit, que son amie avait déjà disparue dans les ténèbres.

Camille s'apprêta à regagner sa chambre quand tout à coup... Le Shyrai qui était resté aussi immobile qu'une statue, alla se fracasser le front contre le mur le plus proche. Elle sursauta pendant que l'adulte prenait conscience de sa pénible douleur :

- BORDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEL!

L'hémorragie reprit de plus belle. Non mais quelle idée ?! Se taper contre un mur, fallait déjà être un peu tordu, mais alors quand on est blessé... C'en était vraiment absurde. Absurde à un tel point que Camille n'osa rien dire, bien qu'elle avait un peu de pitié pour l'homme en face d'elle - une Camille sans pitié, n'est pas une Camille à proprement parlé !

- CHL-, entama-t-il tout en se tenant fermement le haut du visage, s'apprêtant à courir dans la direction, très certainement, de Chloé.

Mais il sembla se stopper dans son élan. La jeune fille qui n'avait rien put dire dit jusque maintenant, vit Shyrai se diriger vers elle d'un air suspect. Elle recula d'un pas, tandis qu'il se penchait vers elle.

- De un, je vais parfaitement bien; De deux, je me suis frotté à un Revis; De trois, oui, je saigne; De quatre, c'est un orage; De cinq, elle vient de ma chambre... Et mon tout va te faire un gros câlin pour montrer qu'il te pardonne de ne pas l'avoir laissé parler avant, hmmmm~?

Un câlin... De T. ?!

Camille n'eut pas le temps de fuir et elle le regretta amèrement. Tandis que l'homme ténébreux la serrait comme une peluche, elle était pétrifiée au plus haut point. Des frissons et spasmes très désagréables la parcourait de part en part, tandis que Shyrai semblait s'essuyait sur elle. Après cette étreinte terrifiante qui avait changé Camille en statue bien droite et tremblante, l'étrange bonhomme s'en alla dans les couloir en poussant une grande gueulante.

- CHLOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO
[...]OOOOOOOOOOOOOOOOOOEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE~!!


Elle ne bougea pas d'un pouce et ne cligna pas des yeux, l'espace de cinq bonnes minutes. Il en fallait beaucoup, du courage, pour se remettre d'une chose pareille. A l'allure d'une tortue, elle longea les murs. Son esprit était un peu confus par tout ce qu'il venait de se produire en seulement quelques instants.

Camille était fatiguée et n'avait qu'une chose en tête : rejoindre son lit douillé et dormir pour TOUJOURS sans JAMAIS se réveiller - Ah que la Belle aux bois dormant avait une chance incroyable dans son foutue conte !!

Cependant, elle sentait mauvais et ses vêtement, tout comme son visage, étaient salis de boues, de pluie et de sang. Maudit Shyrai... Enervée, Camille rumina de sombres pensée en progressant vers son lieu de repos.

A sa grande surprise, elle ne croisa personne. Tant mieux. La voir dans un état pareil lui aurait collé la honte au jour.

Quelque minutes plus tard, Camille se trouvait enfin devant sa chambre. La porte était ouverte. Elle plissa des yeux... Oui la porte était vraiment ouverte !

- Je l'ai pourtant fermée... A moins que... ?

L'adolescente se préparait au pire. Que ce soit un albinos farceur, un psychopathe de concierge, une hystérique à voix portante, une infirmière sadique ou un SDF mangeur de mandarines, elle songeait à tout. Sauf peut-être à l'éventualité qu'il ne s'agisse que de Chloé ou d'une personne un peu moins violente.

Camille se cacha à l'angle de la porte, guettant toute chose suspecte pouvant se trouver à l'intérieur. Visiblement, Chloé n'était pas encore de retour. Le peu qu'elle voyait la rassura profondément. Au final, elle s'était faite des idées. Convaincue de ceci, elle marcha en direction de la salle de bain, mais... Elle n'y parvint pas de suite.

Son pied venait de trébucher dans quelque chose d'assez lourd. En vue de la masse, ce ne pouvait pas être un simple objet. De plus Camille avait pris le soin de ranger toute la pièce suite à l'incident de tout à l'heure.

Elle fixa le sol un instant avant de distinguer quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Une rouquine qui gémissait par terre comme un enfant qu'on venait de réveiller. Elle serrait contre elle une peluche bien connue dans ce lycée : Klor - pour une fois, ce n'est pas notre petite Emilie~

- Mira, on peut savoir ce que tu fiches ici ? soupira Camille, sentant que ses bras allaient tomber tellement ils étaient devenus lourds.

DDS



[hrp : Désolé, j'ai fait un épic fail sur mon précédent poste... (ça m'apprendra à avoir des coups d'inspiration en pleine nuit ><"), je ferais un résumé de ce qui a été dit à la place du texte...]
Directrice suprême
avatar
Devoirs rédigés : 1108

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo:
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com
Directrice suprême
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Aoû - 12:22

- Mira, on peut savoir ce que tu fiches ici ?

Lentement, l'intéressée lâcha son pouce et ouvrit les yeux. Quelque chose compressait son abdomen, c'était relativement douloureux... Puis qu'est-ce qu'elle venait la dérangé alors qu'elle venait à peine de s'endormir, l'autre ? Attendez, elle dormait où déjà ? C'était dur sous elle... Bien qu'un peu chaud... Hum... Un genre de moquette ? Nope, pas assez pelucheux... Hum... Du parquet peut-être ? En tout, cas, une chose était sûre pour Mira : elle n'était pas dans son lit.
Mais ça y est, la mémoire lui revenait ! Elle était en plein milieu de la chambre de Camille ! Son pyjama détrempé gisait à un bon mètre de là, ayant répandu une grosse flaque d'eau sale dans la chambre pourtant si parfaite. Quant à elle-même, elle avait commencé à sécher, mais elle restait toujours frigorifiée. Et maintenant... Camille l'avait remarqué et voulait qu'elle s'en aille. Ce que Mira aurait fait bien volontiers, mais partir sans demander son reste n'était pas le genre de Mira.
Alors, la rouquine se releva, expulsant au passage le pied qui lui broyait les côtes, et fit face à Camille. Zut, elles faisaient la même taille, Mira ne pourrait pas l'embêter de cette façon... Mais elle avait une idée ! Aussi, elle ramassa son pyjama et se mit à dix centimètres de la tête de la brune qui, décidément, n'avait pas l'air plus propre que Tee. Ensuite, Mira prit son Klor chéri à la façon d'un téléphone, le colla contre son oreille et commença un monologue pour le moins... Étrangement inspiré d'un certain manga.

- Allô ? Oui, l'Organisation a eu Camille, que faire ? Je comprends. C'est le choix de la Steins;Gate. El. Psy. Congroo.

Puis elle sortit de la chambre et se dirigea vers la sienne. Enfin, fit mine de se diriger, parce qu'elle se plaqua contre le mur, attendant discrètement la réaction de la brunette.

[Désolé, c'est court, j'avais de l'inspi mais pas sur la longueur >w<... J'espère que ça ira o/]
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Aoû - 13:14

Chloé poussa un petit soupir de soulagement en constatant que Tee avait prit un couloir qui ne menait pas dans sa direction. Car oui, autant vous dire qu’en l’entendant crier son prénom et la maudire, la brunette avait comme l’étrange sentiment qu’il valait mieux pour elle ne pas se montrer.

Après avoir donc veillé à ce que son poursuivant soit définitivement hors course, la binoclarde sortit de sa cachette : un grand meuble de bois qui se trouvait dans le corridor. S’était-elle inspirée d’un certain borgne albinos ? Evidemment. Sauf que notre jeune fille, elle, ne maitrisait pas encore sa technique de téléportation.

- Bien…, grommela Chloé pour elle-même. Résumons : je suis toujours trempée, et c’est juste hors de question que je regagne ma chambre sous peine de croiser probablement Tee…

La demoiselle soupira, ce qui déclencha une vague de frissons tout le long de son échine. Elle commençait à avoir sérieusement froid, c’était un coup à choper un gros rhume !

Bon… Tant pis. Elle allait devoir aller demander de l’aide à quelqu’un. Ce qui signifiait malheureusement qu’elle allait être redevable, et donc qu’elle aurait une dette… Et ça, ce n’était pas vraiment très réjouissant aux yeux de notre adolescente. Elle préférait nettement être indépendante, voyez-vous ?

Mais en marchant vers les escaliers, Chloé se souvint d’un détail. Il y avait bien UNE personne dans ce Lycée qui lui devait quelque chose. Et bon, même si l’étudiante avait prévu de lui trouver un autre truc un tant soit plus contraignant à l’origine, il s’agissait là d’une option à ne pas écarter.

Soudain, alors que la jeune fille montait les marches, elle fut éblouie par la lumière d’une lampe-torche.

- Qui que vous soyez, ami ou ennemi, abaissez votre arme où je ne répondrai plus de rien…, conseillant la brunette en se cachant les yeux des mains.

Une fois que la personne à la lampe de poche se fut exécutée, Chloé releva la tête et sentit un profond soulagement se saisir d’elle.

- Ah, c’est toi Florine ! S’exclama l’adolescente en soufflant un grand coup. Crois-moi, je suis bien contente de croiser un visage amical dans ce monde froid et hostile…

Une énième fois, Chloé se mit à essorer son manteau en laine, ainsi que tous les vêtements qu’elle portait et qui lui arrivaient sous la main. Devinant qu’elle offrait là un tableau très peu reluisant, elle lâcha à l’intention de son amie :

- Oui, je sais, on fait mieux comme habits de pluie… Mais j’ai prit ce qui me tombait sous la main… Parce que figure-toi que notre volet s’est arraché, en fait.

La brunette avait sorti cela sans paraître particulièrement inquiète. Il fallait aussi dire que puisque ça n’avait tué personne, ça perdait tout de suite beaucoup de son intérêt…

Finalement, Chloé se dit que Florine pourrait se joindre à elle dans sa quête de cette fameuse personne ayant une dette envers elle. Aussi demanda-t-elle amicalement à sa camarade blondinette :

- Dis, ça te dirais pas de venir avec moi chercher mon meilleur ami ?

Elle accompagna sa question par un grand sourire mauvais, espérant que Florine comprendrait le sous-entendu.

[c'est court, mais c'est pour lancer le truc. En espérant que tu veuilles de moi, Flo. uwu ]




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Aoû - 15:21
La pluie s’était bien, mais quand la pluie ne voulait pas se calmer pour toute la semaine, je peux vous dire qu’on aimait beaucoup moins cet élément d’un coup. Notre petit blond était quelqu’un de bonne humeur et cela va de soi qu’il préférait le soleil à la pluie. Pourtant, la météo ne semblait pas vouloir lui donner de doux rayons de soleil. Cette dernière était prévue pour toute la semaine et en plus des cours qui devenaient de plus en plus intensif, à croire qu’on avait envie de faire perdre le moral aux élèves du lycée Pandora ! Bon, heureusement que notre Oz n’était pas quelqu’un de dépressif dans l’âme et préférait voir le bon côté de la chose ! Après la tempête, un plus beau temps pouvait arriver ainsi qu’un arc-en-ciel non ? Voir les fleurs qui pouvaient éclore rapidement ! Ah, c’était voir un peu trop de bonne chose tout de même. Surtout que l’humeur des professeurs n’était pas forcément de la partie. Concertons nous plutôt sur le moment présent et cet événement plutôt bizarre.
La nuit était tombée laissant la bâtisse encore plus dans le noir qu’elle ne l’était déjà. Etant un peu fatigué à cause de la journée qui avait été plutôt rude, le Bezarius s’était couché de bonne heure ce qui n’était pas souvent son cas. Une plus longue nuit de repos ne pouvait pas faire de mal non ? Le sommeil prit vite possession et ses pupilles émeraudes se refermèrent quelques heures. Et vous savez quoi ? Oz n’avait pas choisi le bon jour pour dormir plus long que d’habitude comme le contraire venait d’avoir lieu. Un grand fracas le fit sursauter dans son lit avant d’y voir le noir absolu ! Ah, est-ce que les plombs avaient sautés ? Il est vrai que la tempête était plus ardente que d’habitude ce soir. Un miracle que notre noble ait pu s’endormir aussi facilement. Enfin, il faut dire que la pluie pouvait bercer le sommeil de certain individu et c’était peut-être le cas d’Oz !

Se frottant un peu les yeux histoire de se réveiller, Oz regarda un peu autour de lui pour y voir une chambre vide ainsi que d’étrange bruit venant de l’extérieur. Était-il en train de rêver ? Mh, fort probable, mais sa curiosité prit rapidement le dessus. Sautant sur ses jambes et mettant sa fidèle montre dans sa poche, c’est parti pour une nouvelle aventure ! Peut-être que la nuit allait être amusante après tout. Tant qu’il ne tombait pas sur un surveillant ou encore un professeur ! Prenant une petite lampe torche en cas de besoin, non pas ce genre de besoin là ! Voilà notre aventurier partit dans les couloirs du lycée. Peut-être que quelqu’un avait besoin d’aide aussi ? Il est vrai que sans lumière, cela pouvait être bien compliqué de trouver son chemin. On ne pouvait pas tous s’habituer au noir facilement !
Marchant pendant quelque minute, le blond ouvrit grand ses oreilles comme sa vue lui était diminuée. Soudainement, des bruits de pas vinrent en sa direction. Sa réaction ? Se cacher plus dans l’obscurité comme pour voir si ladite personne était un professeur ou un élève. Se faire enguirlander ou renvoyer dans sa chambre n’était pas trop l’envie du moment. Par contre, si c’était Gilbert, Oz n’allait pas se retenir pour  lui faire une jolie frayeur ! Cette nuit et ces plombs qui sautent n’étaient pas une mauvaise idée au final. Ah, est-ce que quelqu’un pouvait retenir ses envies taquines pour une fois ? Il faut croire que non et ce n’est pas sans avoir essayé !

( Désolé du retard, mais je suis là èwé !)
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Sep - 17:46
Florine avait à peine posé le pied sur la première marche des escaliers qu'une voix qui semblait venir d'un peu plus bas sur ces derniers se fit entendre.
- Qui que vous soyez, ami ou ennemi, abaissez votre arme où je ne répondrai plus de rien…
La voix n'était pas inconnue à notre blondinette, elle baissa donc sa lampe afin de savoir à qui elle avait affaire, et accessoirement pour ne pas rendre la personne en question aveugle.
- Ah, c’est toi Florine ! Crois-moi, je suis bien contente de croiser un visage amical dans ce monde froid et hostile…
La jeune fille avait reconnu son amie en même temps qu'elle, et fut également soulagée de croiser sa chouette préférée plutôt qu'une Lottie en pétard. Florine allait demander à Chloé ce qu'elle faisait dans le coin, lorsqu'elle constata que la binoclarde était occupée à essorer tous les coins de vêtements qui lui tombaient sous la main. Elle était trempée de la tête aux pieds. Quelle idée aussi de mettre une veste en laine sous la pluie...
" Qu'est-ce que j'avais dit... Je parie ma veste qu'elle a été se balader dehors..." songea Florine en soupirant intérieurement. Chloé sembla deviner ce que pensait son amie, car elle s'expliqua immédiatement.
- Oui, je sais, on fait mieux comme habits de pluie… Mais j’ai prit ce qui me tombait sous la main… Parce que figure-toi que notre volet s’est arraché, en fait.
La blondinette haussa un sourcil. Elle n'avait rien remarqué... Mais dans le bruit de la tempête, qui aurait entendu un volet tomber de plusieurs étages de haut ? En tout cas son amie ne semblait pas plus inquiète que ça, la chute du volet n'avait donc sans doute pas provoqué trop de dégâts.
Florine allait proposer à son amie de regagner sa chambre pour se sécher et se changer avant d'attraper une pneumonie, lorsque celle-ci eu une illumination et regarda la jeune fille avec un air qu'elle ne lui connaissait que trop bien.
"Super, 'vais encore me faire embarquer dans une histoire de fous..." soupira intérieurement la blondinette, habituée aux frasques de la chouette binoclarde étrange qu'était son amie.
- Dis, ça te dirais pas de venir avec moi chercher mon meilleur ami ? proposa Chloé en souriant d'un air mauvais, insistant particulièrement de façon très ironique sur le "meilleur ami".
Florine savait parfaitement de qui son amie voulait parler. Et même si elle avait pas grand-chose contre le personnage tant qu'il se tenait tranquille et évitait de lui mettre M. Barma à dos comme il avait si bien su le faire le jour de la rentrée, elle n'avait pas tellement envie de croiser l'albinos à ce moment-là, de nuit, en pleine tempête. Surtout qu'en compagnie de Chloé, il avait tendance à être encore plus insupportable qu'il ne pouvait l'être en temps normal, ce qui n'est pas peu dire...
- Pour quoi faire ? commença par demander Florine.
Réflexion faite, elle n'était pas sûre de vouloir savoir pourquoi Chloé cherchait Xerxes Break, son meilleur ami/ennemi juré ou je ne sais quelles autres fonctions qui lui sont attribuées, et ce en pleine nuit et au beau milieu d'un orage monstre.
C'est pourquoi notre blondinette tenta de convaincre son amie de passer se changer d'abord, en espérant secrètement qu'elle oublierait son premier objectif, ou qu'elle irait sans elle une fois séchée.
- Tu voudrais pas aller te sécher et te changer d'abord ? fit-elle remarquer avec bon sens, en essayant de paraître détachée. Tu dégouline de partout, tu vas attraper la mort si tu restes comme ça...
Florine pria intérieurement pour que cette tête de mule de Chloé accepte sans faire d'histoire. Mais elle connaissait bien la jeune fille, et elle se doutait bien que ce n'était pas gagné, loin de là...
avatar
Devoirs rédigés : 353

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: I'm fruit !! Pour les intéressés qui voudraient tenter leur chance... /TRAIN/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Sep - 21:34
Mizuki ne dormait pas. Mais on ne pouvait pas vraiment dire qu'il était réveillé non plus. En fait il était dans une de ses nombreuses phases de rêveries, parfois si profonde qu'il pouvait avoir une Lottie en pétard en train de lui vociférer dessus sans rien remarquer et continuer de fixer le vide d'un air absent. 
C'est pourquoi la véritable tempête qui s'abattit soudain sur le lycée Pandora ne le tira pas de ses pensées tout de suite. Mais le grondement incessant du tonnerre et le crépitement de la pluie battante sur les vitres de la chambre eurent finalement raison de la bulle insonorisée du jeune homme, qui cligna lentement des yeux en prenant conscience qu'on était au beau milieu de la nuit et qu'il avait du rester des heures assis sur le bord de son lit à fixer le mur. Il prit le temps de s'étirer avant de se lever et de se diriger d'un pas lourd vers la fenêtre.
Mizuki ne fermait jamais ses volets. Il aimait contempler le ciel nocturne, parfois pendant des heures -heures de sommeil qu'il rattrapait dans les cours qu'il jugeait inintéressants- et ne supportait pas l'obscurité confinée de la chambre avec les volets clos. Il profita donc cette nuit-là du spectacle à la fois beau et terrifiant qu'offrait l'orage. Les faibles lueurs provenant du lycée éclairaient la cour et le jardin, nimbant ainsi toute chose d'un halo d'étincelles argentées du à la pluie qui ricochait partout en minuscules gouttelettes. Le bruit incessant de la pluie avait quelque chose d'apaisant. Le vent violent faisait onduler les trombes d'eau en vagues sur le sol et s'écraser les gouttes avec fracas sur les vitres, rendant flou le paysage par endroit. Les quelques arbres qu'on distinguait à peine un peu plus loin gémissaient sous les assauts de la tempête et ployaient dangereusement.
Il sembla à notre jeune lycéen que quelqu'un se baladait sous la pluie, là, en contrebas. Connaissant la mentalité générale, il y avait forcément dans ce lycée quelqu'un d'assez fou pour sortir dans une tempête pareille... Le jeune homme esquissa un demi sourire à cette pensée. Puis des cris provenant des couloirs et des dortoirs l'arrachèrent à sa contemplation du paysage apocalyptique de sa fenêtre, et lui tirèrent un soupir las. Pas question de se rendormir avec un boucan pareil... Et se balader dans les couloirs la nuit en pleine tempête, en ignorant superbement les consignes comme la quasi totalité du lycée devait être en train de le faire, était une idée plutôt attrayante.
Mizuki se décida donc et se dirigea vers la sortie, prenant tout de même la précaution d'embarquer sa veste en cuir et un parapluie qui traînait dans un coin de l'armoire. Il descendit les marches quatre à quatre le plus silencieusement qu'il pu afin de ne pas alerter un quelconque membre de l'administration qui se baladerait dans les parages, puis se dirigea au hasard vers une des portes donnant sur l'extérieur. Malheureusement le jeune homme n'avait pas vu que le couloir était littéralement inondé, sans doute à cause du passage des cinglés partis se balader dehors et revenus ensuite dégouliner joyeusement de pluie dans le couloir, transformant ainsi celui-ci en patinoire. Et c'est donc après un magnifique soleil et un beau vol plané que notre rêveur professionnel entra en contact avec la dure réalité du sol.
- J'aurai jamais du sortir de ma chambre... articula l'infortuné cascadeur dans un grognement de douleur, se servant du parapluie comme d'une canne pour se relever, priant pour que personne n'ait assisté à sa chute aussi lamentable que comique.
avatar
Devoirs rédigés : 72

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: devine èwé
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Sep - 16:57


La silhouette rabattit brusquement la couette, découvrant le visage terrifié de ma colocataire, couinant :

- Mais mais justement c'est un orage ! C-ça peut te griller sur place et puis -Pouf!- t'es mort ! Fini ! Et et puis ça devrait même pas exister ! C-c'est  une abomination-Kyyyyaaaaaaaaa ! Contre-nature, ça !

Dehors, les éléments se déchaînaient, attisant la peur de la blonde qui gémissait sous ses couettes, de concert avec la boule de poils rousses blottit sous l'oreiller. Sur les carreaux semblait se projeter des litres et des litres d'eau rejetés par le ciel en colère, tandis que flash et tambours se succédaient. Je retournais tirer les rideaux, espérant ainsi cacher la tourmente qui se déroulait à l'extérieur, mais ça ne changea pas grand-chose vu qu'à l'éclair suivant, des ombres fantasmagoriques apparurent sur les murs, faisant hurler de plus belle Aby.

- Buuuuuuuuuuuuuuuh, j'passerai tous mes mercredis après-midi en colle avec Lottie si il faut, mais 'veux que ça s'arrêêêêêête………

Je soupirais et allais la prendre dans mes bras pour la calmer un peu. Je connaissais un peu ça... Etre toute seule dans son lit en hurlant, pour rien vu que Papa et Maman sont absents... Aby n'avait pas eu l'air de bénéficier d'un entrainement similaire...

En parlant de Lottie... Que devenaient les autres alors ? Cet orage infernal n'avait pas du permettre à tout le monde de rester gentiment endormi dans son lit, à moins d'avoir un tel sommeil de plomb que bah... Comment la personne se réveille pour aller en cours le matin ? Bref. J'essayais d'écouter si des bruits dans le couloir me parvenaient, mais avec les bruits de la pluie, c'était quasi-impossible. Puis je n'allais pas abandonner Aby et Kish pour aller voir... Je jetai un regard à la demoiselle recroquevillée contre moi. Une pensée stupide me traversa l'esprit, et je lui en fis part :

- T'as qu'à te dire que c'est comme un shooting photo. Le flash c'est celui de l'appareil, et après si la photo est réussi, tout le monde applaudit.

Comment je pouvais sortir pareille ânerie dans un moment pareille ? Le cerveau est vraiment mal fait... M'enfin. Espérons que Aby ne déteste pas être prise en photo et que ça la déride un peu... Mais je ne peux pas en dire autant de Kish, qui aurait bien aimé disparaître sous les profondeurs de la terre. Ou du lit là plutôt. Je fis une dernière tentative pour rassurer la grenouille :

- Pis on est tout de même mieux là que dehors, hein ? Toutes trempées, sans abri, alors que là on est au chaud et au sec.

C'est là que la porte s'ouvrit sur une jeune fille aux cheveux blancs, écouteurs dans les oreilles, criant :

- Akane à la rescousse ! Qui qu'a crié ?

On releva nez et truffe vers l'intruse. En effet, Kish avait décidé d'affronter sa peur en grand maitre goupil qu'il est... Et puis en fait non, se terrer sous les couvertures c'est mieux. Ses mouvements attirèrent l'oeil d'Akane, qui s'exclama :

- Ouah , la chance , t'as un animal de compagnie !!!!!!!!

- Heu...

Je ne pus m'en empêcher, mais ce fut le seul son qui sortit de ma gorge, trop étonnée, Aby dans le même état dans mes bras. Mais l'albinos se désintéressa rapidement de mon renardeau qui disparut sous plusieurs couches de tissus comprenant oreiller et couettes, et retira ses écouteurs de ses oreilles.

-  S'cusez j'avais le mp3 sur les oreilles , j'entendais pas grand chose ... Alors , qui qu'a crié ?

Je pointais la blonde dans mes bras sans dire un mot.

avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Sep - 12:50
Cette nuit-là , Akisa n'arrivait pas à dormir . Et c'était sa faute , elle le reconnaissait pour une fois . Boire de la boisson énergisante avant d'aller se coucher , c'était sur que c'était pas une bonne idée . Elle était donc dans son lit , à tout essayer pour s'endormir . Elle en était à 3ooo et quelques moutons , qui s'était transformé en Revis à un moment , puis en Tee , puis en CPE sadique , j'ai nommé Gold . MONSIEUR Gold . Elle en avait gardé un très mauvais souvenir , de celui-là . Et rien que d'y penser lui donnait des envies de meurtres . Alors non seulement elle était incapable de dormir parce qu'elle avait bu cette /CENSURE/ boisson énergisante , mais elle s'énervait et s'excitait toute seule . C'était clair , cette nuit allait être une nuit blanche . Essayant pour la énième fois de se calmer , elle se focalisa sur le bruit des gouttes qui tombait sur le toit et sur l'asphalte , dehors . Cela marchait plutôt bien , c'était assez relaxant . Sauf que ... au moment où elle était le plus zen possible , un énorme coup de tonnerre retentit , faisant sursauter notre blonde .

Ouaaaaaaaaah ! fit-elle en se relevant , avant de plaquer ses deux mains sur sa bouche et de regarder vers la direction de sa camarade de chambre , Ina .

S'cusi , ma belle ... fit doucement Akisa à l'intention de l'autre jeune fille .

Akisa se mit à genoux sur son lit , et regarda à travers la fenêtre . La pluie avait redoubler d'intensité , ressemblant maintenant à des trombes d'eaux , comme une cascade , tombant du ciel . Le tonnerre était bruyant , et les éclairs aveuglants . Cette orage était effrayant de puissance et de violence . Il ne faisait pas bon sortir dehors à cette heure-là . Mais en même temps , qui sortirait à cette heure-là , hein ? Avec tout le bruit que cela faisait , c'était sur , Akisa ne réussirait plus à dormir , et puis c'était pas ces quelques heures de plus ou de moins qui allait changer quelque chose ... Allez , c'était parti pour une exploration des couloirs de l'école de nuit . Et comme une princesse devait être présentable en toute circonstance , Akisa se lava le visage , revêtit un jean et un hoodie et se recoiffa . Comme sa préceptrice lui avait appris . Elle attrappa une lampe-torche qui avait vécu déjà de folles aventures ( dont un braquage nocturne dans une entreprise mais , chut , c'est top secret ... ou pas , en fait XD ) et sortit de la chambre sur la pointe des pieds .

Dans le couloir , le faisceau de lumière balayait tout . Akisa se rendit compte que c'était peut-être une mauvaise idée , vu sa paranoïa . Elle ne voulait pas se laisser surprendre par un Tee aux mains baladeuse , par une infirmière qui dissèque les corps , ou un Monsieur Gold ultra-ch... emmer... pas sympa . Oh , et puis , qu'est-ce qu'on s'en fichait en fait ... Sauf pour Miranda , peut-être ... Et c'est là que le faisceau lumineux se braqua sur un jeune homme couché sur le sol . Celui-ci grommelait , et Akisa remarqua que le sol était mouillé . Le pauvre avait dû glisser . Elle pouffa un peu . C'était un peu drôle .

- Eh , ça va ?

Elle se pencha et poka le garçon . Celui-ci se releva directement , en se servant du parapluie comme d'une canne . Elle se releva aussi .

Rien de cassé ?

Le garçon était un peu trempé par l'eau par terre . Elle lui tendit un mouchoir .
avatar
Devoirs rédigés : 219

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'espère bientot en couple ^~^
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Oct - 21:32
Se relevant de sa chute aussi douloureuse qu'humiliante, Mizuki entendit un rire étouffée et pu ainsi constater que -malheureusement pour son amour-propre- quelqu'un avait assisté à son exploit. Le quelqu'un en question s'empressa de s'approcher.
- Eh, ça va ?
Mizuki identifia son interlocutrice comme étant une fille blonde, penchée vers lui.
- Rien de cassé ?
La jeune fille tendit un mouchoir au jeune homme. Celui-ci le prit en la remerciant d'un hochement de tête et entreprit de constater l'étendue des dégâts. Etant tombé à plat ventre, notre rêveur professionnel était trempé en gros de la tête aux pieds, et le pauvre mouchoir gentiment offert par l'inconnue n'allait pas vraiment l'aider. De plus le contact avec le sol n'avait pas été sans douleur, et en passant une main sur son menton le jeune homme se rendit compte qu'il saignait un peu. Finalement le mouchoir allait servir...
- Je pense que non... se décida enfin à répondre Mizuki. J'ai pas vu qu'il y avait de l'eau, et j'ai glissé...
Appuyant le mouchoir sur son menton en grimaçant légèrement de douleur, le jeune homme regarda l'inconnue. Elle avait l'air d'avoir à peu près son âge, et semblait plutôt amicale.
- J'imagine que tu as été réveillée par l'orage... supposa l'ado avant de se présenter. Je m'appelle Mizuki.
Il tendit une main amicale vers la jeune fille, et remarqua sa lampe-torche.
- ... Tu comptais faire quelque chose de précis ou tu voulais juste te balader dans les couloirs avec ta lampe ?
En attendant la réponse, le noiraud jeta un oeil dehors, pour constater que l'orage était loin de se calmer. Et trempé comme il l'était, il n'avait plus tellement envie de faire une excursion sous la pluie. Son lit lui manquait déjà...
avatar
Devoirs rédigés : 72

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: devine èwé
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Nov - 18:45
Dans un bâillement, Mira s'éloigna. Cela faisait au moins deux minutes vingt-deux qu'elle attendait une réaction qui ne viendrait sans doute pas. Dépitée et lessivée, elle rejoignit sa chambre en évitant les fous-furieux qui avait prit "je-fais-flipper-le-monde-parce-que-je-flippe-et-qu'y-a-de-l'orage" en option pour les vacances. Elle se retint de s'affaler sur son lit pour une bonne nuit bercée par le tonnerre (intérieur compris) pour se diriger vers la salle de bain. Elle se fit couler un bain chaud qui débordait presque puis y ajouta une dose de bain moussant et de colorant empruntés à une quelconque personne se servant de ladite-baignoire. Elle transforma le lavabo en baignoire pour Klor et le laissa tremper dans un savon spécial. Puis elle se déshabilla, prépara un autre pyjama en velours noir et se fit un petit chignon avant de plonger -sisi, plonger- dans son bain. L'état de la salle de bain après était prévisible, je passe donc ce petit détail...
Bref, après s'être décrassée et détendue, elle se sécha et s'occupa de Klor avant de sauter -sisi, sauter, vraiment- dans son lit. Heureusement pour elle, il décida de ne pas se broyer sous son poids. Inutile de dire qu'elle s'endormit très très trèèèèèèèèèèès rapidement.

Mira dort, mais peut-être quelque chose pourra la réveiller ?
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Nov - 21:04
Akisa tendait son mouchoir au jeune homme trempé jusqu'aux os . Le pauvre , quand même , en plus il s'était bien ratatiné la tronche par terre ... Akisa pensait qu'un seul mouchoir ne suffirait pas mais il pourrait au moins s'essuyer le visage . Elle attendait la confirmation qu'il allait bien , étant prête , s'il le fallait , à aller trouver Miranda si quelque chose était cassé . Heureusement , non , car Miranda est une des rares personnes à effrayer notre blonde .

Je pense que non... J'ai pas vu qu'il y avait de l'eau, et j'ai glissé...

Oui , ça , on l'avait vu ... Et entendu aussi ... Le pauvre , elle sentait qu'il avait honte . Son entrée avait été remarqué , très remarqué ... Elle essaya de le rassurer .

C'est sur qu'on ne peut pas voir grand-chose dans le noir . A part si on est nyctalope . ( je le savais bien qu't'étais une /BIP ça-rime-avec-nyctalope XD/ )  Heureusement que tu ne t'es pas fait mal , ça aurait pu être pire ^^


Vous consentez , c'est un peu bancal , mais si ça pouvait faire retrouver le sourire au jeune-homme-au nom-toujours-inconnu , tant mieux ! Elle constata qu'il grimaça quand il appuya le mouchoir sur son front . Aurait-il quand même une bosse ? Bon ,ben , on passera quand même à l'infirmerie mettre de la pommade , hein ... Oui , Akisa se sentait à présent responsable du jeune homme , dont elle avait déduit , on ne sait comment , qu'il était plus jeune qu'elle.

J'imagine que tu as été réveillée par l'orage...Je m'appelle Mizuki.

Ah , enfin un nom à mettre sur ce visage ! Elle se présenta à son tour en serrant la main du jeune homme , presque de manière masculine . Un réflexe pour montrer sa force et sa position de dirigeante .

Akisa , enchantée .

Elle inclut néanmoins un sourire , on était pas en représentation officielle , ni dans un film de baston .  Il pointa la lampe-torche .

... Tu comptais faire quelque chose de précis ou tu voulais juste te balader dans les couloirs avec ta lampe ?


Elle regarda sa lampe-torche , puis Mizuki  , puis lui expliqua sa tonitruante nuit .

- Au départ , je comptais faire de l'exploration nocturne faute de trouver le sommeil , profitant de l'orage comme excuse . Mais , tu es trempé et je t'ai vu grimacer , alors je propose d'aller chercher une serviette et de la pommade , t'en dis quoi ?

Elle savait que son plan était bon , et qu'il profiterait de la lampe-torche . La question n'était que pure courtoisie .

Mais s'il te plait , n'allons surtout pas réveiller l'infirmière . Elle est complètement starbée !


En disant cela , Akisa eut un frisson lui parcourant l'échine . Même le fait d'y penser lui faisait peur . Elle se racla la gorge , reprit son masque .

Bref ... J'adore tes cheveux , c'est classe ... J'aimerais bien me les teindre mais on veut pas ...


Espérons que la diversion marche ...
avatar
Devoirs rédigés : 219

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'espère bientot en couple ^~^
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Spéciaux :: Evènements spéciaux :: Lorsque les éléments se déchainent...-