Le passé du croquemort

 :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 14 Nov - 7:16
La mort le suivra, quelle qu’en soit la manière


Tsuki Shyrai avait un père teinturier, il ne faisait rien avec lui de la journée et rien non plus en dehors, le jeun homme ne pouvait que trainer dans les rues de Londres. Il avait les cheveux courts, mais toujours gris malgré ses seize ans, et sa taille moyenne ne le faisait guère paraitre plus vieux... Il ressemblait encore à un enfant avec sa frange qui lui cachait ses étranges mais magnifiques yeux, et mettait en valeur ses joues arrondis (mais non grasses) et son teint rosâtre. Il était aussi timide qu'attentionné, mignon aussi, mais aimait s'amuser avec son meilleur ami dans Londres, tout deux ne faisaient pas d'études, à cette époque inconnue de lui même l'école ne fut pas obligatoire, mais payante, et son père ne portait plus grand intérêt à la vie, sa femme était morte.

Kishiro étais un jeune orphelin, et le meilleur ami de Tsuki depuis longtemps. Celui qui amusait la galerie autant qu'il déprimait des fois. Contrairement à son camarade il était brun aux yeux verdâtres. Il ne possédait en aucun cas un caractère vilain et n'aimait pas faire du mal aux autres, cependant avait un fond bon moins développé que celui de Tsuki l'habitait... Il paraissait tout le temps souriant et entrainant dans leurs ballades.

Puis arriva Anzu, une jeune fille rousse du même âge que les deux jeunes hommes. Douce, belle, gentille, un peu timide, tellement mignonne de comportement... Comment une fille comme elle pouvait se retrouver seule dans les bas-quartiers de Londres, abandonnée d'une telle manière, sans raison? Elle se faisait battre avant de se faire rejeter par sa famille, elle avait survécu grâce à ce qu'elle obtenait des autres et à des petits services. Maintenant elle allait leur consacrer sa vie, d'une certaine manière... Cette jeune fille et Tsuki tombèrent amoureux l'un de l'autre et ne manquèrent pas de se le dire dans les semaines qui suivirent. Les trois enfants de seize ans se baladaient dans Londres ensemble, s'amusant... mais maintenant le groupe et le couple unis, la scène pouvait prendre place.

Heureux, ce mot allait parfaitement bien. J'étais avec Anzu et Kishiro, nous partagions notre goûter dans une ruelle, adossés à un mur tout les trois: moi au centre, elle à ma droite et lui à ma gauche, j'étais heureux avec eux deux. Anzu appuyait sa tête contre mon épaule en mangeant tranquillement pendant que Kishiro me parlais, il semblait qu'il allait subir une légère opération, un médecin chez qui nous l'avions emmené et payé avec nos frais avais remarqué qu'il semblait avoir quelque chose, il s'occuperait cet après midi de voir ce qui l'atteignait, j'étais inquiet mais ça ne semblait être qu'une observation.
Tandis que je lui demandais des détails, Anzu écoutais d'un air soucieuse la conversation en mangeant de moins en moins rapidement, je lui tenais l'épaule alors qu'elle était allongée sur la mienne, j'adorais la sentir contre moi... Mais pour revenir à Kishiro, nous devions aller voir le médecin dans une heure, je levais tout le monde pour entreprendre la marche vers le cabinet de cet homme pourtant possédant un métier haut placé, mais qui nous accordait d'aller le voir en payant beaucoup moins, un homme qui fait ce travail pour les autres et pas pour lui.

Nous marchions main dans la main avec Anzu, elle qui adorait monter et marcher sur les objets qui obstruaient son chemin, je m'amusais moi à la regarder monter et descendre en sautant de ces différentes choses, en gardant ma main serrée à la sienne et en la retenant des fois. Elle avait aussi réussi à dégoter une écharpe, par les temps froids qui venaient, j'étais bien content qu'elle ai au moins de quoi se chauffer un peu avec une écharpe et un gilet. Kishimoto marchais les main dans les poches du sien, à mes côtés. Il avait l'air grave, il sortir son mouchoir pour le déplier et tousser puissamment dedans. Je remarquais cette forte toux et Anzu tourna aussi la tête vers lui, lui demandant:

"Ça va Kish?"

Il y répondit en souriant comme il savait les faire et un "Oui, ça va" habituel, mais qui nous faisait nous aussi sourire à chaque fois.

Nous attendions devant la demeure du médecin, il nous avait demandé de rester à l'extérieur en attendant Kishiro. Anzu était blottie contre moi (ce que j'aimais et qu'elle aimait beaucoup), tous deux assis dos au mur, elle avait les yeux fermé, la tête contre moi une fois de plus, j'essayais de la prendre dans mes bras le plus possible pour ne pas qu'elle attrape trop froid par ce temps un peu frileux.
Au bout d'une heure il ne sortait toujours pas, Anzu commençait a frissonner et je m'efforçais de la réchauffer et de lui parler; j'aimais être avec elle, contre elle ou lui tenant la main, la sentir près de moi... Je le lui rappelais à ce moment par des mots doux à quel point je l'aimais, seule chose qui nous donnais une valeur en ce monde corrompu, une raison de vivre valable qu'est l'amitié mutuelle, voir plus, que nous nous portions tout trois. Pour preuve nous nous inquiétions au sujet de Kish... Qu'allait être le résultat? Il sortait justement et Anzu relevait sa tête avec un regard interrogateur: Kishiro allait bien, c'était juste une petite maladie passagère.

Nous étions bien contents de cette nouvelle moi et Anzu, le soleil avait fini de se coucher et il faisait nuit noire, Kishiro avait dit nous laisser seul et était partit dans une ruelle adjacente une minute plus tôt. Nous étions de bonne humeur tout deux, nous sourions en nous tenant par la main, et évidemment, nous nous arrêtions pour nous embrasser, Anzu dos au mur me tenant l'arrière du coup en plus d'une joue et moi lui caressant la taille de haut en bas... Le baiser dura mais nous reprîmes la marche serrés l'un contre l'autre, je n'avait rien à faire ce soir et mon père se ficherait bien que je dorme dehors, blotti contre celle que j'aime.

D'un coup, alors que nous passions entre deux rues, une silhouette l'arracha des bras. Mais s'arrêta quelques mètre plus loin pour se retourner en tenant Anzu par le coup avec son bras, un pistolet braqué sur la tempe.

C'était Kishiro.

Que faisait il? Pourquoi tenait il Anzu en la menaçant d'une arme? Que voulait il? Je commençais à avancer, embrouillé, mais sa voix m'en empêcha:

"N'approche pas!"

Anzu gigotait mais il bougeait lui aussi son fusil pour lui rappeler sa position.

"Qu...Qu'est ce que tu fais Kishiro?"

J'étais paniqué... Que faire? Je ne voulais absolument pas perdre Anzu, je ne comptais pas perdre Anzu, et je ne comprenait pas son acte, comptait il la tuer? Je ne veux pas, je ne peux pas!

"...il... Me reste quelques semaines à vivre... Et je le sais depuis longtemps... Tsuki, je n'en peux plus"

Il compte nous tuer avec lui ensuite?... Je ne veux pas mourir, je ne veux pas qu'Anzu meurt, je ne veux pas que Kishiro meurt! J'aurais voulu passer le temps qu'il lui restait avec lui, plutôt que de le terminer comme ça...

"Kish, Arre-"

Un bruit de détonation se fit entendre, et Anzu tombait au sol. Je ne bougeais plus, je la regardais tomber... Elle est morte? C'est impossible... Je me dirigeais vers elle pour la réveiller.

"Anzu, Anzu!"

Je continuais de secouer et de parler au cadavre... Au bout de quelques secondes je me rendis compte qu'elle était morte, je ne comprenais pas, ne sachant que faire. Je la serrais pour une dernière fois en pleurant.

"Anzu..."

Kishiro ne bougeait plus, il n'avait pas provoqué le tir volontairement. Je le regardais, le tueur, et me relevais en chancelant un peu.

"J-je ne... Je ne vou-"

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que je m'approchait déjà de lui pour le raisonner dans notre détresse, que pouvais-je faire d'autre?

"Qu'es-"

Il m’assena un grand coup de couteau au niveau du visage en reculant, ce qui m’arracha un cri, puis j'entendis une seconde détonation. Je restais inerte un moment, mais je ne ressentais de la douleur qu'au niveau de mon visage, la balle ne m'avais pas été destinée. Je pouvais voir Kish qui tombait à son tour, ne comprenant pas sur le coup je me dirigeais vers lui.

"Kish?"

Il était aussi mort, suicidé. Pourquoi? Pourquoi en un soir, mes seules raisons de vivres s’écroulèrent-elles d'une telle manière?

Je ne pouvais que crier, je pleurais sur le corps de Kish, inerte, en me tenant le visage d'une main à cause de ma blessure, et aussi de mes larmes, de mon désespoir. Je ne savais quoi faire, ils étaient morts, les seules personnes qui comptaient vraiment pour moi, celles qui me donnaient la joie de vivre.

"Kish... Anzu..."

Je regardais les deux corps en pleurant, mêlant mes larmes à mon sang. Je ne ressentais plus de douleur, ne pouvant que me rappeler d'eux, ne pouvant les imaginer morts. Je fermais les yeux de Kishiro, puis allais embrasser les lèvres immobiles d'Anzu.

Je me blottit contre elle, proche du cadavre de Kish, nous étions tout les trois réunis... Comme à notre habitude.


Il se rappelait les moments passés avec eux, à gambader avec Ansu et Kishiro dans la rue, tout deux souriants, l'un contre l'autre, et enfin le visage d'Anzu lors du baiser qui avait eu lieu juste avant. Dans ces dernières pensées, il ferma les yeux en souriant sous ses larmes ensanglantées.

Tsuki se réveilla des années plus tard dans une chambre d'hôtel, une tenue noire et un haut de forme étrange installés sur une table. Il avait altéré lui même sa mémoire sur les évènement, mais le temps passé entre ce dernier et son réveil lui restent inconnus.

Je ne savais pas où j'étais, l'architecture me semblait inconnue, je ne me rappelais plus de mon nom, ni de rien... Qui suis-je? Où suis-je?... Me voilà amnésique. Plus que où suis-je... Quand sommes-nous? Ne me voilà pas avancé. J'enfilais la tenue et gravais avec un bout de métal une dernière chose sur cette table avant de partir

Tsuki, Anzu, Kishiro
...aishiteru...
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Nov - 11:42
Boooooooooon, alors Tee n'a pas l'air si vieux. Et ça explique ses crises de somnambulisme.
C'est bien écrit, original, recherché,y'a des fautes (plus inattention, on va dire) ^^
Y'a juste le passage des morts qui pourrait être plus détaillé niveau sentiments de Tsuki, mais sinon j'aime beaucoup ^^

Heuuuuuu, est-ce que ça pourrait indiquer l'âge exact de Tee, maint'nant ?..
avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Nov - 12:59
je vais corriger ces erreurs, j'ai écris ça sur Ipod tard la veille et... voilà... Alors bon, c'est maintenant corrigé et j'ai fait quelques rajouts, merci pour cette précision Eno^^

Pour ce qui est de l'âge de Tee... On ne sait pas vraiment à quelle époque ça se passe (présumée dans un Londres assez ancien), ni combien de temps il est resté dans les vapes. Mais son âge biologique d'après les médecins serait de 27 ans, il n'est donc pas très vieux (malgré ce que certains auraient pu penser...), chose à laquelle il ne s'interresse pas.

Et merci!
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Jan - 20:38
Que c'est meugnoooooooooooooon ! /SBAF/ Sérieux, c'est beau, triste, et bien écrit, ça se lit facilement ^^. Bravo T. \o/ !
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits-