When I'm bored | Petits OS très inspirés

 :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 1 Déc - 20:26
Bon, ça fait longtemps que j'ai pas posté ici. Donc voilà un truc court, sans intérêt, pas vraiment marrant. J'avais du temps libre et on m'a dis d'écrire, au final ça a donné ça. Je m'excuse pour les trois persos mal dépeints ici. Donc, Eno, Byby, Amai, vos persos sont awesomes et désolée de pas l'avoir fait ressortir. Et désolée pour les fautes, aussi.


Un après-midi normale au lycée Pandora. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les élèves dormaient, Lottie punissait. Dans la salle de la cb – sisi, ça existe – lézardaient paresseusement trois élèves. L'une, avec qui vous avez sûrement déjà eu une aventure, ensoleillait la salle des reflets d'or provenant de ses cheveux. Telle une baleine échouée sur les côtes, elle avait envahi le canapé sur tout sa longueur et restait là, allongée, amorphe, les yeux dans le vague. En tenue courte, due à chaleur estival de ce mois de novembre, elle se laissait baigner par les rayons torrides en espérant que sa peau se hâle avant Noël. Elle avait rarement un beau teint lorsque l'hiver arrivait avec son lot de miasmes, et les tons cadavériques n'étaient pas très à la mode ces temps-ci.
N'ayant pas pu prendre place sur le canapé, une autre blonde nettement plus petite tenait en équilibre sur un des accoudoirs. Une masse clair qui s'apparentait à un tas de paille stagnait sur sa tête, cachée par un large chapeau brun. Un large chapeau brun avec des yeux. Toute la tenue de cette demoiselle était aussi loufoque, semblant sortie tout droit d'un jeu vidéo japonais peu connu du grand public. D'ailleurs, elle tenait dans ses mains une petite console dont elle massacrait les boutons, tentant visiblement de frapper un poulet enflammé de haut niveau. L'effort était si important qu'elle gigotait dans tous les sens, lâchant parfois de petits cris plus ou moins grossiers.
A l'écart du binôme, une grande et ténébreuse jeune femme pestait contre l'ordinateur mis à disposition par le lycée. Qui dit service public dit performance zéro, et la pauvre en était témoin. Elle tentait par tous les raccourcis clavier possible de se connecter au réseau du lycée qui était en congé ce jour-là. Elle était toute pâle, avec les cernes marqués et la coiffure de celles qui ont passé une mauvais nuit.
L'atmosphère était donc, malgré la température ambiante, plutôt froide. Les filles ne se connaissaient pas et n'avaient aucune raison de s'approcher. Si elles avaient pu avoir cette salle pour elles seules, sans les deux autres, elles n'auraient pas dis non. Mais, ne pouvant obtenir ce souhait informulé, elles se contentaient d'oublier la présence des autres. La brune y arrivait si bien qu'elle cria à travers la pièce :

- Il te faut combien de putain de syllabes à ton putain de mot de passe, putain de wifi du putain de lycée ?
- Tu pourrais être un peu plus polie, grogna la grande blonde. Et puis si t'es pas contente, tu peux prendre ton propre ordi' et aller voler la connexion d'un McDo.
- Est-ce que je t'ai sonnée Enola ? lui demanda l'intéressée, une très légère pointe d'agressivité dans la voix.

Ladite Enola décida de ne pas plus s'engager dans l'affaire. Les insultes plus ou moins discrètes envers les divers appareils électroniques fusèrent de nouveau pour combler le silence devenu assez pesant. Pour rejoindre le mouvement, elle avait arrêté de bronzer paresseusement pour se consacrer à l'envoi de textos, ce qui l'occupait visiblement beaucoup. C'est l'autre blonde que décida de rompre le silence quelques minutes plus tard, ayant capturé le poulet enflammé dans une drôle de boule violette.

- Hey Enola, tu t'y connais en Pokémon ?
- Euh... elle se plongea dans une profonde réflexion. Je regardais quand j'étais petite...
- Et toi Susana ? T'as déjà joué aux j...
- Ta gueule  ! hurla-t-elle avant de quitter la salle en trombe.

Abbygaëlle suivit la ténébreuse jeune fille du regard, accompagnée par les yeux de son chapeau Pyonta. Quand l'autre eu claqué la porte fort violemment, elle s'autorisa à fondre en larme. Comme une petite enfant de primaire, elle s'était mise à genoux et serrait sa console contre son cœur, dans un essaye désespéré de justement se consoler. Les larmes ruisselaient sur ses joues, coulaient dans son cou et s'infiltraient sous ses vêtements. Enola, sensible à ce triste spectacle, abandonna son téléphone pour s'agenouiller aux côtés de la jeunette qu'elle serra dans ses bras. Débarbouillant son visage à l'aide de ses manches, elle arrêta de pleurer et se tourna vers l'autre.

- Du coup, bégaya-t-elle, tu t'y connais en Pokémons ?
- Oui, enfin, un peu...
- Tu vois Ho-Oh ? Parce que je le voulais trop et j'ai utilisé ma Master Ball pour le capturer, mais je me demande si j'aurais pas dû attendre un peu et vérifier sur internet si on pouvait pas le combattre plus, et s'il y avait d'autres Légendaires plus importants dans la suite du jeu... Bien sur, j'ai déjà fini Or plusieurs fois mais j'étais petite à ce moment-là et depuis j'ai oublié. Tu sais toi ?

Enola fixa le visage de la fille. Longtemps. Intensément. Ça en devenait gênant. Et puis elle partit en courant. Abby' cligna deux fois des yeux, le temps que son cerveau analyse la situation. Et puis, un « POURQUOI PERSONNE AIME POKEMON » retentit à travers le lycée.


Voilà, c'est fini. Si vous commentez je vous offre une banane. Ou un acrostiche avec le nom de votre perso. Aller on fait ça, commentaire ?
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Déc - 20:32
Euh, euh.
C'est supra court.

Je veux une suite. u3u
Même si Susa elle est pas comme ça en vrai. Et que.

L'une, avec qui vous avez sûrement déjà eu une aventure, ensoleillait la salle des reflets d'or provenant de ses cheveux.

JE CONTESTE CETTE PHRASE.

Enfin, à part l'or de ses cheveux, là.
avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Déc - 20:48
OMGGG *tuée par le coup de la baleine et la fuite d'Eno'* 8DDD
Assez sympa, après j'ai bien envie de savoir la suite *.*
avatar
Devoirs rédigés : 83

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'aime les chèvres ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Déc - 21:22
E trange jeune fille qui hante le lycée
N e laisse pas les inconnus te suivre
O n ne sait jamais sur qui on peut tomber
L à-bas, au lycée il faut survivre
A ntre des cours, antre de l'amour, prends garde à ne pas t'égarer !

M alchanceux petit gars
O n t'as arraché ton bonheur
R amené plus d'une fois ici-bas
G ardant pour toi tes pleurs
A vec difficulté tu survivras
N on que la mort n'aie pas joué avec tes peurs
N on qu'elle ne t'aie pas ouvert ses bras



Désolée d'avoir été méchant avec ton perso Eno, au moins elle a de beaux cheveux :')
Et merci Morgann XD Pour une suite, je veux bien y réfléchir, mais y'a pas vraiment d'histoire de base alors... On verra '^';
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Mai - 22:19
Bonjour tout le monde !:
 

Anatol soupirait. A table, comme d'habitude, l'ambiance était glaciale. Chaque fois qu'il devait manger avec son père, c'est-à-dire deux fois par jour, le garçon maudissait sa propre existence. Le paternel tranchait sa viande d'une main de fer pour l'engloutir le plus rapidement possible. Anatol lui, trouvait qu'elle était trop cuite, trop sèche, trop froide, trop grasse, à vomir en résumé. Et pourtant, il mangeait, il se forçait, faisant passé chaque petit morceau avec un verre de lave. Très vite, son père eut fini, et lâcha un « Tu débarrasseras » méprisant avant de quitter la pièce. On entend une porte claquer et puis, plus rien. Soulagé, le garçon arrête de faire semblant, recrache sa bouchée et, obéissant, s'empresse de remettre de l'ordre dans la cuisine.
Dehors, il voit une bande de gamins joue à la corrida. L'un d'entre eux, tête baissée, court vers ses camarades et essaye de les toucher avec ses cornes. Les autres esquivent, rient, frappent son dos, puis la bande finit par s'éloigner. Anatol soupire à nouveau. « Pourquoi je suis là ? » Il lève les yeux sur les murs noirs de sa maison, sur l'évier rempli de lave et de liquide vaisselle, sur la collection d'armes de son père. Tout ici est là pour lui rappeler ce qu'il devrait être : un démon.
Bien sûr, il est un démon. Il a bien des cornes, ou plutôt une seule, qui trône sur le côté droit de son crâne. Il a les cheveux noirs, les yeux rouges, il ressemble à un démon. Mais sa peau est blanche, et il est fort comme une brindille. Anatol n'est pas un démon. Anatol est le fils d'un démon et d'une humaine. Anatol est un bâtard, et il n'a pas sa place ici.

Revis soupirait. Il sorti du bâtiment, le visage éteint. Adieu, le sourire chaleureux qui l'animait depuis toujours. Adieu, ces mèches folles qui volaient au rythme de sa course lorsqu'il descendait dans le monde des Hommes. Adieu, cette auréole blanche qui lui avait permis tant de bonnes actions. Adieu le monde, adieu mon corps. Aujourd'hui, Revis avait appris qu'il allait mourir.
C'était rare, pour un ange, de mourir. Pour un démon aussi, cela dit. Il y a longtemps, une guerre avait opposé les deux races. Chacune avait conçu les armes appropriées pour détruire l'autre. Mais elles avaient fini par se rendre compte qu'elles étaient mutuellement indispensables à l'équilibre du monde. S'en était suivi une armistice, et la création de l’Éther, lieu destiné à rappeler les morts et le besoin de la paix. Hormis en cas de guerre, les anges n'avaient pas l'habitude de mourir. Mais Revis le savait, que ce jour allait arriver.
Depuis ses premiers souvenirs, il s'était surpassé à faire le bien. Il soignait les malades, nourrissait les pauvres, s'occupait des orphelins... Un ange exemplaire. Mais il prenait sa tâche trop à cœur. Il passait trop de temps dans le monde des humains, à prendre soin d'eux. Voilà comment il s'était affaibli progressivement, jusqu'à ce que les dommages deviennent irréparables. Déjà le sang commençait à tâcher ses bandages aux bras, au cou, au ventre...
Il avançait, ignorant le regard curieux des badauds qui croisaient son chemin, jusqu'à atteindre une belle maison qui suintait la lumière et le bonheur. Un autre jour, Revis aurait sourit, enthousiaste à l'idée de retrouver sa famille après une journée de dur labeur. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, il allait commencer une longue attente, qui se terminerait par sa fin, à lui. Revis n'avait pas envie de rentrer, de voir ses parents s'attrister, sa sœur se mettre en colère. « Je te l'avais bien dit ! », voilà ce qu'elle crierait dans toute la maison avant de s'enfermer dans sa chambre pour fondre en larmes. Elle lui avait bien dit, en effet, mais Revis n'avait pas écouté. Revis n'avait pas voulu entendre. Et il ne voulait pas non plus l'entendre dire qu'elle avait raison. Alors, il décida de changer de chemin, et prit la direction de l’Éther.

Son sac sur les épaules, Anatol déambulait au hasard des rues. Les maisons noires se suivaient, s'enchaînaient, se reproduisaient à l'infini. Il se sentait trop à l'étroit ici. Il voulait partir loin, mais pour aller où ? En enfer, il n'y avait que cette grande ville sombre, et des mers de lave à n'en plus finir. Sa gorge se serra quand il comprit qu'il était pris au piège. Il pouvait essayer de fuguer autant qu'il le voudrait, il serait obligé tôt ou tard de rentrer à la maison. Son destin serait de marcher sur les traces de son père, de se rendre sur la terre des Hommes, et d'exploiter leurs faiblesses pour les rendre malheureux.
Un liquide acide lui remplit la bouche, et, agenouillé au sol, il vomit. « Je ne veux pas. » Mais que pouvait-il y faire ? « Je dois m'enfuir. » Mais pour aller où ? « N'importe où, loin d'ici. » Il se mit à réfléchir. Il n'avait que deux solutions. Le monde des humains, où se viderait lentement de son énergie, et l’Éther, cette zone sauvage où de nombreux avant lui avaient fuit en quête d'un monde meilleur. Son choix fut vite fait. Il se releva et s'essuya les lèvres, déçu d'avoir cédé à sa nature faible. Il entama une longue marche vers le petit escalier de pierre qui montait, montait, et montait pour toujours.

Revis avait enfin fini de descendre. Face à lui se dressait une lourde porte de marbre blanc et d'or, décorée de mille joyaux luisants. Sans hésiter, il poussa un des battant qui s'ouvrit sur un vaste jardin. Des arbres fruitiés, des ruisseaux et des bosquets s'étendaient à perte de vue, parfois couverts par l'ombre d'un nuage, parfois mis en valeur par le relief d'un colline. Les prémices d'un sourire se dessinèrent sur le visage sombre de l'ange. Il sentait revenir en lui cette force qui avait disparu. Il fit un pas, puis un autre. Le chant d'oiseaux couverts par les feuillages l'accompagna, et bientôt, il se sentit revivre.
Ses pas le menèrent vers un large cour d'eau auquel il s'abreuva. Le liquide était doux, presque sucré, mais très désaltérant. Ravi, il attrapa un fruit pourpre tombé d'un arbre et croqua dedans. La chair était tendre, le jus frais. De toute son éternité, Revis ne se souvenait pas avoir mangé rien qui soit si bon. Il continua d'avancer, lentement. Sa nouvelle maison lui plaisait.
Il finit par arriver face à un champ de stèles. Certaines étaient de marbre blanc, d'autre de lave séchée. Il déglutit, mal à l'aise. Le voilà, ce souvenir de la guerre. Le voilà, ce témoignage des heures les plus sombres de l'histoire. Le voilà, ce cimetière des anges et des démons. Ici, aucun oiseau ne chantait, aucun ruisseau ne coulait, aucun fruit ne poussait. L'herbe si haute autre part se faisait rase, discrète entre les tombes. Aussi loin qu'il puisse voir, il ne distinguait que ces pierres dressées au hasard, sans ordre particulier. Revis fit demi-tour, effrayé par tout ces morts qui reposaient là, et dont il ferait bientôt partie.

Pour la première fois de sa vie, Anatol riait. Il sautait, courrait, effrayait les créatures sauvages qui croisaient sa route. Ses yeux se délectaient d'un si beau paysage, le vent caressait sa peau, les fleurs lui offrait leurs parfums merveilleux. Il allait, toujours plus vite, à la rencontre de l'inconnu. Parfois, il changeait de direction, tournait sur lui-même, hésitait, revenait sur ses pas. Sa course folle se finit dans un lit de fougères où il se laissa tomber. Haletant, il fixait le ciel bleu ponctué de nuages, cherchant une fin, un mur, une limite, en vain. Un large sourire illumina son visage. Anatol était libre.
Après une courte sieste, il décida de continuer sa marche. Son but serait de chercher un endroit propice où s'installer pour vivre. Il avait vu, au loin, un volcan en colère recrachant son feu intérieur. Avec un peu de chance, Anatol pourrait y trouver une source de lave où il pourrait s'abreuver. Et peut-être, si tout se passait bien, des animaux qui se laisseraient aimablement manger.
Pour son plus grand bonheur, il trouva au bout de son périple l'endroit rêvé pour s'établir. Les coulées de lave solidifiées avaient formé une large cavité à l'intérieur de laquelle ruisselait un peu de magma en fusion. A une centaine de mètres à peine du volcan, on trouvait une forêt dense où s'épanouissait tout une faune ne craignant visiblement pas la chaleur. Le démon déballa ses affaires dans la grotte et alla installer une série de pièges rudimentaires pour attraper quelques pauvres proies qui lui serviraient de repas.

Revis se mit à jurer, tapant du pied au sol. Toutes ses tentatives de se construire une cabane s'étaient soldées par un échec. Pourtant, il avait essayer encore et encore, mais le bois mort n'était pas décidé à tenir en équilibre. Il se demandait avec inquiétude combien de temps il lui restait avant que la nuit ne tombe. Le soleil n'avait pas l'air de courir de l'est vers l'ouest comme il l'avait toujours vu faire. L'ange savait bien qu'en enfer, on ne voyait jamais ni le soleil ni le ciel, mais l'idée d'un ciel sans soleil lui paraissait totalement absurde.
Une violente quinte de toux le prit. En regardant sa main, il y vit du sang. Encore du sang. Il toucha son auréole, qui lui avait permis de guérir tant de maladie, et qui se trouvait inutile aujourd'hui. L'idée que la mort s'approchait à grands pas le terrifiait. Il repensait aux conseils du médecin. Du sang de démon le guérirait, bien sûr, mais il refusait catégoriquement de se nourrir d'autre chose que d'eau et de plante. Mieux valait mourir que de renier sa nature propre, voilà ce qu'il avait pensé. Mais il regrettait maintenant. Il voulait vivre. Il devait retrouver la porte au plus vite, rentrer chez lui, prendre un traitement, survivre.

Un son mat tira Anatol de son sommeil. Il se frotta les yeux, ébloui par l'éclat du magma qui s'écoulait paisiblement dans la grotte. Les ossements des petits animaux qui avaient constitué son repas hier reposaient près du ruisseau. Et à côté d'eux, un homme pâle était étendu au sol, respirant avec difficulté, se tordant de douleur. Le démon s'approcha aussitôt de lui et le mit sur le dos. Instinctivement, l'inconnu s'accrocha à la poitrine d'Anatol qui remarquait l'auréole avec surprise. « Du sang... » murmurait Revis, au bord de l'évanouissement. « Du sang ? » répéta Anatol sans comprendre, avant que son cerveau ne fasse le travail de réflexion nécessaire pour qu'il écarquille les yeux et, dans un mouvement, aille chercher un coutelas pour s'entailler la main et placer la plaie au-dessus de la bouche de l'ange.
Après avoir laissé l'inconnu boire à satiété, le démon le prit et, le serrant contre lui, l'emporta dehors. Il le savait, la chaleur était mauvaise pour les anges, qui avait succombé sous le feu de lance-flammes lors de la guerre. Au bout d'un long temps de marche, il trouva un arbre dont les feuilles formaient une sorte de large nid surélevé. Il déposa l'autre à l'intérieur et s'assit à côté de lui, prêt à attendre qu'il se réveille.

Les yeux de Revis s'ouvrirent sur un océan de mèche blanches. Ses cheveux. Son corps. Il se redressa soudainement, étonné de constater qu'il était toujours en vie. Il tourna la tête, pour apercevoir cet inconnu qui le fixait avec bienveillance. L'ange toussota, tenta de parler, mais sa gorge était asséchée. Anatol lui sourit.
« Tu es arrivé chez moi hier en demandant du sang, alors je t'en ai donné. Puis je t'ai amené là.
- Tu es un démon ?
- Seulement à moitié. Ma mère était humaine, elle est morte en couche.
- Oh, je suis désolé...
- Toi tu es un ange n'est-ce pas ? Ça se voit.
- L'auréole...
- Pas seulement. Tu es beau. Et ta peau est douce.
- J-Je ne te permets pas ! »
Le démon fut prit d'un franc fou-rire devant le visage faussement offensé de l'autre homme. Finalement, les deux se mirent à rire, ce qui dissipa la gène. Très vite, ils firent connaissance, s'expliquèrent chacun leur situation. Anatol n'étant qu'un demi-démon, son sang ne pouvait pas soigner totalement Revis, mais ce dernier se sentait déjà nettement revigoré. Peut-être que, sur le long terme, son énergie finirait par totalement revenir...
Heureux d'avoir trouvé quelqu'un à qui parler, ils décidèrent qu'ils resteraient ensembles. D'un commun accord, ils partirent à la recherche d'un endroit idéal pour vivre ensembles. Ils marchèrent longtemps, découvrant des paysages magnifiques. Ils traversèrent un champ de fleurs douces comme du coton qui s'envolait à la moindre secousse. Ils longèrent un fleuve de lave peuplé de poissons aux écailles multicolores. Ils croisèrent un troupeau de pierres pourvues de pattes qui menaient leurs petits vers une haute montagne.
Et puis, ils arrivèrent dans une plaine où se croisaient un ruisseau de lave et un ruisseau d'eau, des arbres fruitiés et des animaux dociles. Au centre se trouvait un petit chalet en bois visiblement inhabitée. Les deux compères se regardèrent, sans comprendre. L'endroit semblait avoir été totalement conçu pour eux. Pire, il était exactement comme ils l'imaginaient.
« Eh bien, murmura Anatol, je suppose que nous avons de la chance.
- C'est perturbant quand même, répondit Revis, mouché. »
Mais l'aubaine était trop attendue pour qu'ils refusent. En hâte, ils débarquèrent dans le chalet et y découvrir avec émerveillement des lits, une cuisine, une salle de bain... le confort qu'ils avaient perdu en s'installant dans l’Éther.

« Encore un peu... implorait Revis, lascivement allongé sur le corps chaud du démon.
- J'ai dis non, répondit ce dernier d'un ton ferme, je n'ai pas vraiment l'intention de mourir d'anémie.
- Allez, s'il te plaît, suppliait l'autre, je te ferais à manger après, s'il te plaît.
- Bon, d'accord, céda Anatol en grattant les croûtes fraîches de son cou pour laisser le sang couler. Sale vampire vas. »
L'ange se mit à aspirer avidement son sang, se laissant caresser sans trop faire attention. Voilà maintenant des semaines, des mois, qu'ils vivaient ensembles. Ils avaient inévitablement fini par se rapprocher, rassurés d'avoir trouvé, malgré leur nature faible, une personne avec qui partager leur vie. Étaient-ils amis, amants ? Quelle importance, ils s'aimaient et c'était tout ce qui comptait. Ils avaient trouvé leur Éden, leur paradis terrestre, où ils pourraient passer leur éternité à s'aimer loin de tout.
Revis lâcha enfin le cou du pauvre Anatol, prit de vertiges. Attentionné, l'ange s'empressa de lui ramener une assiette de viande cuite à point, qui fut vide en un battement de cil. Il s'affaira ensuite à faire cicatriser la plaie grâce à ses pouvoirs de guérison, qui revenaient doucement avec le traitement. Le reste de la journée se passa en cajoleries, discussions et jeux dans l'herbe. Les deux hommes étaient redevenus enfants, courant et bondissant jusqu'à l'épuisement. Malgré le jour permanent, ils n'avaient aucun mal à dormir et se réveillaient chaque matin encore plus en forme que la veille.

« Je suis sûr que si le paradis existe, c'est ici, lâcha un jour Anatol alors qu'ils étaient allongés dans l'herbe.
- Non, le paradis, c'est là d'où je viens, rétorqua Revis. Ici, c'est mieux.
- Pourquoi personne ne vient ici ? Pourquoi est-ce qu'ils s'entêtent à travailler, à modifier le cours de la vie des humains ?
- Je ne sais pas. Peut-être, reprit l'ange après un long silence, parce que nous avons été conçus pour ça. C'est notre rôle. Si l'on se contente de vivre sans but, l'éternité finit par être trop longue. Pour nous, c'est différent, on s'aime. On veut juste être heureux. Mais les autres qui ne cherchent pas le bonheur, ils ont besoin d'un objectif.
- Qui te dit que nos races ont été créées pour cela ? Peut-être que c'est juste un rôle que nous avons inventé pour échapper à l'ennui. Peut-être que nous sommes là par hasard. Peut-être que notre existence n'a aucun sens.
- C'est bien pour cela que nous lui en donnons un. Pour échapper à l'ennui. Pour se sentir utile. Que ce soit de nous ou d'une intelligence supérieur, nous avons reçu un objectif. Parce que sinon, l'éternité ne vaut pas la peine d'être vécue. »

Revis se mit à hurler. « Réveille-toi, pitié, réveille-toi ! » Des larmes remplissaient ses yeux. Anatol était face à lui, allongé. Paisible. Pâle. Exsangue. L'ange s'acharnait à le soigner, à gaspiller son énergie et les pouvoirs de son auréoles. Rien à faire. Le démon refusait de réagir. Son corps était vide, endormi pour toujours. Des larmes le frappaient, le recouvrait d'un fine pellicule d'eau qui l'aurait fait hurler de douleur de son vivant. Mais rien à faire, il ne se réveillerait pas.
Ce jour là, Revis quitta l’Éther.

« Cher Anatol,
Crois-le ou non, mais je vais rentrer. J'ai retrouvé la porte blanche, je pense que je la franchirai après avoir écrit cette lettre. Je pense que je ne reviendrai plus jamais ici. Mon devoir est de retourner parmi les miens, de modifier la vie des humains, de contrer le travail de tes pairs. Je suis guéri maintenant, grâce à toi. Tu dois te demander comment je le sais. Je n'en ai aucune idée. Je sais que je vais vivre, autant que je sais que je t'aime.
Cet Éden renfermera notre amour. Nous n'aurions pu vivre nulle part hors d'ici, personne ne l'aurait accepté. Les tombes qui trônent ici en sont la preuve. J'ai laissé mon bonheur avec ton corps. Je ne rirai plus. Je ne sourirai plus. Je ne parlerai plus. Lorsque je sortirai d'ici, je ne serais plus moi. Je ne serait qu'un ange parmi mille autres anges. Je suivrai ce but qui nous est imposé, parce que mon éternité doit avoir un sens.
Elle en a prit un lorsque je t'ai rencontré.
Je t'aime,
Revis. »
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits-