Je devrais pleurer ?...

 :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 28 Mai - 16:50


J'aurai dû pleurer ?
Sa voix me paraissait assourdie, et pourtant, chaque mot résonna en moi, pénétrait dans mon cœur, et éclatait en mille morceaux, au rythme de ma respiration. J'avais l'impression que mon cœur allait se fendre sous les coups de lame chauffée au fer blanc. Je ne m'y attendais pas du tout, j'étais même plutôt heureuse d'entendre sa voix... La mienne, je l'ai perdue sur le coup. Un seul mot a réussi à franchir mes lèvres, et lui, là-bas, à peine gêné, il me répondait... Puis, comme je ne disais rien, il a raccroché... J'ai prononcé un adieu, trop tard. Et je suis restée figée là, à essayer de digérer la nouvelle... Fini. C'est fini. Il ne veut plus me voir, ne veut pas aller plus loin...
J'étais pourtant prête à faire plus, il m''aurait juste fallu une occasion. Mais si j'en ai eu la chance, je ne l'ai pas vu, je ne l'ai pas saisi, et la flamme tremblotante entre mes doigts s'est éteinte... Pourquoi ?


J'ai lu trop de livres d'amours brisés, vécu trop souvent ça en irréel, pour que les larmes sortent. J'ai juste en moi un chagrin infini, et un étau m'enserre de tout son poids, m'empêchant pratiquement de respirer... Suffit que je pense à lui pour que les chaînes se resserrent et ma voix se brise...


C'est vrai que notre relation n'était pas extraordinaire... On était trop sages, trop gentils, trop simples, trop mignons... Se voir une fois par semaine pendant une heure, seulement, ce n'est pas ça qui attise le feu de l'amour.... Pourtant, je me disais... Puisqu'il fait tout ce chemin pour moi, c'est qu'il m'aime... Pourtant, je savais que ça ne serait pas éternel, qu'un jour ou l'autre, ces mots fuseraient... Et notre petit monde vole en éclats...


L'amour, c'est comme un dessin. Au début, quand tu commences à dessiner, ton dessin est un peu raté, voire moche.. Mais peu à peu, tu acquiert une technique, tu as du matériel,pour dessiner, et avec force et volonté, au bout d'un moment, ton dessin est tout simplement magnifique, comparé au premier...
Là, c'est pareil. Désormais, je sais que je peux aimer, que je peux plaire, j'ai vécu une nouvelle sensation... Mais ce n'est que la première fois, et je compte bien tourner la page. Parce c'est la vie, on vit tous ça, et là, c'est mon tour... Et un jour peut-être que ce sera moi qui proférerais les mots fatals...


Quand on est dans cette situation, on se dit que l'amour, ça sert à rien, sauf à blesser, qu'on se remettra jamais en couple...
Pourtant, ce n'est que le premier, et je sais que j'aurai d'autres chances dans ma vie... Il faut juste sortir de son chagrin, s'ouvrir à la vie, sortir avec ses amis, dont je n'ai qu'un mot à dire, c'est « merci ». Je sais que vous serez toujours là pour me soutenir, malgré la distance, malgré les différences...
Tant qu'on a pas vécu ça, on ne sait pas vraiment ce qu'on ressenti les autres... Et là, on comprend vraiment...



Libre. (Ou célibataire, comme vous voulez)
Liberté, c'est ce que chacun de nous cherche, et pourtant... On s'enchaîne les uns aux autres,, et quand l'une des chaînes se brise, on a l'impression que notre cœur vole en éclats avec...
On veut se cacher, tel un animal blessé, pour panser sa blessure, pour s'enfermer dans son chagrin... On ne veut pas y croire, on veut recoller les morceaux, vaille que vaille...

Je n'arrive pas à y croire. J'ai beau l'écrire noir sur blanc, l'avoir annoncé à tous... Je le sais parfaitement, pourtant, j'ai encore l'impression d'être avec lui... Pourtant, je ne le verrais plus. J'oublierais son visage, ses baisers, et mes souvenirs s'effaceront peu à peu, parce c'est du passé..
L'avenir s'ouvre devant moi, je suis jeune, vivante, j'ai le droit à pratiquement tout, alors je n'ai pas le droit de déprimer. Un peu de pleurer. C'est normal, quand on a du chagrin... Mais j'ai même pas pleuré...


Ne pas répondre à mes textos, ne pas m'en envoyer.
Ne pas (pouvoir) venir me voir...
Autant de petits indices que je n'ai absolument pas vu, qui aurait pu faire germer en moi cette idée...
Mais non, en toute innocente que je suis, je ronchonnai un peu qu'il ne me parle pas, c'est tout...
Seuls mes plus proches sont au courant. Les autres, ils pourront attendre longtemps que je leur dise moi-même ça, u que je réponde simplement à leur éternelle question : « Ton chéri va bien ? », accompagné d'un sourire amusé...
Je vois de là leurs réactions... Bandes d'hypocrites... Je sais parfaitement qu'ils s'en foutent, de mes états d'âme, alors pourquoi ils se mêlent de ce qui ne les regardent pas ? Pourquoi ils sont si curieux et agaçants ? Pourquoi ils se sentent obligés ?
Pourquoi ils me parlent, tout simplement ?
La solitude, ça me va très bien, peut-être qu'en fait, je suis faite pour rester seule ?... J'en sais rien, tout ce que je veux, c'est qu'on me foute la paix, et que la douleur s'estompe...


J'ai besoin d'écrire. D'un coup, j'ai comme un fleuve noir qui coule des mains, et finit inscrit à jamais sur le papier... Si je le brûle, ce texte, est-ce que mes sentiments s'évanouiront aussi en fumée ? Peut-être que cela me permettra de tirer définitivement un trait... Et pourtant, je me dis... Et s'il voulait faire marche arrière ? S'il regrette, qu'il m'aime encore, et veut revenir vers moi ?... Qu'est-ce que je ferais ? Comment je réagirais ?... Lui redonner une chance ?... Ou au contraire, lui faire vivre ce qu'il me fait endurer ?...

avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Mai - 19:43


Pas déprimer... D'accord, mais comment voulez-vous que j'y arrive, il hante chacune de mes pensées, ou presque... Quoi que je fasse, quoi que je dise, il revient à la charge dans ma tête, et...
Et s'il m'aimait encore ? Mais alors pourquoi il aurait rompu ?!... Pourquoi m'infliger pareille douleur ? Parce que aimer quelqu'un, c'est vouloir la rendre heureuse, non ?
Dans ce cas, est-ce vraiment la peine de se remettre avec un type qui ne fera que me blesser ? Et s'il avait juste fait une erreur ? S'il voulait revenir, parce qu'il s'en est aperçu... Et moi ?
C'est sa parole contre la mienne, c'est moi qui choisit, mais choisir, je ne sais pas faire... Le risque de foutre à nouveau tout en l'air...
J'imagine le pire, j'imagine le meilleur, mais pourquoi faire ? Pourquoi je me fais mal moi-même comme ça ?..

Tout le monde me dit d'être forte, parce que c'est juste un mec, juste un amour perdu, et comme le dit le dicton que ma mère m'a ressorti en apprenant, avec un sourire contrit "Un de perdu, dix de retrouvés"... Je voulais pas qu'elle me sorte ça, je voulais me blottir contre elle, qu'elle m'entoure dans ses bras, au point de me faire pleurer, parce que la tendresse, c'est tout ce que je veux... Mais non, je paraissais juste... Blasée...
Je sais, je sais, je suis en vie, la Terre tourne toujours, je dois penser à autre chose, mais impossible... Même les choses qui autrefois m'auraient fait éclater de rire me font désormais à peine sourire...


Y'a une fissure dans mon monde, dans ma bulle. C'est comme si j'avais deux personnalités en moi, la vraie, celle-là, où je ressens sans cesse le besoin d'écrire tout ce qui me passe par la tête, et la normale celle d'une ado en pleine crise d'adolescence et de chagrin d'amour... Non... En fait, comme les autres ne savent pas, je suis juste une jeune fille froide et cassante, bosseuse, pas intégrée dans la classe, toujours seule... Tant mieux, c'est ce que je voulais...


Je sais, je sais, je sais... Je sais qu'il faut remonter la pente, m'accrocher, ne pas me laisser tomber dans le vide... Là, j'ai vraiment l'impression d'être au bord du gouffre, il suffirait d'un mot de sa part pour que je flanche, vacille et bascule dans le vide???

Même si je sais que quelqu'un sera toujours là pour me rattraper, saisir ma main et me ramener sur le sol...

Mais pour l'instant, je veux rester dans l'ombre, là-bas entre ma petite conscience et mes images...

Tous mes fantômes m'entourent. Je ne suis plus qu'une silhouette grise recroquevillée au sol, le visage caché dans les genoux ramenés contre ma poitrine...
Je me revois... Un mot méchant, blessant, et ma barrière se renforce d'elle-même, m'offrant un visage froid et impassible...
Mais dîtes-moi un "Je t'aime." et la barrière digne d'un château-fort du Moyen-Âge fond comme neige au soleil.

En eux, je vois des images morbides, des bébés morts-nés, du sang giclant de toutes parts, des bombes e$éclatant et envoyant valser des centaines de gens, un homme s'enfonçant un couteau dans la chair...

Mais quand je relève encore un peu les yeux, je vous voit tous là, dans la lumière tremblotante et blafarde, me tendant les mains, en m'incitant à me lever, à courir vers eux, à abandonner tous ces fantômes...
Mais là, sa silhouette brumeuse m’apparaît et je fige, incapable de faire le moindre geste. Je voudrais aller vers lui, me blottir dans ses bra,s pleurer tout mon soûl, lui demander pourquoi il a fait ça...

Mais je reste là, le portable à la main... Il me suffirait d'appuyer sur un bouton, de coller mon oreille conte pour entendre sa voix, mais...
Si peu de force, tant de courage... Et je repousse l'échéance, le verdict et la vérité...

En moi, ma petite voix qui tente de me cacher tous ces fantômes, me faire lever les yeux, ma petite voix qui m'encourage à y aller... C'est quoi cette autre part de moi, qui n'a même pas le courage... Me faudrait-il la chasser, en même temps que ces images et ces souvenirs ?...

Vaut-il mieux qu'on en reste là ? Je sais que la douleur, avec le temps et les larmes, s'apaisera, pour n'être finalement qu'un morceau du passé sans couleurs??? Ni émotions... Mais j'ai besoin de savoir... Même si ses mots m'enfonceront comme un couteau en plein coeur, je veux être sûre pour bien déchirer cette page de ma vie, la jeter au feu, avec tous ces fantômes... Qui, je le sais, ressusciteront un jour parce que la vie n'est qu'un éternel recommencement... En attente de la fin.


Sois forte, courage... On t'aime, on est avec toi ! Non, vous n'êtes pas là, tous près de moi, que je puisse me réfugier dans vos bras pour pleurer votre épaule, jusqu'à ce que je sois vidée de tous sentiments, de toutes émotions, de toutes pensées...

Je veux ses mains, ses baisers, son visage, son corps... Je le veux tout près de moi, pour sécher mes pleurs, mais il a lâché ma main, juste un instant, il s'est laissé emporter par le courant...
Et je reste là, sur la rive du fleuve de la vie... Suffirait de sauter, nager, se battre pour le rejoindre... Alors pourquoi tu ne le fais pas ? me souffle ma petite voix.

Oui, pourquoi ?.. Pas envie, pas de courage, ni de force ?... Pour ne pas me faire plus emporter, pour ne pas le rater, frôler sa main, se faire engloutir par une lame... Et si je le rate, la douleur n'en sera-t-elle pas plus vive ?..

Alors, que faire ?...

avatar
Devoirs rédigés : 968

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: J'ai mon renard, ça me suffit ! Ou pas...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Floodyland :: Le coin des Artistes :: Ecrits-