RP commun : Pâques [dans les jardins du Lycée]

 :: Spéciaux :: Evènements spéciaux :: Pâques Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 7 Avr - 21:50
Le soleil brillait sans l’ombre d’un nuage pour le voiler en ce beau dimanche matin. Il était tout juste 9 heures, et la grande majorité des résidents du Lycée Pandora dormait encore ou venait tout juste de se réveiller. De l’extérieur, on pouvait voir que les volets des dortoirs étaient pour la grande majorité fermés, et on pouvait également noter que de petits volutes de fumée s’échappaient de la cheminée de la cantine. Mais approchons-nous d’un lieu autre particulier de cet établissement : les jardins.

En cette journée de Pâques, ils étaient plus qu’attrayants pour n’importe quel gourmand. En effet, en y regardant bien, au détour des haies et cachés dans les massifs de fleur, on pouvait remarquer des papiers joyeusement colorés et des nids garnis d’œufs et de cloches en chocolats. Un certain lièvre aurait donc décidé de récompenser les élèves, professeurs et membres de l’administration de ce Lycée ? On dirait bien.

En parlant de lièvre, il y en avait justement un qui trottinait joyeusement sous le cerisier en fleurs. Il portait une veste de tweed verte et avait sur le dos une petite hotte en osier, d’où débordaient quelques douceurs. Surprenant, n’est-ce pas ?

Soudain, l’animal s’arrêta et leva une oreille, alerte. Il venait d’entendre une porte claquer. Serait-ce déjà un pensionnaire de Pandora ? Silencieusement, le rongeur bondit vers un massif de roses et se glissa entre les ronces. Là, blottit dans cet abri naturel, il posa son regard sur les chemins qui l’entouraient, attentif.

Pour rien au monde il n’aurait voulu louper une miette de la journée qui allait suivre.




[Voilà pour le premier post ! Comme vous l‘aurez remarqué, l‘action de ce RP commun se situe dans les jardins du Lycée. Amusez-vous bien, et n’hésitez pas à contacter les admins au moindre souci ! ]
avatar
Devoirs rédigés : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Avr - 9:37
Chloé se frotta les yeux un moment avant de remettre ses lunettes à monture blanche droites sur son nez. Elle aurait juré avoir vu à l'instant un gros lapin brun avec un veston et un sac traverser le petit chemin de pierres blanches sur lequel elle cheminait. Mais c'était... rationnellement impossible, non ?

"Allons, Alice, reprends-toi...", pensa la brunette en mettant ça sur le compte de la fatigue et en continuant son chemin au milieu des haies.

Oui, à bien y réfléchir, elle n'avait pas très envie de s'imaginer qu'il s'agissait de quelque chose de réel. Car à sa connaissance, la dernière personne ayant suivi un lapin avec des vêtements était... comment dire... tombée bien bas ?



Pour replacer les choses dans leur contexte, la jeune fille avait ce matin même été réveillée aux aurores. La raison ? Elle avait rêvé qu'elle avait accidentellement mis le feu à la bibliothèque et que Rufus Barma cherchait à la tuer par tous les moyens possibles et imaginables. Elle avait enfin émergé de son sommeil agité alors que le professeur d'Histoire était sur le point de la lâcher dans un baquet d'acide sulfurique. Comme qui dirait, y'avait urgence...

L'étudiante, après avoir vérifié que Camille dormait toujours, était alors descendue de son lit, avait empoigné ses vêtements, et était allée rapidement se changer avant de quitter la chambre. Une bonne petite promenade matinale lui suffirait très certainement pour effacer les bribes de son cauchemar qui lui revenaient en mémoire...

Sauf que Chloé avait oublié un très léger détail : ce beau dimanche était celui de Pâques. Fort heureusement, quelques oeufs en chocolat l'avaient aidé à se rappeler de la date, et une question lui avait alors traversé l'esprit : qui avait donc eut le courage de mettre ces confiseries dans les jardins du Lycée au beau milieu de la nuit ?

C'était à ce moment qu'avait surgit le rongeur, semant le doute dans l'esprit de la binoclarde.



"Bah, ce n'était qu'une impression, ce gilet...", pensa la brunette en marchant silencieusement. "Mais enfin, Chloé, tu ne crois tout de même pas au lapin de Pâques ?"

Après réflexion, faire tout un foin intellectuel pour un lapidé était assez exagéré. Il y avait bien d'autres sujets qui nécessitaient qu'on y réfléchisse sérieusement aux yeux de l'écrivaine, aussi décida-t-elle de tirer un trait sur cette sombre histoire, bien qu'elle préférait s'imaginer en train de lâcher une buse sur l'animal (qu'est-ce que vous voulez, on ne se refait pas...).

Ses pieds guidèrent notre protagoniste jusque devant un vieux chêne. Entre les racines centenaires se trouvait un sympathique assortiment de chocolats et de bonbons. Quoi qu'il en soit, la personne ayant préparé tout cela avait disposé les sucreries avec un soin d'orfèvre, et cela fit presque mal au coeur de la jeune fille lorsqu'elle se saisit de l'une des friandises. Il s'agissait d'un petit poussin fourré au praliné, probablement, et qui était terriblement appétissant.

Sans scrupule et l'estomac gargouillant (la passionnée de rapaces n'était pas passée par la case "cantine" avant de venir ici), elle croqua dans la gourmandise. Durant un bref instant, ses yeux gris/verts pétillèrent. Ce chocolat avait exactement le même goût que celui que lui offraient ses parents à chaque fête de Pâques. Que de surprises, décidément !

Contre le tronc imposant du vieil arbre, la demoiselle s'autorisa un petit rire. Pas du genre sarcastique ou machiavélique qu'elle affectionnait tant, non. Un simple petit éclat de rire sincère et cristallin.

Ne restait plus qu'à voir ce que la journée lui réservait d'autre...




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Avr - 17:39
Un chant d'oiseau, joyeux, cristallin, retentit dans les jardins de Pandora. C'était un joli petit moineau qui gazouillait gentiment dans les buissons. Il prit soudain son envol, et vint se poser sur le rebord d'une fenêtre du dortoir des filles, où il gazouilla de plus belle.

Une des pensionnaires de la chambre, Florine, émergea de sous ses couvertures en baillant un grand coup. Elle jeta un regard attendri au petit oiseau perché sur la fenêtre, qui chantait sa joie de vivre. La blondinette s'étira ensuite en baillant de nouveau, fraîche et dispose après cette bonne nuit de sommeil. Elle s'habilla rapidement et silencieusement, afin de ne pas réveille sa colocataire. Puis elle s'approcha de la fenêtre. Le moineau s'était envolé, mais une autre bestiole se baladait dans les jardins : un lapin.

- Bizarre... murmura la jeune fille, qui parlait souvent toute seule. Je pensais pas que les lapins pouvaient entrer si facilement dans l'enceinte du Lycée...
Mais elle ne s'en plaignait pas : après tout, elle adore les animaux... Elle l'observa donc trottiner de-ci de-là, son élégant veston bien assorti aux jeunes pousses de ce début de printemps, et son petit panier d'osier bien rempli se balançant doucement à son bras, avant qu'il ne disparaisse dans un massif de rosiers. Florine sourit. Comment avait-elle pu oublier ? C'était déjà Pâques ! Apparement son esprit s'en souvenait, puisqu'elle avait cru voir un lapin à la Alice au Pays des Merveilles distribuant des oeufs...

La jeune fille fila donc jusqu'au jardin, zigzagant dans les couloirs encore déserts à cette heure-ci. Elle arriva là-bas à peine essoufflée, et apperçu de jolies taches de couleurs tentatrices dans l'herbe, les buissons, les branches basses des arbres... Il semblerait donc qu'il y ait une âme d'enfant dans ce Lycée... Peut-être le professeur Jack ? ça lui ressemblerait bien, songea la blondinette en riant.

Elle se pencha et ramassa un joli lapin en chocolat, emballé dans du papier brillant. Elle le déballa doucement, sans abîmer le papier comme elle le faisait toujours, puis croqua un bout des oreilles. C'était une friandise au chocolat noir, fourrée à cette drôle de pâte blanche extrêmement sucrée qu'elle adorait. Comme si l'âme généreuse qui avait disposé toutes ces douceurs avait lu dans ses pensées...

Florine ramassa encore quelques oeufs en sucre colorés, d'autres en chocolat au lait, et même une petite poule en chocolat blanc remplie d'autres petits oeufs en sucre. Estimant qu'elle en avait suffisament, et qu'il fallait en laisser un peu aux autres (même si il semblait y avoir des quantité considérable de friandises dans tous les moindres recoins des jardins à chaque pas qu'elle faisait), elle continua à marcher dans les jardins, les bras chargés de bonbons, en prenant garde à ne pas écraser le moindre oeuf en chocolat.

Elle entendit alors un rire, qui venait de derrière le vieux chêne centenaire en bordure du jardin. Elle s'approcha doucement, posa ses friandises dans un coin, et se pencha vers l'autre côté du tronc pour appercevoir qui s'y tenait. elle y découvrit sa meilleure amie Chloé, en train de déguster elle aussi un truc en chocolat, ce qui ressembalit à un petit poussin. La blondinette s'approcha à pas de loup, et sauta au cou de la binoclarde en riant :
- BOUH !
avatar
Devoirs rédigés : 353

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: I'm fruit !! Pour les intéressés qui voudraient tenter leur chance... /TRAIN/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Avr - 11:45
Lila avait été réveillée par la douceur des premiers rayons de soleil. Il était 7 h et la majorité des résidents des dortoirs n'était pas réveillés à cette heure ci. Notre jeune fille fait partie de la catégorie des réveille-tôts, ce qui lui vaut les grognements de ces camarades de chambres à chaque fois qu'elle fait grinçer le parquet en bois pour se lever. Voulant éviter de se prendre un livre ou autre de la part de ces "camarades", elle se dépécha de prendre ses affaires déjà prête sur la chaise de son bureau et se dirigea rapidement vers la salle de bain. Elle prit une douche assez rapide mais profita de la bienfaisance de l'eau chaude sur sa peau. Elle se prépara puis sortit sur la pointe des pieds dans le couloir.

En se dirigeant vers la sortie du bâtiment, elle passa en revue ce qu'elle devait faire aujourd'hui. Car, oui, Lila n'aime pas ne rien faire de sa journée.

" Je dois finir mes devoirs, dessiner, m'entrainer au violon et ... mais... mince ! C'est Pâques aujourd'hui ! "

Horreur ! Pâques ! La fête où plein de monde mange des chocolats dans la joie et la conviavilité ! Ce qui voulait dire qu'il y aurait plein de pensionnaires partout. Pas un seul endroit tranquille... Elle haïssait déjà cette journée.

Elle en était là de ses réflexions quand elle arriva dans les jardins où un lapin avec un gilet vert passa devant elle en sautillant. Attendez une seconde... un lapin ne porte pas de gilet ! Qu'il soit vert, rouge ou jaune ! C'est impossible car il faudrait déjà que ce lapin réussisse à l'enfiler... Mais c'est quoi ce bordel ! Avec la ferme intention de prouver que ce lapin était le fruit de son imagination et qu'on n'était pas dans Alice au pays des merveilles, elle se lança à sa poursuite.

Elle marchait calmement en regardant attentivement tout autour d'elle pour trouver ce lapin quand elle remarqua, au détour d'un rosier, un paquet de petits oeufs en chocolats. Ca lui rappelait les fêtes de Pâques que sa soeur et elle partageaient. Elle lui confectionnait un paquet avec des oeufs qu'elle avait elle même fait et Lila en faisait de même. Elle prit le paquet, l'ouvrit et en gouta un. Incroyable ! Ils avaient aussi le même goût que ceux de sa soeur ! Elle se sentait revenir en enfance et les larmes commençerent à lui monter aux yeux. Elle, qui ne pleurait que rarement, pleura toutes les larmes qu'elle n'avait pas fait couler depuis la mort de sa soeur.

avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Avr - 13:23
Alexander venait de se faire réveiller par son Gecko et était plutôt en forme, malgré qu’il soit couvert de bave. Il ouvrit ses volet et se qu’il vit le surprit : Un lapin, vêtu d’une veste en tweed venait de s’enfuir en courant, ou plutôt en sautillant, après avoir déposé un panier et un chocolat en forme de chouette devant sa fenêtre. Il se rappela alors deux choses :
1) C’était la fête haït des diabétiques : Pâques
2) il avait prévu d’aller chercher des œufs en chocolat avec Écho.
Il vit alors qu’il lui restait trois minutes pour se préparer et attendre la jeune fille avec laquelle il avait fait connaissance devant le point de ralliement, sa chambre. Après s’être habillé en hâte et ramassé son panier il bondit hors de sa chambre et se rendit devant celle de la jeune fille. Il remarqua alors qu’il avait un lacet défait. Il se baissa pour le refaire en même temps qu’il frappait à la porte. Elle s’ouvrit devant lui, à genou, une main tendue. (Avez-vous remarqué que c’est le stéréotype de la déclaration de mariage qui est ici présenté ?) . La jeune fille qui venait d’ouvrir n’avait pas remarqué le trouble du garçon est se mit en route, bientôt suivie pas le jeune homme. Ils avaient prévus de commencer leurs recherches près du grand chêne, car ils y avaient remarqués des cachettes potentielles. Arrivés à destination, ils découvrirent qu’ils avaient étés précédés : des traces de pas ainsi qu’un papier froissé témoignèrent de l’action qui venait de se passer au pied du chêne. Ils rencontrèrent bientôt la personne qui avait commit ce crime : La brunette Chloé. Alexander l’aborda et décida de s’en faire une alliée : en effet, elle était environnée de chocolat et les prendre de force, à une faible femme, n’était pas du style du jeune homme. Elle venait d’éclater de rire après avoir mangé un chocolat. Il s’approcha, Écho le suivant quand soudain, un être blond bondissant se jeta sur la brunette. Alex et Écho réagirent d’un même geste et seul le cri de la bête la sauva :
- BOUH !
Elle se détacha de la brunette lorsqu’elle remarqua les deux lames à proximité de sa gorge. Le couteau d'Écho et le poignard d’Alex. Ils remarquèrent alors qu’ils s’étaient mutuellement protégés. Tout rouge, Alex détourna le silence pesant qui venait de s‘abattre sur le groupe :
- Vous voulez bien vous joindre à nous pour récolter des œufs ? J’ai trouvé une chouette en chocolat, on la partage pour sceller notre alliance (ou notre pacte de non-agression) ?
Puis ils attendirent la réaction du camp opposé…
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Avr - 13:46
Mira fut réveillée par un fichu piaf qui piaillait sur la fenêtre de sa chambre. Agacée, elle attrapa le premier truc solide qui lui tomba sous la main avec l'intention de le lancer sur cet oiseau de malheur lorsqu'elle constata qu'elle avait pris un calendrier et que c'était un jour particulier. Laissant la bête à plumes à ses occupation, elle passa en revue la date. Le mot "Pâques" y était inscris au feutre rouge. La journée sacrée du chocolat avait déjà commencé depuis sept heures et Mira n'était toujours pas dans le jardin à récupérer les oeufs, poules et lapins qui n'attendaient qu'elle. Ni une ni deux, elle se prépara, s'habilla, agrippa Klor et descendit en courant.

Arrivée dans les jardins, elle admira une demi-seconde la beauté de la rosée sur les plantes avant de lancer à la recherche des confiseries. Au détour d'un bosquet, un miroitement violet l'averti de la présence de chocolat. Elle allait rafler un petit lot d'oeufs lorsqu'un petit lapin en veston vert passa devant elle. N'écoutant que son ventre, elle décida d'en faire fit pour manger le plus de chocolats possible. Une poule par-ci, un lapin par-là, un oeuf dans la main, un autre dans l'estomac, Mira ne se serait jamais pardonnée d'avoir manquée ce délice.

C'est alors qu'un chocolat attira sont attention. Il représentait une petite souris. La jeune fille se rappela alors qu'il y en avait une semblable dans sa chambre/sanctuaire-à-peluches et ramassa le rongeur en se remémorant les bons moments passés chez elle. Elle grignota seule pendant quelques minutes avant d’apercevoir la silhouette 'une élève vers qui elle décida de se diriger.
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Avr - 23:17
Lyra était blottie contre la fenêtre de sa chambre, vide de colocataires. Elle pressait contre elle, un gros oreiller bien dodu qui semblait la réconforter. Cela faisait une heure qu'elle était éveillée, une heure qu'elle était ainsi, une heure qu'elle avait omis de jeter un coup d'oeil à son agenda. En effet, en ouvrant le petit carnet qu'elle se trimbalait dans son sac d'école à bandoulière tous les jours, elle atterrit à la page du jour, rien d'anormal jusque là. Elle remarqua malheureusement qu'en plus d'être un dimanche, il y avait une grosse inscription en gras et en taille assez conséquente qui prenait toute la page. Sur ce morceau de papier, attaché à tant d'autres, était écrit... PÂQUES !

La jeune fille pâlit et se crispa d'un coup tout en jetant son pauvre bouquin sur le mur en face avec fureur pour ensuite s'en aller déprimer devant la fenêtre comme si son âme était en train de la traverser pour partir loin d'ici. Elle réagissait de cette façon, non pas parce qu'elle n'appréciait pas le chocolat, loin de là, mais parce qu'il y avait trop de monde à son goût. Si tous les gengens du lycée venaient à faire un tour dans le jardin pour chercher les mystérieux chocolats, son périmètre de sécurité anti-sociale et repousse bonhomme allait être menacé. Mais cette idée ne lui empêcha pas quelques instants d'hésitation. Elle voulait tellement faire la gourmande, goûter à l'un des plus grands plaisirs de l'enfance auxquels elle n'aurait jamais eu droit dans sa famille ou même au Centre. C'était tellement tentant. Lyra contempla le jardin fixant toutes ces têtes joyeuses qui l'écoeuraient à moitié. Finalement, après cette heure et demi de torture psychologique pour savoir si elle allait sortir ou non, Lyra enfila sa tenue de journée et enclencha la porte de sa chambre, se retournant comme pour vérifier qu'elle n'avait rien oublié. Peut-être que si elle était restée quelques minutes supplémentaires dans cette pièce, au bord de la fenêtre, aurait-elle aperçu un mystérieux lapin en veston de cuir et de velours se faire la malle, se fourrant dans un épais buisson bien feuillus à l'abri de tout regard ?

Sur le chemin qui menait jusqu'aux jardins, la lycéenne marchait tête basse. Elle fixait le sol tout en approchant de la cour de récréation qui menait ensuite vers les espaces verts. Pas mal de personnes prenait sa direction, ce qui l'a rendit mal à l'aise. Trop de monde, il y avait beaucoup trop de monde. Elle commençait à avoir chaud, un début de crise peut-être. Elle pressa le pas. Il fallait absolument qu'elle sorte de cette foule qui se formait petit à petit. Vite, vite !

Lyra poussa d'un coup la porte qui la séparait de l'air libre comme si sa vie en dépendait. Sous le regard étonné de certains élèves elle se mit à courir le feu aux joues vers les jardins. Elle réussit tant bien que mal à trouver un coin de verdure tranquille où personne n'avait encore foulé le sol ce matin. Soupirant de soulagement et ayant repris son calme, Lyra s'effondra sur l'herbe verdoyante à genoux. Cette affolement passager, qui l'avait rendu affreusement nerveuse était enfin passé. Elle reprit son souffle en inspirant et expirant longuement l'air frais de dehors.

Le mal était passé. Lyra examina ce qui l'entourait. Rien d'humain ou d'animal, hormis quelques abeilles qui butinaient de fleur en fleur, n'avait l'air de manifester sa présence en ces lieux. Juste le silence régnait accompagnait de légers rires et exclamations qu'apportaient quelques brises matinales. Mais il y avait aussi bien d'autres choses. Quelque chose, perdu au pied d'un arbuste, brillait d'un tout petit éclat, à peine remarquable, mais qui attira l'attention de la jeune fille aux cheveux de feu. Elle s'en approcha doucement imitant un chat qui s'apprête à se ruer sur sa proie pour en faire un délicieux repas, le regard pétillant de malice. Lyra finit par prendre l'étrange objet qui avait attiré sa convoitise, ce devait être un oeuf en chocolat enrôlé dans un magnifique papier dorés aux multiples détails. Elle ne se fit pas prier et retira l'enveloppe d'or qui renfermait le chocolat et n'en fit qu'une bouchée de ce dernier. Elle le dégusta tendrement savourant chaque saveur qui lui explosait en bouche. Elle venait d'avoir la chance de dévorer avec modération une sorte de chocolat praliné, sauf que ce praliné fondant était d'une fraîcheur sans pareil. Les chocolatiers devaient avoir des mains d'orfèvre et des idées de génies pour créer de pareil chose.

Le papier qui grisaillait lorsqu'on le pliait, finit par se trouver dans l'une des poches de Lyra. Elle se leva sur ses deux jambes avant de remarquer cette fois un lapin aux couleurs de bronze. Elle dénicha au fil des minutes, cinq-six chocolats, ce qui la força à sortir de sa zone isolée. Avançant à pas de loup et sans vraiment regarder devant elle, Lyra heurta quelqu'un. Elle recula par la suite d'un pas pour faire face au mystérieux inconnu sans pour autant éprouver la moindre politesse d'exprimer un misérable "pardon" ou "excusez-moi".
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Avr - 16:41
- BOUH !
La meilleure amie de la blondinette sursauta légèrement, puis soupira d'un faux air éxaspéré, habituée à ses bonds de Marsupilami. Et elle, elle du faire un deuxième bond d'au moins deux mètres lorsqu'elle constata que deux lames étaient pointées sur sa gorge : la première appartenait à la timide et transparente Echo, la deuxième au sympathique Alexander. Pas si sympathique que ça, finalement... Elle les fusilla du regard, vexée qu'ils aient pris le parti de se défendre alors qu'il s'agissait d'une simple blague. Si on pouvait même plus plaisanter un jour comme celui-là...
Elle allait leur demander des excuses, lorsque le jeune homme décia de rompre le silence le premier :
- Vous voulez bien vous joindre à nous pour récolter des œufs ? J’ai trouvé une chouette en chocolat, on la partage pour sceller notre alliance (ou notre pacte de non-agression) ?
Florine haussa un sourcil. Alliance ou pacte de non-agression ? On se serait cru en plein milieu d'un cours d'histoire... M'enfin, après tout, pourquoi pas ?
- ça me dérange absolument pas, mais à condition que je ne finisse pas égorgée par deux psychopathe si je me met à sautiller comme une gamine, rigoler, sortir une vanne, ou que sais-je encore qui pourrait déclencher leurs réflexes agressifs !! répondit Florine enfin en fixant les deux psychopathes visés.
avatar
Devoirs rédigés : 353

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: I'm fruit !! Pour les intéressés qui voudraient tenter leur chance... /TRAIN/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Avr - 23:51
*excusez moi du retard !! J'avais eu des problèmes...*

Echo, en ce doux matin, s'était réveillée et mis un temps à comprendre que c'était le matin de Paques. La jeune fille se rappela aussi qu'elle devait attendre Alexander pour une chasse à l'oeuf. C'était sa première chasse à l'oeuf, et Echo semblait excitée de commencer. Elle s'habilla rapidement, et au lieu de mettre son habituelle tunique bleue, elle passa sur sa chemise une robe vert tendre sans manche, des petites chaussures toutes mignonnes en harmonie avec la robe et des socquettes blanches. Echo attacha même un ruban rose dans ses cheveux avant de saisir son panier. Puis la jeune fille entendit quelqu'un toquer à la porte, surement Alexander.
En sortant de sa chambre, elle découvrit Alex, a genou devant elle et un main tendue. Echo pensa un instant une demande en mariage (et oui, la position de son ami était bien étrange...) mais pensa juste après à la chasse qui allait commencer. Elle avait hâte ! Echo partit avec Alex en direction du grand chêne. Ils avaient remarqué de nombreuses cachettes la veille, quand ils ont tout mis au point (eh oui, une chasse aux œufs, ça se prépare !) Quand les deux amis arrivèrent au pied du vieil arbre, ils remarquèrent avec effroi et mécontentement qu'une âme gourmande avait déjà trouvé la super cachette. L'âme gourmande en question se trouvait d'ailleurs un peu plus loin, entourée de chocolats tres appétissants. Echo, timide, se contenta de regarder Alexander aborder la gourmande Chloé, qui souriait en mangeant son chocolat. Les deux compagnons s'approchèrent de la brunette, quand quelque chose se jeta sur elle. La servante des Nightray, apeurée et en geste de légitime défense, sortit son couteau et le pointa sur la gorge de la nouvelle venue, qui s'avérait être Florine. Echo remarqua qu'Alex avait fait le même geste, ce qui ne manqua pas d'étonner notre jeune servante. La blondinette fit un grand bond et fit un regard noir aux deux amis . Echo était gênée d'avoir sortit son arme, et ne savait plus que faire...

- Vous voulez bien vous joindre à nous pour récolter des œufs ? J’ai trouvé une chouette en chocolat, on la partage pour sceller notre alliance (ou notre pacte de non-agression) ?

- ça me dérange absolument pas, mais à condition que je ne finisse pas égorgée par deux psychopathe si je me met à sautiller comme une gamine, rigoler, sortir une vanne, ou que sais-je encore qui pourrait déclencher leurs réflexes agressifs !!

Echo rougit et se répandit en excuse, bafouillant et s'emmelant. La jeune fille avait de plus en plus l'impression d'avoir la honte.

-Heu... je suis... Heu... ce n'etait pas mon intention ! C'est... je suis navrée ! C'est un réflexe en tant que servante... Heu non ! Non non, c'est parce que j'ai... surprise... été surprise......

Étant totallement désemparée, sa timidité repris le dessus et partit se cacher, en larmes. Les trois autres (n'oublions pas Chloé) étaient étonnés, et n'ont pas réagi tout de suite quand la jeune servante tomba dans un trou...

-Ouah !! Venez voir... il y a plein de chocolats ici !

*et encore une fois, je suis désolée ne pas avoir répondu tout de suite !*
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Avr - 15:30
Mira regarda hébétée la jeune Lyra qui lui était rentrée dedans. Voulant juste lui parler, elle fût surprise que celle-ci s'enfuie en courant, le feu aux joues. Elle décida de poursuivre cette étrange jeune fille qui n'avait presque pas parler depuis son arrivée. Tandis qu'elle courais, Mira aperçût un lapin habillé en veste de Tweed qu'elle avait déjà vue ce matin. Son estomac rassasié, elle parti à la recherche de cet herbivore à grande dents, laissant Lyra à sa fuite.

Quelques chocolat plus tard, Mira avait perdu la trace de la créature à grande oreille et décida de rechercher Lyra. C'est alors qu'elle tomba dans un petit trou rempli, à première vue, de nouveaux délices chocolatés. Mais il ne s'agissait en réalité que des emballages de ces derniers. Déçu et en colère d'avoir perdu une telle quantité de cacao, elle se mit à pister les dévoreurs affamés. Plusieurs minutes de recherches la ramenèrent dans les jardins, où elle vit Chloé, Florine, Alexander et Echo discuter joyeusement, le visage couvert de traces marrons. Ni une, ni deux, Mira agrippa Klor et chargea en poussant "Taïeau !" sonore.
avatar
Devoirs rédigés : 4856

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: With my shy cuty girl ~
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Avr - 23:36
Lyra recula d'un pas et scruta en détail la personne dans laquelle elle s'était cognée. C'était une jeune fille aux longs cheveux d'un rouge intense, quoique légèrement plus foncé que ceux de Lyra. Par rapport à cette dernière, elle semblait avoir quelques années de moins à son compteur. Peut-être était-elle en seconde ? Ce qui était sûr, par contre, c'était que la jeune inconnue dévisageait Lyra d'un air surpris et béat comme si elle venait de voir un fantôme. Elle tenait contre elle, un gros ourson en peluche au pelage doux et soyeux.

La lycéenne n'eut point le temps d'en connaître un peu plus sur l'identité de la fillette, malgré que ce visage ne lui était pas si étranger que cela. Elle commença à pivoter sur elle-même et observa le décor qui s'offrait à elle. Il y avait pas mal d'élèves qui se baladaient de-ci et de-là à même pas quelques mètres de Lyra, des chocolats en main et des sourires heureux et joyeux gravés sur leur face. Son coeur reprit alors la cadence d'un TGV faisant suer sa propriétaire. Une nouvelle crise se déclarait. Il y avait de nouveau trop de monde et la panique envahissait de nouveau Lyra tandis qu'elle restait immobile comme paralysée. Ce ne fut qu'au moment où la jeune fille se trouvant juste à côté d'elle tenta de lui parler en faisant un geste du bras, que Lyra se mit en alerte. Les joues rosies, les yeux fermés et les mains plaquées sur les oreilles, Lyra entama une course acharnée à l'aveuglette. Elle ne voulait ni voir, ni entendre, mais juste s'isoler. Elle voulait à tout prix s'éloigner de tout ce brouhaha qui la traumatisait autant.

La fillette, étonnée à son tour par un tel retournement de situation et par la simple curiosité d'un tel comportement, poursuivit son aînée. Elle était à ses talons. Lyra sentait à peine sa présence, mais rien que ce petit et infime détail faisait la différence et la perturbait sa paix intérieure. Elle se forçait à s'éloigner plus encore pour ne plus être dérangée. Cette sensation désagréable ne dura que quelques secondes. La jeune élève semblait avoir abandonné au bout d'une vingtaine de mètre. Lyra se sentit soulager et ouvrit ses yeux, sans pour autant enlever ses mains qui isolaient aussi bien que le ferait un casque audio. Ce serait tout de même malheureux de foncer tête baissée dans un arbre suite à tout cela.

Elle finit par se rendre dans un coin des jardins, paisible ou seulement quelques têtes dépassaient des haies. Lyra ne mit pas très longtemps avant de se rendre compte qu'elle se trouvait dans la roseraie de l'école. Il y avait beaucoup de buisson recouvert de mille teintes verdâtres ainsi que de petite tâches colorée et claires que formaient les roses. Une douce odeur qui traînait dans l'air ambiant vint aux narines de Lyra. Elle huma cette senteur si reposante et sentit alors sa tension revenir à la normal. C'était exquis, la jeune fille serait bien restée là quelques heures à cet endroit. Néanmoins, l'idée que d'autres personnes viennent la déranger, lui titilla l'esprit. Se souvenant de ses crises d'angoisses soudaine et de sa nervosité extrême, elle frémit de tous ces membres et se dut de devoir renoncer à cette pensée. Mais cela ne voulait en aucun cas dire qu'elle ne tomberait pas sur une autre alléchante idée.

Quelque chose occupa son esprit. Un objet fait de paille posé sur l'herbe et recouvert d'un papier plastique transparent déchiré de part et d'autre avec quelques oeufs de Pâques semblaient intact en dedans. Lyra s'en approcha la faim au ventre. Bien évidemment elle n'avait pas pris de petit déjeuner et lors de sa précédente fuite, comme une abrutie, elle avait abandonné ses précieux chocolats sur place. Rampant prêt d'un buisson au risque de se salir ou de s'écorcher des parties de ses vêtements, Lyra n'était plus qu'à un cinquante centimètres de la cible gourmande. Il ne lui suffisait plus qu'à tendre le bras et son délice pourrait enfin commencer. Malheureusement, à cause de la faute à pas de chance, Lyra remarqua un intrus dans sa ligne de mire. Une jeune fille, non pas celle de tout à l'heure, était assise par terre côtoyant le paquet tant convoité par Lyra.

C'était cette fois, une fine brunette à deux couettes, qui se goinfrait en cachette à l'abri des autres. D'après les sons qu'elle émettait, Lyra en conclu qu'elle se lamentait en pleurant et en mangeant les petits oeufs en chocolats. La lycéenne commença à poser des questions plus ou moins philosophiques à son subconscient sur la raison de ses pleurs. Elle finit par conclure, en chuchotant et en acquiesçant de la tête, que :

- Les humains "normaux" ont un comportement vraiment étrange...

Avec le temps qui s'écoulait, la nouvelle inconnue prit un nouveau chocolat et s'apprêta à le manger. Lyra se pliait presque en deux pour taire le bruit incessant de son estomac affamé. Elle lui lançait plein d'injure tout en se tortillant. Sa malveillance lui coûta une petite épine de rose enfoncée dans l'épaule gauche. Surprise par cet évènement inattendu, elle se dressa d'un coup sur ses deux jambes, se retenant d'émettre un son de douleur. Son plan venait de foirer, bon à jeter à l'eau. Elle était découverte désormais et rien ne pouvait le réfuter.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Avr - 16:11
Chloé sentit deux mains l’attraper soudainement par les épaules, la faisant légèrement sursauter sous le coup de la surprise.

-BOUH ! S’exclama joyeusement Florine, la fameuse agresseur de notre brunette.

Celle-ci soupira en levant les yeux au ciel face à tant de puérilité. Mais qu’importe, il faut bien que jeunesse se fasse…

Sauf que la binoclarde n’eut même pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle entendit le bruit de deux lames qu’on dégaine. Une poignée de secondes plus tard, elle vit sous ses yeux ébahis deux couteaux dangereusement pointés sur la gorge de Florine. Cette dernière fit un bond digne d’un kangourou, et fusilla du regard les deux nouveaux dangers publics, j’ai nommé Echo et Alexander.

La jeune fille aux cheveux bruns les regarda ranger leurs armes, visiblement conscients qu’il y avait malentendu. Non, Florine n’était pas sur le point de l’étrangler, merci ! (Ou du moins, elle cachait rudement bien son jeu, la fourbe…)

Un court silence s’ensuivit, les quatre adolescents s’observant. Chloé redressa ses lunettes sur son nez et détailla un moment tout ce beau monde : Florine avait l’air vexé par ce manque évident d’humour de la part des deux autres, Echo semblait confuse au plus haut point, et Alex’, lui, avait un peu de rouge au joues. Ce fut certainement pour cacher ce gêne qu’il questionna :

-Vous voulez bien vous joindre à nous pour récolter des œufs ? J’ai trouvé une chouette en chocolat, on la partage pour sceller notre alliance (ou notre pacte de non-agression) ?

Pour un peu, on se serait cru avec Rufus Barma, une nouvelle fois en train de débiter un cours qui n’en finissait plus… M’enfin bon. Chloé vit Florine hausser un sourcil, signe évident d’une interrogation profonde face à cette élocution douteuse. Elle finit d’ailleurs par concéder en regardant Alexander et Echo :

-Ça me dérange absolument pas, mais à condition que je ne finisse pas égorgée par deux psychopathes si je me met à sautiller comme une gamine, rigoler, sortir une vanne, ou que sais-je encore qui pourrait déclencher leurs réflexes agressifs !!

Hou là, que d’agressivité ! La binoclarde en recula même, souriant d’un air moqueur tandis qu‘Echo se répandait en excuses.

-Heu... je suis... Heu... ce n'etait pas mon intention ! S’exclama-t-elle, embrouillée dans ses explications. C'est... je suis navrée ! C'est un réflexe en tant que servante... Heu non ! Non non, c'est parce que j'ai... surprise... été surprise......

Après avoir débité ces quelques mots, la jeune domestique recula de quelques pas avant de prendre la fuite, des larmes dans ses grands yeux bleus/gris. Ce fut cette fois-ci à Chloé de hausser les sourcils. En premier lieu, elle n’avait pas vraiment envie de se joindre à cette troupe de dégénérés pour chercher du chocolat, car la brunette pensait très sincèrement avoir plus de chances seule. Mais cet évènement changeait quelque peu la donne…

-Bon…, finit-elle par soupirer en croisant les bras. Alex’, sache tout d’abord que c’est un hibou en chocolat que tu as dans la main, et non pas une chouette. Ensuite, j’accepte de me joindre à vous dans votre quête, mais je ne promets pas de rester tout du long… Maintenant, je propose que l’on aille retrouver Echo, sauf objection de votre part.

Et là, comme si la concernée avait entendu son nom, la fillette aux cheveux blancs s’exclama depuis l’autre côté des haies :

-Ouah !! Venez voir... il y a plein de chocolats ici !

Et lorsque Chloé arriva sur lesdits lieux, elle vit tout d’abord Echo dans un petit trou, où elle avait dû très certainement trébucher. Mais cette chute lui avait été heureuse, et elle ne mentait pas en parlant de plein de chocolats : des œufs, des poules, des lapins,… et tout aussi intéressant :

-Oh, une cloche ! Fit joyeusement la brunette en regardant Alexander avec un grand sourire entendu.

Ça y était, la binoclarde en était à sa première vacherie de la journée. Finalement, elle sentait qu’elle allait bien s’amuser, mwah ha ha… ~♥


[Voilà, s'cusez du retard ><" J'espère que ça convient à tout le monde, et si ce n'est pas le cas, prévenez-mois, je suis à votre disposition !]




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Avr - 16:53
Lila continuait à pleurer silencieusement ( si l'on peut dire...). Ses larmes ne voulait pas s'arrêter et elle devait avoir une tête à faire peur... La jeune fille attrapa un mouchoir qu'elle utilisa bruyamment. Elle sécha ses larmes et continua de manger les oeufs qu'elle avait trouvé. Au bout d'un petit moment, elle entendis une phrase qui la laissa perplexe.

- Les humains "normaux" ont un comportement vraiment étrange...

Ne reconnaissant pas cette voix, elle se dit que c'était son imagination. Elle continua à déguster ses précieux chocolats. Elle en était arrivée au dernier quand elle entendit un bruit bizarre... Elle se dressa sur ses deux jambes et remarqua que derrière elle, une jeune fille aux cheveux rouges se tenait l'épaule an se retenant de hurler.

Si elle ne se trompait pas c'était une nouvelle qui s'appellait Lyra ce qui expliquait qu'elle ne reconnaissait pas sa voix. Elle s'approcha de la nouvelle venue et vit qu'elle avait une épine de rose enfoncée dans l'épaule. Voyant bien qu'elle souffrait le martyr, son côté gentil pris le dessus sur la partie indifférente de son esprit. Elle s'approcha de la jeune fille aux cheveux de feu.

- Tu veux que je t'aide ? Demanda t-elle d'un ton hésitant.

Attendant une réponse, elle regarda Lyra d'un air interrogateur.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

HRP : Tiens ? Mon chapitre est minuscule... Désolé....
avatar
Devoirs rédigés : 2703

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Je suis un coeur à prendre~ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Mai - 12:57
Aïe, ça commençait mal ! Alexander ne s’attendait pas du tout à ce que ce soit la blondinette qui entame la contre-attaque. Il pensait qu’elle était timide et que le danger viendrait de la brunette à lunettes. Et bien non, ce fut la dénommée Florine qui répondit, pleine de verve :
- Ça ne me dérange absolument pas, mais à condition que je ne finisse pas égorgée par deux psychopathes si je me mets à sautiller comme une gamine, rigoler, sortir une vanne, ou que sais-je encore qui pourrait déclencher leurs réflexes agressifs !!

Mais le pire, se fut la réaction d’Echo :
-Heu... je suis... Heu... ce n'était pas mon intention ! C'est... je suis navrée ! C'est un réflexe en tant que servante... Heu non ! Non non, c'est parce que j'ai... surprise... été surprise......
Puis elle s’enfui, les larmes aux yeux. Alexander fut tenté de courir la rattraper ou d’étriper pour de bon la blondinette mais il se retenu, pour deux raisons :
Primo : Il n’allait pas tuer tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin.
Deuxio : Il ne voulait pas que son action (réconforter son amie Echo) soit mal perçue par les deux autres jeunes filles.
Il restât donc en place, se contentant de fusiller du regard les deux jeunes filles. La brunette, la plus sage des deux (si c’est elle la plus sage, où va le monde… SBAF !) Qui n’avait rien dit depuis le début de la « discussion » prit la parole :
-Bon… Alex’, sache tout d’abord que c’est un hibou en chocolat que tu as dans la main, et non pas une chouette. Ensuite, j’accepte de me joindre à vous dans votre quête, mais je ne promets pas de rester tout du long… Maintenant, je propose que l’on aille retrouver Echo, sauf objection de votre part.
Purée, elle avait tout analysé, tout calculé ! Il faudra qu’il se méfie d’elle. En plus, elle avait raison pour le chocolat : Deux petites plumes ornaient la tête de la bestiole. Profitant d’un moment d’inattention des deux jeunes filles, causé par un cri d’Echo, il les croqua pour avoir, une fois de plus, raison. Un cri d’Echo ?! Sans même réfléchir, il se précipitât en direction du cri, dépassant sans problème les deux jeunes filles, qui n’avaient pas l’air très sportives. Il rangea cela dans un coin de sa tête et franchit les haies d’un saut pour se retrouver face à un trou, contenant la jeune servante et un tas de chocolat. Chloé arriva peu après et il commença à remonter des chocolats ainsi que la jeune fille coincée au fond du trou. La brunette en profita encore pour se moquer :
-Oh, une cloche ! Tout en le fixant d’un ai entendu.
Il dit alors, ayant pris soin de garder son calme :
-Et non Miss, c’est un glas, reconnaissable à la croix et au crane qui l’ornent. De plus, d’après sa forme, on peut déduire son orientation dans l’église : A l’Ouest, mais, il n’est pas le seul… .
Il accompagna ses propos d’un magnifique sourire, qui s’effaça vite lors qu’il entendit la sonnerie de son portable : la musique de Magnum, une série qu’adorait son père et qu’il n’avait attribuée qu’à un seul numéro, dont il ne voulait jamais être appelé. Il s’éloigna donc du groupe et décrocha, après avoir dit :
- Ne m’attendaient pas, continuez sans moi, je vous rejoindrez.
… … …
Lorsqu’il revint, il ne dit rien mais ses yeux parlèrent pour lui : Il était très en colère, décidé et semblait aussi de mauvaise humeur. Mais il semblait aussi très triste.


[Hors Rp: Désolé pour le retard. Vous voulez tout de suite le flash-back qui raconte ce qu'il c'est passé ou pas?]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mai - 21:52
- Ça me dérange absolument pas, mais à condition que je ne finisse pas égorgée par deux psychopathes si je me met à sautiller comme une gamine, rigoler, sortir une vanne, ou que sais-je encore qui pourrait déclencher leurs réflexes agressifs !!

La pauvre petite Echo se confondit en excuse, semblant profondément navrée de ce qu'elle avait fait.

- Heu... je suis... Heu... ce n'etait pas mon intention ! bredouilla-t-elle, toute rouge de confusion. C'est... je suis navrée ! C'est un réflexe en tant que servante... Heu non ! Non non, c'est parce que j'ai... surprise... été surprise...

N'y tenant plus, la jeune fille s'enfuit en courant, les larmes aux yeux. Florine s'en voulut d'avoir réagi trop brutalement, elle qui n'était d'ordinaire que rarement aussi agressive, et voulut la retenir, mais la blandinette était rapide. Elle s'apprêtait à se lancer à sa poursuite pour s'excuser, lorsqu'elle surprit le regard furieux d'Alexander, qui semblait à deux doigts de l'étriper. La blondinette se sentit encore plus mortifiée que jamais. Elle avait réussi en moins de cinq minutes à faire pleurer sa pauvre colocataire qui ne lui avait rien demandé -bon d'accord elle avait pointé son couteau sur sa gorge, mais quand même- et à se faire haïr par un garçon qu'elle connaissait à peine et qu'elle commençait tout juste à envisager comme un ami potentiel. Pour une fille qui déteste la solitude et aimerait être aimée de tout le monde, c'était plutôt mal parti…

A ce moment-là, Chloé, qui n'avait pas pris la parole durant tout ce temps, s'adressa à nous, et principalement à Alexander.

-Bon…, soupira-t-elle en croisant les bras. Alex’, sache tout d’abord que c’est un hibou en chocolat que tu as dans la main, et non pas une chouette. Ensuite, j’accepte de me joindre à vous dans votre quête, mais je ne promets pas de rester tout du long… Maintenant, je propose que l’on aille retrouver Echo, sauf objection de votre part.
Florine hocha vigoureusement la tête, et commença à se diriger ve"rs l'endroit où Echo avait disparu, lorsque sa voix retentit justement :


- Ouah !! Venez voir... il y a plein de chocolats ici !

Alexander réagit au quart de tour en entendant la voix d'Echo. Si c'est pas de l'amour, ça… -SBAF-

Bref, voilà le super chevalier servant jeune homme qui se mit à piquer un sprint dans la direction indiquée par le cri. Florine le talonnait de près, pas trop mauvaise en sprint -première fille de sa classe dans la discipline l'année dernière, quand même, c'est pas si nul ! *SBAF*-. Chloé suivit sans trop se presser, l'envie et sa cheville ne lui permettant pas une telle performance.



Ils arrivèrent donc enfin là où se trouvait Echo. Dans… un trou ?! En effet, la jeune servante des Nightray se trouvait au fond d'une petite fosse, où elle semblait avoir trouvé un sacré filon… de chocolat bien entendu. Alexander se pencha immédiatement au bord et aida Echo à remonter. Celle-ci avait les bras pleins de confiseries de toutes sortes, et il semblait y en avoir encore cinq fois plus dans le trou. Chloé profita de ce moment joyeux pour lâcher un petit :

- Oh, une cloche ! bien senti en fixant le jeune homme. Et allez donc, sa première vacherie de la journée… Elle était en forme ce jour-là dis-donc ! Mais Alexander, loin de se démonter, la regarda droit dans les yeux et rétorqua aussi sec avec un immense sourire.

- Et non Miss, c’est un glas, reconnaissable à la croix et au crane qui l’ornent. De plus, d’après sa forme, on peut déduire son orientation dans l’église : A l’Ouest, mais, il n’est pas le seul…

Soudain, une mélodie retentit. Cela provenait de la poche d'Alexander, sans aucun doute de son portable. Une musique de générique, une vieille série qu'adorait le père de Florine. Elle avait le nom sur le bout de la langue… Mais la tête que fit Alexander en entendant la mélodie ne laissait présager rien de bon. Son sourire s'effaça en une fraction de seconde, remplacé par un air sombre.

- Ne m’attendaient pas, continuez sans moi, je vous rejoindrez.

Il s'écarta du groupe, et parla pendant plusieurs longues minutes avec ce même air sombre. Florine profita de cet instant pour s'excuser encore et encore auprès d'Echo. Puis Alexander raccrocha d'un air très en colère, et revint vers elles. Ses yeux brillaient de rage, et il semblait prêt à frapper le premier qui oserait ouvrir la bouche. Mais en regardant mieux, Florine s'aperçut qu'il se dégageait aussi une profonde tristesse de son regard. Son instinct d'amitié et de compassion reprenant le dessus, la blondinette s'approcha du garçon doucement. Elle jeta au passage un œil à sa meilleure amie, qui n'avait pas l'air plus affligée que cela par l'air en détresse d'Alexander. Elle se rabattit donc vers Echo, lui faisant signe de l'accompagner pour apporter un peu de soutiens à Alexander, quoi que soient ses problèmes. Elle lui avait déjà pardonné le coup du couteau de tout à l'heure, et même si elle ne le connaissait pas plus que cela, elle tenait à lui apporter du réconfort. Il avait l'air de bien connaître Echo, à qui il semblait tenir énormément. Florine en était un peu jalouse, d'ailleurs. Elle qui adorait être entourée d'amis qui l'apprécie, elle ne dirait pas non pour en avoir un aussi chevaleresque que celui-là… Mais l'important était, sur le moment, de s'occuper de lui, et de le soutenir du mieux qu'elles le pouvaient.

- Je me doute que ça doit être très personnel… commença la blondinette en posant une main sur l'épaule du jeune homme, mais si tu as besoin d'en parler, surtout n'hésite pas : on est là, tu sais…







[hors RP : ça vous convient ?? j'ai essayé de faire au mieux... Et pour ce qui est du flash-back Alex', tu peux peut-être l'insérer après ce que j'ai écrit, si tu te décide à parler... ou pas ! bonne continuation les gens ^^]
avatar
Devoirs rédigés : 353

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: I'm fruit !! Pour les intéressés qui voudraient tenter leur chance... /TRAIN/
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Mai - 12:10
- Oh, une cloche ! S’exclama Chloé avec un grand sourire en direction d’Alexander.

Le moins qu’on puisse dire, c’était que le jeune homme n’avait pas vraiment fait grande impression à notre brunette. Pire que cela : elle commençait même à le considérer comme un moins que rien… Mais rien de surprenant à cela ! Il était difficile de monter dans l’estime de notre binoclarde favorite.

Cependant, au lieu de rester sur le banc de touche, le garçon rétorqua, armé d’un sourire lui aussi :

- Et non Miss, c’est un glas, reconnaissable à la croix et au crâne qui l’ornent. De plus, d’après sa forme, on peut en déduire son orientation dans l’église : à l’Ouest, mais il n’est pas le seul…

Attendez… il venait bien de l’insulter, là ?

Hein ?! Mais pour qui il se prend, ce type ?! ” S’exclama intérieurement la jeune fille.

Il voulait jouer, le gringalet ? Eh bien il allait être servi…

- Tu sais, glas ou cloche, ça ne change rien…, entama alors Chloé, comme si elle n’avait pas du tout compris l’allusion d’Alexander. Les deux sont identiques : vides, creux… et sans aucun doute dénués de toute intelligence.

Non, l’auteur en herbe n’allait décidément pas se laisser faire par un jeune impertinent de son espèce… qu’il ose répondre, seulement, et elle allait lui faire payer au centuple.

Chaque coup donné sera rendu, Alex’ ! ”, semblait le menacer la passionnée de rapaces avec un regard impérieux.

Soudain, une sonnerie de portable retentit. La brunette ne reconnaissait pas la musique, mais elle semblait provenir du téléphone d’Alexander. Ce dernier le sortit d’ailleurs de sa poche, avant de regarder le nom de la personne cherchant à le joindre. Durant une fraction de secondes, son sourire sembla se crisper et être remplacé par un visage sombre. Vraiment étrange…

- Ne m’attendez pas, continuez sans moi, je vous rejoindrai, finit par annoncer le garçon en s’éloignant pour décrocher.

Et tandis que le lycéen semblait tergiverser avec son interlocuteur, Chloé reporta son attention sur ses deux camarades féminines : Florine et Echo. La première était justement en train de se répandre en excuses envers la seconde, allez savoir pourquoi… Car d’après ce qu’avait vu la brunette, son amie n’avait strictement rien fait de mal ! Certes, elle avait haussé le ton, mais cela restait de la pure et légitime défense ! Décidemment, tout le monde avait une vision de la société affreusement étroite…

- Sinon, z’en pensez quoi du Lycée ? Questionna soudainement la binoclarde à ses deux camarades de classe, histoire de passer le temps avant qu’Alexander ne raccroche.


Chose que le garçon fit quelques minutes plus tard. Le moins qu’on pouvait dire, c’était qu’il semblait prêt à tuer quelqu’un : ses yeux étaient animés par une rage bouillonnante, et il était tendu comme un arc. La moindre contrariété ferait très certainement voler le fragile équilibre qui le tenait encore en éclats. Ça, Chloé en savait quelque chose… Aussi hésitait-elle à lui lancer une remarque acerbe. D’un côté, elle pensait que cela pourrait être utile au jeune homme d’exploser, histoire de laisser s’échapper sa rancœur. Mais d’un autre… il n’était peut-être pas le genre de personne qui se remettrait bien du choc.

Finalement, l’écrivaine en herbe laissa tomber. Ce n’étaient pas ses affaires. De plus, la brunette ne se savais douée que pour blesser les personnes au plus profond de leur âme. Une vraie malédiction, que la jeune fille avait pourtant appris à affuter comme on affute une lame. C’était son arme, son moyen de survivre et d’avancer. Manipuler des gens était un art qu’elle maitrisait malheureusement trop bien…

Florine était très certainement beaucoup plus qualifiée que Chloé pour remonter le moral à Alexander. Ce fut très certainement pour cela que la blondinette chercha du soutien des yeux. Elle en trouva bien évidemment auprès d’Echo, qui devait être une amie très proche du jeune homme. Néanmoins, lorsque le regard de Florine croisa celui de la brunette, elle fronça les sourcils. Et ce très léger signe fit comprendre à la binoclarde qu’elle n’était pas la bienvenue à cette séance de psychologie.

Chloé aurait très bien pût insister. En un argument, elle aurait réussi à être acceptée par les trois autres. Mais ce n’était au fond pas ce que la passionnée d’oiseaux voulait. Elle se sentait lasse de cette histoire, un peu comme un enfant qui en aurait marre de jouer. La brunette se contenta donc d’une révérence moqueuse envers ses camarades, pour aussitôt tourner les talons et filer à travers les jardins, les pans de sa longue veste noire voletant au vent.


Quelques instants plus tard, la jeune fille se trouvait assise sur le rebord de la fontaine du Lycée, seule avec ses chocolats. Elle grignotait les douceurs sans plus beaucoup d’appétit, un peu refroidie par la scène qui avait précédé.

Ainsi, je suis donc vraiment condamnée à passer ma vie comme ça…”, pensa la demoiselle en soupirant, fermant les paupières et levant la tête vers le ciel. “Perdue entre deux rives…

Soudain, un léger bruissement retentit aux oreilles de Chloé. Curieuse, elle rouvrit les yeux et regarda le bosquet de roses d’où provenait le frémissement. À sa plus grande surprise, elle vit alors un beau lièvre au pelage brun et au poitrail blanc la dévisager, la tête de travers et ses grandes oreilles droites comme des “i”. Mais plus étonnant encore : il portait une mignonne petite veste en tweed verte, et avait un panier en osier sur le dos.

- C’est toi que j’ai vu tout à l’heure ? Demanda alors la brunette, se souvenant la bête qu’elle avait aperçu en sortant des dortoirs, un peu plus tôt dans la matinée.

Bien entendu, elle ne s’attendait pas du tout à ce que l’animal lui réponde. Ça friserait carrément le surnaturel…

Et non, rassurez-vous : le rongeur ne dit strictement rien. Il se contenta juste d’acquiescer avant de bondir sur le rebord de la fontaine, s’asseyant ensuite juste à côté de notre binoclarde. Celle-ci plongea son regard dans celui de l’animal, avant de rire.

- C’est inhumain de faire subir ça à un pauvre lièvre…, fit-elle en secouant la tête de gauche à droite.

Chloé était persuadée qu’il s’agissait d’une farce d’un de ses profs. Jack, par exemple, serait tout à fait capable d’apprivoiser un lapin et de lui enfiler un veston, juste pour que les autres membres du Lycée rêvent un peu… Aux yeux de l’auteur en herbe, il n’y avait pas d’intention plus louable.

La jeune fille tendit alors la main vers l’animal pour le caresser. D’abord sur ses gardes, le lièvre finit par se laisser faire, poussant même une sorte de grondement sourd de contentement. Et lorsque la brunette cessa de le cajoler, le rongeur s’ébroua, faisant par la même occasion sortir de sa hotte un petit paquet qu’il poussa ensuite du bout du museau vers sa bienfaitrice. Le surprenant lapidé gratifia ensuite la lycéenne d’un clin d’œil, pour finalement détaler à travers les jardins en sautillant.

La binoclarde regarda un instant l’endroit où avait disparu l’animal, puis sourit. Elle commençait à se demander si tout ceci était vraiment l’œuvre de quelqu’un… Mais bon, rêver ne fait de mal à personne, pas vrai ?


[ J’espère que ça va à tout le monde… Par contre, vous pourriez faire quelque chose par rapport aux couleurs des paroles de vos persos ? Elles changent à chacun de vos posts, et c’est vraiment impossible de s’y retrouver… Je mets donc celles qu’il y avait dans mon dernier post, en espérant que vous finirez par vous en choisir une définitive… ~ ]




« Les mots d'une phrase ou d'un vers sont les traces, les cicatrices
des sentiments de l'auteur.
» Fabrice Luchini



Mes mots tracent leur route en crimson !


Venez voir mes bestioles !:
 

Admin Chloé
avatar
Devoirs rédigés : 673

Qui es-tu vraiment ?
Who are you ?:
En couple ou Solo: Célib'. Et venez pas me faire ch*er avec ça. ==
Voir le profil de l'utilisateur http://highschool-pandora.skyrock.com/
Admin Chloé
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 0:58
Après être tombée dans le trou, la jeune Echo regardait autour d'elle, émerveillée. Elle avait appelé les autres pour qu'ils viennent voir le magnifique tas de chocolat. Toujours assise sur le sol, les fesses écrasant une poule en chocolat noir et la chaleur de son corps faisant fondre la pauvre poule, elle attendait que ses camarades arrivent. La jeune servante voulait partager ce butin avec les autres. Entendant des pas, elle essaya de se relever mais ne fit que retomber et écraser un bon nombre de plaisir cacaoté. Le bruit de ceux qui qui se cassaient attrista Echo, celle-ci n'aimant pas gâcher ces choses qui avaient l'air si bonnes, mais elle se consola vite en pensant à tous les autres chocolats étalés autour. 

Les pas se rapprochait à grande allure. La première personne qui vit Echo fut Alexander, qui accourait voir si tout allait bien. La servante fut touchée par la gentillesse du jeune homme. Elle n'avait jamais été habituée à ce qu'on s'inquiète pour elle et avait donc été toute contente de voir à la vitesse à laquelle courait son ami pour la rejoindre. Elle adressa un sourire à l'intention d'Alexander pour lui faire comprendre que tout allait bien. Florine arriva juste après. Elle aussi avait l'air d'avoir couru, et semblait avoir de bonnes jambes. Quant à Chloé, la brunette ne se pressait pas. Alexander aida à remonter Echo ainsi qu'à prendre le maximum de chocolats. Les autres filles regardaient toutes les confiseries qui se trouvaient dans le trou. Echo leur adressa aussi un sourire. Chloé profita de ce moment joyeux et chocolaté qu'était la remontée des chocolats pour glisser à Alexander une bonne réplique bien placée :

-Oh ! Une cloche !

Echo observait les deux jeunes gens. Chloé avait un sourire narquois sur le visage tandis qu'Alex restait calme. Ce dernier ne tarda pas à répliquer avec un grand sourire, toujours aussi calme :

- Et non Miss, c’est un glas, reconnaissable à la croix et au crane qui l’ornent. De plus, d’après sa forme, on peut déduire son orientation dans l’église : A l’Ouest, mais, il n’est pas le seul…

L'adolescente à la chevelure couleur lune trouvait la situation décidément fort amusante. L'échange de ses camarades était teinté d'ironie et de blagues ainsi que des sous-entendus. N'ayant jamais vraiment taquiné des personnes, la servante des Nightray observait chaise détail avec attention. Elle trouvait que c'était si naturel pour les autres de parler ainsi... Elle, par contre, n'arriverait pas à sortir même une seule de ces phrases. La demoiselle admirait donc ses deux camarades. La brunette répliqua alors :

- Tu sais, glas ou cloche, ça ne change rien... Les deux sont identiques : vides, creux… et sans aucun doute dénués de toute intelligence.

Eh bien ça commençait à chauffer dans les chaumières. Alexander n'eut pas le temps de répondre à la réplique fort bien dite, ma foi, par notre chère et aimée binoclarde, car une musique s'éleva. Echo semblait vaguement reconnaitre la mélodie, Vincent lui avait déjà fait entendre, ou bien regarder car quand la jeune fille y pensa bien la musique venait d'une série. Elle s'aperçut que la mélodie venait de la poche d'Alexander, plus précisément de son portable. Le jeune homme prit sont téléphone et regarda celui qui désirait lui parler. Echo comprit que se n'était pas un ami, car son camarade eut soudain un voile sombre lui passer sur le visage. La mine grave, Alex se retira du groupe pour décrocher en s'excusant :

- Ne m’attendez pas, continuez sans moi, je vous rejoindrai.

La jeune servante était inquiète. Après le départ de son ami, elle regarda les autres filles. Florine se répandit soudain en excuses, ce qui fit mettre mal à l'aise Echo, qui bredouilla que ce n'était pas grave, que c'était elle qui était en tort. La brunette, restée à côté, demanda aux jeunes filles :

- Sinon, z’en pensez quoi du Lycée ?

La blandinette réfléchit un petit instant avant de répondre d'une voix timide :

-Je trouve que c'est un merveilleux endroit mais... certaines personnes sont un peu bizarres...

Elle plaqua soudainement ses mains sur sa bouche. Elle se trouvait mal placée pour dire ça. Elle se promenait tout de même avec un couteau et avait une double personnalité. Ce denier point l'embêtait. Si jamais, même si ce n'était pas encore arrivé pour le moment, Zwei (Echo appelait comme cela son autre personnalité) se réveillait devant ses amis, ils la rejetteront peut être. Chassant ces idées néfastes de sa tête, la jeune servante vit revenir Alexander. Il avait l'air prêt à mordre. Son vissage était imprégné de tristesse, de colère et d'autres sentiments qui montraient que son échange avec la personne du téléphone s'était mal passée. Ses yeux luisaient étrangement et le jeune homme semblait souffrir.
Chloé n'avait pas l'air très affectée par la détresse de son camarade, mais Florine alla voir Alexander pour essayer de le réconforter. Elle fit un petit signe à Echo pour lui dire de la rejoindre, de sorte qu'elles puissent soigner le moral de leur ami. La servante alla volontiers vers ses camarades et regarda avec des yeux désolés le jeune homme. La blondinette posa sa main sur l'épaule d'Alex. 

- Je me doute que ça doit être très personnel… mais si tu as besoin d'en parler, surtout n'hésite pas : on est là, tu sais…

Echo ne savait pas quoi dire. Elle n'avait jamais vraiment été à l'aise avec les autres et ne savait pas comment les réconforter. Elle essaya donc de parler d'un ton maladroit mais qui voulait du bien ; 

-Alexander, Heu... ne t'inquiètes pas ! On est là et... et moi aussi de toute façon j'ai eu de... des ennuis avant. Mais je me suis... j'ai déballé mon sac à quelqu'un et tout s'est ensuite aller mieux. Et donc... Florine et moi, nous sommes à ton écoute !

La jeune fille tenta de sourire, un sourire qui se voulait rassurant. 

[HRP : j'ai pris une couleur définitive : "slateblue"]
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juin - 17:40
Alexander était en train de ruminer de sombres pensées telle que l’envie de torture ou de mort lente et extrêmement douloureuse lorsque quelqu’un lui posa une main sur son épaule. Il eût un réflexe défensif mais se retint juste à temps, transformant son geste en un tressaillement, se rendant compte que c’était la main amicale de Florine qui était posée sur son épaule. Encore un peu et il lui cassait le poignet avant de lui trancher la gorge, ce qui n’était souhaitable pour personne. Elle lui parla doucement, comme pour l’apaiser avant de le réconforter.
- Je me doute que ça doit être très personnel… mais si tu as besoin d'en parler, surtout n'hésite pas : on est là, tu sais…
Elle semblait vraiment vouloir lui venir en aide et il faillit se confier à elle avant de se ressaisir. Il allait lui répondre lorsqu’une autre personne arriva : Echo. Elle tenta aussi de le réconforter et de le faire livrer sa peine avec ses petites hésitations qu’il trouve trop mignonnes:
-Alexander, Heu... ne t'inquiètes pas ! On est là et... et moi aussi de toute façon j'ai eu de... des ennuis avant. Mais je me suis... j'ai déballé mon sac à quelqu'un et tout est ensuite allé mieux. Et donc... Florine et moi, nous sommes à ton écoute !
Il faillit rire de leur petite tentative mais se ravisa.
« Elle sont mes amies, pas mes outils. Je dois bien les traiter car elles font pareil. »
Il allait leur répondre gentiment lorsqu’il remarqua deux choses essentielles :
1/ Chloé s’était moqué de lui juste avant l’appel
2/ Elle n’était pas venue le consoler cette sans-cœur !!!
Il se décida donc de faire d’une pierre deux coup : Rassurer ses amies et rembarrer la binoclarde une bonne fois pour toute !
- C’est gentil de vous inquiéter pour moi mais je vais bien, juste une petite faiblesse due surement à la pollution. Quant à l’appel que je viens de recevoir, c’était pour me prévenir que je devais faire un stage, en Amérique pendant une durée indéterminée. J’étais juste triste de partir et de peut-être ne jamais vous revoir. Quant au glas et aux cloches, ne les sous-estime pas. Regarde ce hibou en chocolat. (Le même qu’au-dessus, toujours pas sacrifiée sur l’autel de l’amitié)
Sur ces mots il prit le hibou et le lança en l’air. Lorsqu’il atteignit le sommet de sa parabole, Alexander sortit trois lames et les lança sur la pauvre bête. Elles retombèrent sans avoir touché la cible, en apparence. En effet, dès que la bestiole aux plumes chocolatées arriva près du sol, il la rattrapa et, en la frôlant, la brisa en trois belles parts qu’il tendit aux filles ébahies.
-Tu vois c’est pas parce qu’on la croit creuse qu’elle l’est. Faut se méfier de toutes les choses que l’on sous-estime. Bon, je vais me préparer pour l’Amérique, la Liberté !
Et il partit, croquant le deuxième hibou que contenait le premier, plus gros qu’une part qu’il avait donnée aux filles. Arrivé au secteur pépinière, il se trouva un beau mélèze, d’au moins 12 m de haut. Il grimpa en haut d’une branche t arrivé, les yeux pleins de larmes, il sortit un couteau et le planta violement dans l’arbre, pleurant tout son saoul. Lorsqu’il fut calmé, il en redescendit et se dirigeât vers le Lycée, se remémorant ce qu’il venait d’entendre au téléphone.

Flash-back :
Le téléphone vibrait dans sa poche. Il s’éloigna et décrocha :
- Bonjour Inspecteur Lestrade. Quel bon vent vous fait m’appeler à cette heure.
- Alexander, je vais de nouveau être obligé de faire ce que je déteste, jouer les oiseaux de mauvaise augure…
- Qu’est-ce qui se passe ce coup-ci !
- Calmes-toi, je vais tout te dire : C’est ta tante, elle est morte … mais pas de mort naturelle, on pense, au vue des indices que c’est un crime maquillé : suicide ou meurtre, … tu m’entends toujours ?
- Oui, oui, une information et une question : Ma tante respirait la joie de vivre : c’est donc un meurtre ! Décrivez-moi la scène !
- Et bien voilà, elle était dans le jardin quand on l’a trouvé : Elle est morte à la Turing.
- A la Turing ?
- Oui, elle a croqué une pomme au curare. On a retrouvé un tableau à côté d’elle représentant une pomme. Alan Turing (un brillant mathématicien) s’est suicidé de cette manière.
- Vu de cette façon, cela passe pour un suicide.
- Oui mais il te manque une info capitale : Elle à bien croqué la pomme mais le poison lui a été injicté par intraveineuse.
- Vous avez un nom ?
- Société PANDANLAGL section USA Je crois que tu connais.
-En effet. Quoi d’autre ?
-J’y ai envoyé notre meilleur agent, Mr.H et…
- Ok, je dois raccrocher, je n’ai pu de batterie. Au revoir.
- Au revoir et toutes mes condoléances.
Alexander raccrocha puis passa d’autres coups de fils.
Fin du Flash-back
Alexander venait d’atteindre le bâtiment. Il entra dans sa chambre, s’empara de la grosse valise noire ainsi que de son épée et repartit. Dans l’allée, un taxi était stationné. Il y entra et le chauffeur lui demanda la destination.
- Aéroport De Gaulle svp. J’ai un jet qui m’y attend donc le plus vite sera le mieux.
Et il partit avec cette pensée :
« Demain le glas chantera dans la plaine et mon âme,
Ma seule arme,
Sera enfin apaisée
Et moi,
Libéré !
(F.M)
Je reviens dans trois j
ours. Il était temps d’en finir avec cette histoire. »
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Juin - 11:22
En un bond, le lièvre sortit de son rosier pour s’ébrouer nonchalamment avant de se gratter l’oreille droite. Puis, il haussa d’un coup les épaules pour rajuster sa besace en osier sur son dos, avant de sautiller avec détermination vers les grandes grilles de fer forgé du Lycée Pandora.

En chemin, le rongeur croisa quelques élèves et professeurs, mais il n’y fit guère attention. Il se contenta de les éviter en se glissant sous les nombreuses haies qu’il croisait, veillant bien à ce que personne ne le remarque. Car notre petit animal avait encore fort à faire, et il ne pouvait pas se permettre d’être ralenti…

Il avait passé une grande partie de la matinée à regarder les habitants de l’établissement d’un œil attentif, curieux de voir comment tous ses cadeaux allaient être perçus par ces ados et autres grands enfants. Et en son fort intérieur de lièvre, le lapidé était plutôt fier de lui. Tout le monde semblait avoir appréciés ses chocolats, et c’était bien le principal en ce jour de Pâques.

Cependant, on ne pouvait pas dire que tout cela s’était passé calmement et dans la joie et la bonne humeur… Notre lapin avait en effet surpris bon nombre de pleurs et de jeunes isolés, ruminants de mornes pensées inconnues au rongeur. Il fallait croire que tout n’était pas rose dans ce pourtant charmant Lycée… Combien de secrets tous ses occupants pouvaient donc bien cacher ?

Mais là n’était plus la priorité la rongeur, qui venait d’ailleurs de se glisser entre les barreaux des grilles qui fermaient l’établissement. L’animal aux grandes oreilles avait accompli sa mission ici, et reviendrai très certainement l’année prochaine (Qui sait ce qui pouvait se passer entre temps ?). En attendant, il avait encore des foyers à visiter et des enfants à gâter. Ensuite seulement, le lièvre pourrait penser à prendre un peu de congés !
Ou qui sait, peut-être s’en retourner à son Pays et à toutes ses Merveilles…

[C'est ainsi que je clos le RP commun de Pâques ! Merci à tous de votre participation et à bientôt pour de nouvelles aventures au Lycée Pandora !]
avatar
Devoirs rédigés : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Pandora :: Spéciaux :: Evènements spéciaux :: Pâques-